A 22 ans, Matt Bromley a des rêves de grandeur comme tous les gamins de son âge. Mais il ne rêve pas du World Tour, ni même de la liberté qu'offre le statut de freesurfeur, non, Matt veut aller conquérir les plus grosses vagues de la planète en devenant un surfeur de grosses vagues à part entière.

mattt

Quand on a Matt devant soi, grand blondinet assez fin, on se demande s'il n'y a pas une erreur de casting...mais sa détermination et les photos qu'il me présente sont une carte de visite déjà impressionnante pour son âge.

Et pour se faire la main, il vient de la bonne région en Afrique du Sud, celle de Cape Town, véritable North Shore du surf de grosses vagues avec un nombre impressionnant de spots de gros dans un périmètre réduit: Dungeons, Sunset, Outer Kom, Crayfish Factory et un peu plus loin Bayview se trouvent à quelques minutes de voiture les uns des autres.

"J'ai fait quelques compétitions en Pro Junior, mais j'ai eu tout de suite trop d'attirance pour les gros barrels alors je suis rapidement passé à la case freesurf grâce au soutien de Billabong et de Monster Energy...mais aujourd'hui je veux avant tout surfer du gros."

Balayer du revers de la main une carrière de freesurfeur lors de laquelle Matt a déjà collectionné les couvertures de magazines ne s'est pas fait sur un coup de tête, ou pour imiter son ainé Grant 'Twiggy' Baker, mais plutôt sur un déclic qu'il a eu en surfant Jaws...

"A Jaws, j'ai réalisé que l'on pouvait surfer une grosse vague sans forcément aller tout droit. C'est un spot où j'ai compris que l'on peut vraiment surfer une grosse vague. L'expérience a été terrifiante pour moi mais cela m'a donné une nouvelle énergie et aujourd'hui je veux utiliser mon expérience dans les tubes pour le surf de grosses vagues."

Cela n'est pas sans rappeler un surfeur comme benjamin Sanchis, qui a su gravir les étapes pour devenir en quelques années l'un des waterman de référence sur la scène européenne et mondiale.

La vague de Bayview où Matt peut allier ses deux amours: les tubes et les grosses vagues.

Matt s'entraine donc surtout chez lui et la vague de Dungeons est un terrain particulièrement adapté car elle est considérée par beaucoup de surfeurs de grosses vagues comme la plus effrayante étape du Big Wave World Tour (épreuve qui pourrait être lancée dès la fin de la compétition à J-Bay!). Et Matt se donne les moyens de réussir son ascension et aimerait un jour pouvoir ressembler à un certain Shane Dorian.

"J'ai la technique mais pas encore l'expérience" avoue-t il bien volontiers, "mais je m'entraine, je nage, je travaille en salle de gym, je fais de la chasse sous marine, je veux être prêt pour le gros jour. Ce qui m'attire ce ne sont pas les vagues comme Belharra, trop plate à mon goût...je veux des vagues raides, énormes et des tubes et Shane est vraiment la référence pour ça."

Bien à l'inside sur le spot de Sunset, le terrain d'entrainement idéal...si on exclu les requins...

Et c'est lors d'une journée d'attente à Cape Town, quand la houle est là mais que les vents sont défavorables, que Matt a été scoré la vague de la Skeleton Coast. Rien à voir avec du surf de grosses vagues mais la session lui a offert quelques unes des meilleures vagues de sa vie.

African Skeleton - With MONSTER ENERGY'S Matt Bromley from steven michelsen on Vimeo.

"Il y avait des barrels de 3m qui pétaient sur le sable à sec. Je crois que personne n'a jamais surfé cette gauche à cette taille...C'est un endroit assez impressionnant, il y a des chacals, des phoques et des carcasses sur la plage...J'ai fait deux canards et je me suis retrouvé au large. Je ne voyais pas à trente mètres à cause de la brume. Les vagues semblaient toutes fermées...J'ai bouffé sur 75% d'entre elles, les 25% restants m'ont offert les meilleurs rides de ma vie...Il fallait que j'aille quasiment tout droit tellement les vagues suçaient..."

Matt à J-Bay se remet doucement d'une blessure à la cheville et regarde anxieusement les cartes météo...cela doit être l'une des seules fois où il prie pour que l'épreuve de Dungeons n'ait pas lieu car à 22 ans, il a reçu la Wild Card des organisateurs et a encore quelques semaines de rééducation avant de pouvoir essayer son tout nouveau gun.