Share

Tuto

Bonne conduite: Les règles incontournables de la combi d’hiver

Bien au chaud, tout en assurant un minimum de classe

On préférerait tous être en boardshorts bien sûr, mais ce n’est pas une option pour tout le monde, tout le temps…

Il faut s’y faire. On se recouvre gentiment d’une jolie couche de Néoprène, pour pouvoir continuer de surfer en hiver. Cette couche doit être suffisamment fine pour nous permettre de bouger amplement, mais aussi assez épaisse pour bien isoler notre corps contre les morsures du froid.

C’est un équilibre fragile ! Et il faut quand même respecter quelques règles avec le Néoprène. Un minimum de discipline s’impose.

Tu as (bien sûr) adoré notre article sur l’incontournable board code Surf Europe. Eh bien maintenant, passons au néoprène.

  1. Ce qu’il faut porter par ordre de température décroissante : a) la combi seule b) la combi et les chaussons* c) la combi, les chaussons et la cagoule d) la combi, les chaussons, la cagoule et les gants

*Exception à la règle : la combi avec cagoule intégrée sans chaussons. On la voit souvent en Californie, sur des pointbreaks qui pètent sur des galets, plutôt de marque Patagonia, sur un single, une alaia ou une planche oldschool ! Même si ça semble assez peu fonctionnel, (parce que s’il fait assez froid pour porter une cagoule tu vas te geler les pieds sans chaussons), ce n’est pas nécessairement un mauvais choix popur la fin de l’automne, si tu surfes un matin où l’air est bien frais, alors que la température de l’eau est encore assez douce. C’est un peu hipster sur les bords, mais qu’est-ce que tu veux, c’est comme ça !

  1. Les mots : « Tu peux me la mettre ? » ou « Tu peux la retirer ? » Pour demander à ton pote de t’aider à enfiler ta combi, ne devrait jamais être prononcés par un surfer. Si tu n’es pas capable d’enlever ou d’enfiler ta combi tout seul alors que c’est une combi du XXIe siècle, soit a) tu a acheté la mauvaise combi soit b) tu devrais changer de sport tout de suite, soit c) les deux.
  2. Uriner dans sa combi pendant une session n’est pas vraiment un choix que l’on fait consciemment, mais plutôt une grande loi de la nature, totalement inévitable. Fais-toi plaisir (mais pas trop quand même).
  3. Pisser après être sorti de l’eau, toujours en combi, signifie que tu auras (ou as déjà) des problèmes extra surf. Fais-toi plaisir, mais un peu moins qu’avec le point numéro 3.
  4. Pisser avant d’aller surfer, comme par exemple sur le parking ou sur la plage, alors que tu as déjà enfilé ta combi, c’est OK, mais ferme la, ne fait pas en plus le malin en disant un truc du genre : «Oh je crois que cette combi est un peu chelou! (en riant bêtement) ». Si tu fais ça discrètement dans ton coin, OK pourquoi pas, mais ne te prends pas un flag par tes potes.
  5. Éclabousser accidentellement de pisse ton pote, qui vient juste de finir de se changer… Ça peut passer, si tu t’excuses raisonnablement après t’être bien marré. Si ledit pote porte un pantalon de couleur claire, c’est son problème… c’est l’hiver tout de même, faut pas exagérer.
  6. Éclabousser volontairement de pisse est un acte strictement interdit. Fais-toi une raison.
  7. Porter une combi avec une couleur que tu ne vois nulle part ailleurs, pourquoi pas, si la marque en question te paye ou si tu as moins de 14 ans. Si ce n’est pas le cas, oublie.
  8. Choisir volontairement une couleur assortie à ta planche, c’est très peu recommandé. Bien qu’un accident puisse toujours arriver (n’est-ce pas ?)
  9. Aucun petit recoin de peau ne doit rester à nu entre ta manche et ton gant, ou entre ta jambe et ton chausson. Impossible.
  1. Porter tes gants ou ta casquette à la main jusqu’au bord de l’eau et les mettre là-bas, ce n’est vraiment pas autorisé, parce que ça n’a aucun sens. Pourquoi faire un truc pareil ? Enfile tout en même temps, point barre.
  2. Essayer de taper la causette avec quelqu’un qui porte une cagoule, c’est OK, mais s’il doit enlever sa cagoule de son oreille plus de 3 fois pour t’entendre, t’as intérêt à dire quelque chose d’intéressant…
  3. Si tu droppes quelqu’un et que tu lui racontes que tu ne l’as pas entendu gueuler sa priorité à cause de ta cagoule, ce sera très difficile pour lui d’apporter la preuve que tu as effectivement bien entendu. Et même malgré ça, ce n’est pas très cool de ta part. « Désolé de t’avoir braqué, j’ai une cagoule. » C’est aussi valable que : « Désolé, j’ai enfoncé la barrière d’une cour d’école avec ma voiture, je ne regardais pas la route et il pleuvait. »
  4. Pour se changer de manière procédurale, il faut respecter quelques étapes cruciales : enlève tes godasses et tes chaussettes. Mets tes pieds dessus. Enlève ton fûte. Enfile les jambes de la combi. Enfile tes chaussons. Enlève ta veste, ton sweat, enfile le haut de ta combi. Dans l’ordre inverse, le petit moment entre celui où tu a mis tes vêtements en haut et celui où tu enlèves le bas de ta combi doit être assez bref. C’est le seul moment où on pourra tolérer que tu te mettes à poil sur le parking, sauf si tu vis dans un hôpital psychiatrique. Là, c’est OK.
  5. Le jury ne s’est pas encore prononcé sur l’espèce de serviette en forme de ‘robe pour se changer’. Bon, c’est sûr que c’est pratique, mais en même temps, sérieux quoi?!

 

  1. C’est ok de religieusement suspendre ta combi dans la douche comme un bon petit soldat après l’avoir rincée avec amour et débarrassée de son sable de fond en comble, pour qu’elle soit impec’ pour la prochaine session. Mais tu ne sais même pas si tu seras encore vivant à ce moment-là, alors détend-toi.
  2. Tu peux laisser ta combi dehors tout l’hiver, sans jamais vraiment la laisser sécher complètement, mais ne t’attends pas à des félicitations. Le masochisme, c’est ton truc mon pote, pas le nôtre.
  3. « Je ne vais pas surfer cette après-midi, ma combi n’est pas sèche » est une très bonne chose à dire si les vagues sont parfaites… lors d’un trip en camping sur l’île de Svalbard dans le cercle polaire pendant une vague de froid. Sinon, sors-toi les doigts un peu mon gars, quand même, merde!
  4. Se changer dans sa voiture est en général plus compliqué qu’autre chose. Sérieux quoi, ton cul nu sur le siège passager, ta combi humide qui attrape toutes les merdes du plancher… C’est moyen.
  5. Conduire en combi, ça peut passer pour les trajets de moins de 10 minutes. Surtout si ledit trajet est entrepris parce que tu es sorti d’un spot bondé où les vagues étaient trop petites pour aller sur un gros spot avec personne à l’eau.
  6. Les activités terrestres comme boire, manger, lire le journal, fumer la pipe et mater ton téléphone ne doivent pas se pratiquer pendant le port de la combinaison, sauf si tu fais un check à Maverick dans Pointbreak 3.
  7. Porter un lycra sous ta combi est une excellente idée, si tu as pris ta machine à remonter le temps pour aller surfer et que tu retrouves en 1993.
  8. Les chaussons avec une cheville courte sont vraiment de très bon goût, si tu as décidé de redéfinir le sport tout en tournant le dernier film de Kai Neville.
  9. Si tu dois avoir un récipient pour ranger ta combi dans la voiture, choisis plutôt une boîte souple et pas une boite carrée et rigide (qui nique les rails de ta board). Maximum 2 par véhicule. Si tu partages ce récipient, ta combi humide va en-dessous, faut-il le rappeler. En plus, mouiller la serviette bien sèche de ton co-équipier avant le surf, c’est très, très mal vu.
  10. Comme pour les boards, le nombre idéal de combi à posséder dans ton quiver est au maximum de x, où x = autant que tu veux.

Share

Newsletter: termes et conditions

Merci de renseigner votre e-mail de manière à vous tenir informé de toutes les news, articles, nos dernières offres. Si vous n'êtes plus intéressé vous pouvez renoncer à tout moment. Nous ne vendrons jamais vos données personnelles et vous ne recevrez que nos messages et ceux de nos partenaires qui sont susceptibles de vous intéresser.

Read our full Privacy Policy as well as Terms & Conditions.

production