Share

Photos

Les 12 Meilleures Vagues Espagnoles | Galerie Signée Pacotwo

Douze lignes à cocher sur ton carnet de vie, grâce à Sr. Muñoz

Quand on pense à l’Espagne, ou de surfer en Espagne, un tas de trucs étranges viennent à l’esprit. Les points d’exclamation ou d’interrogation à l’envers, leur habitude de hurler à la place de parler, et leur bonhommie à l’eau (en général), ponctuant d’un tonitruant “¡Buena!” chaque ondulation se profilant à l’horizon. La version la plus habituelle étant l’homme allongé au torse large et velu, de couleur bronze et émanant une chaleur propre à faire cuire un œuf dessus, et agrémenté d’un moule bite orange.

Mais à Surf Europe, c’est bien connu, notre fibre européenne nous tient fort éloigné de tous ces clichés un brin xénophobes. Nous avons d’ailleurs déjà recommandé l’Espagne pour du bon surf trip européen, et ne dirons jamais assez notre amour pour La Zurriaola, cette vague basque nichée au pied de la vieille ville de San Sebastian. Ça, et leur tolérance vis-à-vis du caca. Oui, en Espagne, c’est ok de déféquer non loin du spot, à la fraîche, et ça se fait régulièrement. Bonne ou mauvaise chose, cela se traduit aussi dans un tas d’expressions locales faisant référence à la matière fécale:

Je chie dans le lait!
Je chie sur ta mère la pute!
Je chie sur tes parents morts!
Je chie sur Dieu!

Toutes ces phrases sont plus ou moins acceptées socialement (oui, dans la très pieuse et très catholique Espagne, qui l’eût cru!) et peuvent être tour à tour l’expression d’une colère, d’un choc, d’un ressentiment ou d’un étonnement.

Dans tous les cas, l’Espagne est un formidable pays pour le surf. C’est pourquoi nous avons demandé au photographe local et hautement respecté Javi “Pacotwo” Muñoz de nous révéler en photo les 12 vagues qu’il préfère dans son cher pays. Olé!

El Palmar, Andalucía.

El Palmar

Parce que tu n’es pas si loin que ça de la vibrante et chatoyante Marbella, et surtout dans une région davantage associée à la danse flamenco, à la corrida, aux touristes anglais sur-bourrés, surfer dans ce coin relève forcément de la nouveauté, de l’atypique.

Pourtant, l’Andalousie dispose d’une longueur de côte conséquente côté Atlantique, entre le sud du Portugal et Gibraltar en fait. C’est pile là que déroule El Palmar, parfois prise d’assaut par les touristes de Gibraltar (pas les meilleurs) mais souvent très calme, et surtout souvent très clean!

 

Roka Puta

Dans toute l’Espagne, mais particulièrement au Pays Basque, il convient de crier à toute heure et à pleins poumons “¡Hostia!” dès que tu aperçois quelque chose de vaguement surprenant ou remarquable. Plus c’est cool, plus tu feras durer la première syllabe.

Littéralement, on pourra traduire par “le corps du Christ se manifestant dans une ostie”.

Sinon, tu peux toujours chier un coup de contentement, comme à dû d’ailleurs le faire notre ami à la vue épique d’Orrua — ou Roka Puta, ce jour-là. Le mieux, c’est que ça peut parfois être encore plus gros. Rien avoir avec les péripatéticiennes au passage, mais on confirme qu’il faut de bonne cojones pour s’y engager…

"¡Me cago en la hooooosss-tia!" L'outside d'Orrua, connu sous le nom de Roka Puta.
La Zurriola, Sans Seb.

La Zurriola

Comme on le disait plus haut, l’une de nos favorites absolue. San Sebastián alias Donostia en Basque, et une ville d’enfer pour les sorties, les tapas, et le surf. Le spot fut appelé longtemps Playa de Gros, avant d’être modifié par un espigón à l’embouchure de la rivière qui traverse la ville. La Zurriola n’en a pas pour autant perdu sa puissance et son intensité, au plus grand plaisir des locaux et des touristes.

Justement, de par sa situation centrale est accessible, le spot est souvent sur-bondé, c’est la rançon du succès… Il reste néanmoins possible de choper de belles bombes gauches au calme même en été, quand la marée est favorable tôt le matin ou tard le soir.

Point intéressant, le parking de Sagües, lieu depuis lequel cette photo a été prise, est l’un des meilleurs spots espagnols pour chier discrétos à la fraîche. Oui, ce parking!

El Quemao

Les îles Canaries sont connues des surfeurs pour les slabs intransigeants et les roches de lave où il ne fait pas bon se frotter. Il y règne aussi une vraie culture surf, et personne ne te taxera parce que tu es un touriste. Le respect avant tout, mais ça va dans les deux sens, compris?

Ces différents aspects locaux se retrouvent sur toute la côte nord de Lanzarote et le concentré de tout cela est El Quemao, dont la réputation de Pipeline des Canaries n’est plus à faire.

Il te suffira juste de te frayer un chemin légalement entre les locaux dont le niveau est assez ouf, pour te payer une session barrels comme rarement en Europe.

El Quemao, Lanzarote.

El Brusco

L’Espagne dispose aussi de quelques perles cachées, des beach breaks moins fracassants les spots précédents, mais qui peuvent se révéler être des pics super propres.

C’est le cas de cette vague située en Cantabrie, entre Bilbao et Santander, et qui attire de nombreux locaux de la région. Comme le bon Michel Velasco, qui se met tube sur tube sur ce spot quand il déroule bien – ce qui n’est pas rare au demeurant.

Santa Marina

En allant un peu plus à l’ouest, on tombe sur la côte déchirée qui encercle la droite de Santa Marina, le long de l’île éponyme, non loin de l’estuaire de Santander.

Notons que les écriteaux dans le genre “world-class” sont un poil avantageux, en revanche tu peux prendre au sérieux ceux qui disent “zone de rochers dangereuse à marée basse”.

Michel Velasco @ El Brusco.
Santa Marina, Cantabrie.
Mundaka: Tom Curren dit même que c’est la meilleure au monde!
Photo: Pacotwo

Mundaka

Mun-da-ka — trois syllabes connues par tout surfeur européen (voire mondial) qui se respecte. Trois syllabes qui remuent des sentiments d’une intensité presque religieuse chez ces amoureux des gauches rapides qui ont eu l’occasion d’y poser la wax. Car en effet, quand les étoiles (et les reste) sont alignées, il devient alors possible pour un goofy agnostique de soudainement croire en Dieu. On en a parlé à longueur de site web, mec!

Passé ce moment de sidération, il se dira inévitablement ensuite: comment le paradis des goofy peut-il être aussi gavé d’imbéciles. Sinon, l’autre avantage pour les locaux si tu y vas pour la première fois, c’est que tu auras plus de chances de faire caca dans ta combi que sur le parking.

El Confital, la Gran Canaria.

El Confital

Si ta came c’est plus une bonne droite sur reef break, tu peux aller à La Gran Canaria comme on dit là-bas, et en particulier sur le spot d’El Confital.

Les mauvais côtés? L’œil noir des locaux, encore une fois, et l’inévitable chorus de “¡Buena!” dès qu’une vague approche du line-up. Ah, et aussi le péril bien réel de perdre 1/de la peau 2/des neurones 3/sa dignité sur le périlleux inside. Mais qu’est-ce que tout cela représente face à la chance bien réelle et assez continue de te mettre de bonne vieilles barriques ?

Le Basque Natxo Gonzalez @ Meñakoz.

Meñakoz

La péninsule ibérique offre quelques belles opportunités aux fans de grosses vagues qui veulent se frotter à du solide, voire très solide. Une fois encore, cette grosse vague se situe dans le Pays Basque espagnol, et un certain Natxo pourras vous y apprendre quelques petits trucs…

Meñakoz c’est même l’archétype de la grosse vague montagneuse surfable à la rame. Eau profonde, déplacement d’eau massif, ambiance guns, et quelques locaux qui vivent sur cette vague, pour ainsi dire.

Natxo Gonzalez, puisque c’est de lui qu’on parle, a fait connaître ce spot avec de belles photos jambes fléchies, main arrière sur le rail, ses grosse cojones ballotant juste au-dessus de la surface. Enfin bref, tu vois le tableau quoi.

El Hierro

Les Canaries ont connu une année 2016 assez merdique en terme de conditions de surf, et 2017 n’a été que guère mieux jusqu’à présent. Espérons que cela s’améliore d’ici décembre, sinon El Hierro pourrait bien descendre d’une division.

Attends, on ne parle pas de Fernando Hierro, l’ancien du Real Madrid et de l’équipe d’Espagne, mais bien de ll’une des vagues cultes de Fuerteventura, sur la côte nord. El Hierro semble être le mot préféré des habitants de l’île, même si certains britanniques réguliers la nomment Bubble. D’autres affirment que la gauche est El Hierro, la droite The Bubble. Bref, c’est compliqué.

Mais ce qui est sûr, c’est que quand ça marche à gauche et à droite, c’est l’un des plus beaux pics du royaume. Les week-ends, c’est la Chine sur le pic, mais le voyageur bien informé pourra se faire quelques bombes plus au calme en semaine.

El Hierro, Fuerteventura.
Doniños, Galicia.

Doniños

La vague la plus occidentale de notre sélection, c’est Doñinos, en Galice. Le spot prend tous les swells en premier donc, et c’est sans doute pour cela que la qualité est aussi souvent au rendez-vous sur cette vague. On y croise d’ailleurs pas mal de jeunes ibériques d’un niveau assez élevé, qui aiment cette constance et aussi le courant assez fort qui creuse de jolis tubes à marée basse.

Il peut donc arriver que le spot devienne rapidement bondé, mais heureusement la plage de 2km de long et les décalages fréquents ont tendance à étaler un peu tout ce beau monde. À part ça, votre serviteur y a posé quelques belles pêches, car c’est aussi un endroit assez réputé pour cela, je vous recommande chaudement cette expérience.

Wavegarden Cove

Notre 12ème et dernière façon de déféquer de manière décisive et appropriée sur votre divinité préférée, c’est de quitter la côte et d’aller à l’intérieur du Pays Basque pour y surfer une vague créée par la main de l’homme.

Creux, tubulaire et lisse, voilà de quoi s’entraîner jusqu’à plus soif au take off parfait. Cette nouvelle génération de vague artificielle créée par Wavegarden, annonce en effet la possibilité d’y faire un tube par minute! De quoi te faire les bras et tout le reste, donc. The Cove, la vitrine de ce que sait faire le mieux la technologie Wavegarden, fleurira à n’en pas douter un peu partout en Europe et dans le monde, mais en attendant c’est au Pays Basques espagnol que ça se passe, et on vous en dira d’ailleurs plus bientôt puisque nous allons nous y rendre au mois de septembre pour un projet ultra secret, que si on vous en parlait on serait obligé de vous tuer.

Wavegarden Cove, Pays Basque.

Share

Newsletter: termes et conditions

Merci de renseigner votre e-mail de manière à vous tenir informé de toutes les news, articles, nos dernières offres. Si vous n'êtes plus intéressé vous pouvez renoncer à tout moment. Nous ne vendrons jamais vos données personnelles et vous ne recevrez que nos messages et ceux de nos partenaires qui sont susceptibles de vous intéresser.

Read our full Privacy Policy as well as Terms & Conditions.

production