Share

Photos

Galerie – Nias, Perle de Sumatra

Les Clichés de Timo Jarvinen

Si tu penses deux minutes aux meilleurs spots de surf de la planète, Lagundri Bay fait forcément partie de ta liste.

En effet, cette baie bénie des Dieux du Surf (s’il y en a bien sûr) est considérée comme “lar perle de l’Indonésie”. Ses droites parfaites attirent saison après saison (et plus seulement la sèche) des hordes de surfeurs locaux et surtout occidentaux, et ce depuis sa découverte en 1975. Le tremblement de terre de 2005 menaçait de tout détruire: il s’est finalement avéré que le séisme a finalement accentué l’intensité de la houle, en modifiant le reef et rendant le tuberiding aussi dangereux que merveilleux.

C’est la raison pour laquelle notre photographe Timo Jarvinen y séjourne régulièrement (plutôt à la saison sèchhe quant à lui) et il y a retrouvé pour cette galerie une belle brochette de surfeurs férus du spot: Leo Fioravanti, Aritz Aranburu, Nic von Rupp et Indar Unanue.

Attention: si tu hésitais à y aller, vérifie donc ton statu bancaire avant de dérouler cette galerie, il risque de ne plus y avoir de retour en arrière après ça.

Photos et légendes: Timo Jarvinen

1. (au-dessus) Le spécialiste marocain du tube Jerome Sayhoun s’est finalement pointé avec Nic von Rupp, et a tout de suite fait preuve d’une belle confiance sur le spot. Et au coucher de soleil, ça a forcément encore plus de gueule.

2. (en dessous) Nic est partout à la fois: depuis quelques saisons il jongle entre compètes et sessions au bout du monde. Mais quand l’aventure appelle, il est toujours là, et il est centré sur ce qu’il fait.

3. Photo au fisheye d’Aritz. Nias n’hésite pas à te punir si tu dérapes, alors il faut tenir le rail fermement, ce que sait très bien faire Aramburu.

4. Leo sur une grosse bombe. Si on retourne l’image pour en faire une gauche, on se croirait plus du côté de Tahiti plutôt qu’à Sumatra. Ce swell magique est arrivé un beau jour avec une période de 21 secondes!

Heure dorée à Sumatra
Indar manœuvre avant l'arrivée d'un gros swell. Comme quoi ça peut rester surfable en mode taille 'normale'.
L'échappée glorieuse: le jour où Leo est resté à l'eau en voyant arriver un swell énorme, assez brutalement comme souvent depuis 2005.
Une caverne vide au petit matin. Accueillante pour certains, effrayante pour d'autres.
Leo, bombasse sur l'outside.
Aritz, fort sur le rail.

(En dessous) Le soir où le swell est arrivé. J’étais curieux de voir si ce qui était annoncé allait enfin se dérouler sous nos yeux: une houle monstre et super clean, avec une période au-delà des 2à secondes. Je me suis mis à l’eau en me disant que ça avait l’air assez calme et que je pourrai sans doute faire quelques clichés d’ambiance. Grand mal m’en a pris: pris par un fort courant, je suis parti bien trop loin dans la baie, et je me suis retrouvé dans la zone d’impact. Comme je ne pouvais pas vraiment nager efficacement à cet endroit, je me suis dis: ‘tu n’as qu’à faire la photo du lapin pris dans les phares de la bagnole’. J’ai tout juste eu le temps de plogner après ça, et d’attendre une sanction quelconque. Mais rien, je m’en suis sorti sans bobo.

Lagundri possède tout le panel pour faire rêver les surfeurs: du petit et technique, bien creux, jusqu’aux énormes barriques exotiques et puissantes. Les photos suivantes le montrent. Comme elles montrent également l’adaptabilité de Leo devant ces changements: il n’a pas tardé à comprendre comment en tirer des airs dans toutes les positions.

Le fameux lapin...
Aritz devant sa première bombe sur ce swell magique
"Nan mais meeec!"
Et ça enchaîne...
Leo en mode Air Sumatra

Share

Newsletter: termes et conditions

Merci de renseigner votre e-mail de manière à vous tenir informé de toutes les news, articles, nos dernières offres. Si vous n'êtes plus intéressé vous pouvez renoncer à tout moment. Nous ne vendrons jamais vos données personnelles et vous ne recevrez que nos messages et ceux de nos partenaires qui sont susceptibles de vous intéresser.

Read our full Privacy Policy as well as Terms & Conditions.

production