Share

Opinion

Rio le maillon faible du Dream Tour

Vous pouvez me faire tous les calculs sur la croissance du PIB Brésilien que vous voulez, sur la prétendue rentabilité de cette étape pour Billabong, sur les droits TV; moi ce que je vois depuis que Rio est revenu sur le World Tour, c’est que les perdants ce sont: nous et le surf…
Ne me dites pas que sur tout le continent Sud Américain, il n’y a pas un meilleur spot pour accueillir l’élite!!! et surtout ne me dites pas que les gens en avaient marre de J-Bay!!!
Arica a fracassé le crâne d’Adriano lors du Rip Curl Pro Search, mais d’un point vue surf c’était autrement plus intéressant que le fameux Floateur Gate de Rio…Le marché Sud Africain ne pèse pas autant que celui du Brésil certes, mais le créneau horaire de J-Bay est le même que l’Europe…et où s’il vous plait y’a-t-il plus de thunes à se faire pour les marques: au Brésil (qui aiment consommer Brésiliens eux!) ou en Europe?
Certes Billabong connait des temps durs et cela explique en partie le choix de Rio grâce à l’apport financier des co-sponsors de l’épreuve, mais la tentation doit être grande aujourd’hui pour ZoSea de choisir les étapes sur des critères financiers plutôt que sur la qualité d’un reef, d’un point break ou d’un beach break. Le Dream Tour cher à Rabbit survivra-t-il à la crise, rien n’est moins sûr…
En attendant la comparaison, facile je vous l’accorde, n’est pas flatteuse…

Bede ce matin à Rio…Photo: ASP
Bede en 2011 à J-Bay…Photo: ASP

Share

Newsletter: termes et conditions

Merci de renseigner votre e-mail de manière à vous tenir informé de toutes les news, articles, nos dernières offres. Si vous n'êtes plus intéressé vous pouvez renoncer à tout moment. Nous ne vendrons jamais vos données personnelles et vous ne recevrez que nos messages et ceux de nos partenaires qui sont susceptibles de vous intéresser.

Read our full Privacy Policy as well as Terms & Conditions.

production