Share

Opinion

Officiel: Les 5 Pires Destinations pour un Surf Trip

Sud-Ouest, Cornouailles, Australie, Bali et Mentawais... Si on te le dit!

Comme si le surf et le lieu n’était pas assez pourri comme ça dans la liste que l’on te propose ici, sache que tu risques en plus de t’entendre gueuler par un vieux con en SUP “dégage de mon spot, connard”. Car les mauvais endroits attirent les mauvaises personnes, c’est bien connu… Bref, on avait prévu de se faire encore quelques amis en 2017, te voilà prévenu!

Cornouailles

Si l’idée pour le moins saugrenue d’aller surfer chez les British te venait en tête, histoire de voir par exemple s’ils cuisent de la même couleur que sur ton spot à toi,  tu peux toujours aller du côté des falaises blanches de la Perfide Albion et son lot de gueulards, d’embouteillages et de lecteurs du Daily Mail. Chaque britannique, pour peu qu’il soit un minimum surfeur du dimanche, est d’ailleurs convaincu que oui, les Cornouailles sont un spot de surf qui n’a rien à envier à, au hasard, les Landes ou le Portugal. La vérité, c’est que les vagues y sont la plupart du temps misérables. Regarder un magnifique et puissant swell lointain venu de l’Atlantique Nord, se transformer en pathétique et futile ondulation en s’approchant des plages britanniques prétendument “aussi plates que Jane Birkin” a quelque chose de profondément triste, même énervant. On en deviendrait presque agressif rien que pour ça. Côté ville? C’est pas mieux. Un vrai paradis pour les m’as-tu-vus des Midlands avec Ford Escort ‘British Touch’ en option. Et ne parlons pas des faux villages de pécheurs qui n’ont soit disant pas bougé d’un pouce depuis 1952, remplis jusqu’à la gueule des résidences secondaires des Boys de la City en mal d’authenticité.  Les marées sont une chimère, le vent présent 99.9% du temps, même s’il arrive qu’il tourne SSSE pendant 10 minutes par-ci, par-là… Si tu as du bol. Mais ce qui est le pire, oui pire que les conditions de surf, les gens, le panorama et les routes? Ceci: quand l’été arrive enfin sur les îles britanniques, lorsque le soleil perce enfin l’épais nuage de pollution qui recouvre ce pays qui ne se considère plus assez bien pour l’Europe se dissipe enfin, et bien en Cornouailles il fait 18°, nuageux et venté comme pas possible. D’ailleurs, fait bien connu: personne n’est arrivé à lire un journal à l’extérieur en Cornouailles depuis que l’on ne distribue plus gratuitement ces barres de lectures en bois, que l’on voit encore parfois dans les vieux bistrots. C’est à dire depuis 1952, justement.

“Les marées sont une chimère, le vent présent 99.9% du temps, même s’il arrive qu’il tourne SSSE pendant 10 minutes par-ci, par-là…”

Australie

Ça fait envie, non?

L’Australie est une destination sérieuse si tu as l’intention d’y prendre un petit déj. Notamment si tu es du genre option végétarienne, avec supplément œufs brouillés et baked beans maison. Le café y est aussi très bon, comme le thé. Et le surf? Saccagé!

Il fut un temps où les Australiens étaient pleinement conscients de leur place dans le monde: bien en bas à droite. On appréciait même occasionnellement leur accent chantant dans nos contrées, même les Anglais rigolaient quand ils fulminaient sur le prix de leur bière servie à température ambiante, et sans bulles. À présent, leur pays est encore plus cher que l’Europe, en tout cas près des spots de surf. Ils en ont perdu leur sens de l’humour (attention, c’est peut-être ce qui nous guette aussi un jour), et si tu ne fais pas banqueroute là-bas ou ne te fais pas avaler par un méchant slab local, c’est sans doute la faune locale tout à fait désagréable qui aura raison de toi. Car alors que les créatures gênantes vivant sur terre ont été en grande partie décimées pour faire de ce lieu un endroit à peu près viable et mieux accéder aux riches ressources naturelles, utiles notamment pour payer leurs copieux petits déjeuners, celles qui vivent non loin des côtes sont parmi les plus incontrôlables (et incontrôlées) au monde. On parle bien entendu des requins. Une petite rame près de Byron Bay? Tu n’as pas seulement la chance de tomber sur un squale, tu as surtout de fortes probabilités de te faire croquer. À éviter. Par dessus tout.

“L’Australie est une destination sérieuse si tu as l’intention d’y prendre un petit déj”

Cette vidéo est un fake. Un gros mensonge supporté par le lobby des mecs qui se montrent à poil à 4.49.

Sud-Ouest de la France

Ah, nous y voilà! Les français qui lisent ceci se sont bien marrés jusqu’à présent, mais dans 2 minutes ils vont saisir leur clavier pour nous lâcher un tombereau d’insultes sur internet, comme en atteste régulièrement leur second degré légendaire. J’en suis, donc je suis bien placé pour le savoir!  D’abord, coupons court à la propagande, les médias du surf sont tous là-bas et ils mentent tous: le Sud Ouest est un peu comme un immense beachbreak à perte de vue, qui fermerait en permanence. Il y a d’ailleurs un dicton local: si tu vas au spot et que c’est joli, c’est que tu as raté la session. Et c’est comme ça depuis 1956, date à laquelle le surf est arrivé en Europe, à Biarritz pour être précis. Autre lieu largement sur-côté, au passage. Tu aimes le camping chic? Le road trip en combi flambant? Génial! Tu pourras te poser sur l’un des nombreux parkings plein de détritus et qui puent la pisse à longueur d’année, peuplés de vagues chépers qui jonglent sur leurs longboards en suivant péniblement leurs chiens agressifs. On ne sait d’ailleurs plus vraiment si on marche dans la merde humaine ou canine, en plein été. À l’odeur, peut-être? Et pour ce qui est du service, on restera poli et on dira simplement qu’il ne faut pas être pressé, ni nerveux. En fait, si tu as besoin de rien, c’est mieux. Ah, le meilleur pour la fin: les locaux qui pensent pouvoir arranger l’étiquette du surf à leur sauce… Ben oui quoi, c’est eux les locaux mec, pas toi! La rame à l’intérieur, c’est leur spécialité. Comme la mauvaise humeur. Sérieux, j’ai déjà croisé un mec dont le docteur venait de lui révéler un cancer incurable, et qui tirait moins la gueule que le surfeur français moyen en train de checker les vagues un matin ensoleillé par vent off shore. Pour finir, il y a en plus des hordes d’Allemands. Des hordes d’Allemands en tongs. En tongs, aux cheveux longs, fins et cassants, et au rire exagérément bruyant. Avant, ils faisaient profil bas, pour plein de bonnes raisons. Aujourd’hui, ils veulent les mêmes vagues que tout le monde!

“Si tu vas au spot et que c’est joli, c’est que tu as raté la session”

 

Bali

Ok ok pas si mal… Il n’arrive qu’en 4ème position!

Fut un temps, Bali était le lieu qui cristallisait tous les rêves relatifs au surf. Les conditions de surf y étaient parfaites, elles pouvaient changer ta vie, pour de vrai. Sa culture y était aussi séduisante que fascinante. Le trip d’une vie, qu’on disait. Aujourd’hui, c’est un cliché grandeur nature, avec pantalon de yoga et pendentifs en toc, surveillé par des légions de polices en tout genre. C’est d’ailleurs là que se rendent systématiquement ceux que la vie a laissé sur le bord du chemin trop vertueux, ou trop libéral, au choix. On vient y perdre ce qu’il nous reste d’âme, en postant sur Instagram encore une autre photo de piscine à débordement, débordant sur l’éternité.

Ok, le surf n’est pas si mauvais à Bali, accordons lui cela. Mais c’est donc encore plus frustrant de ne jamais pouvoir y accéder. C’est pire qu’un trip sur le périf’ un 30 juillet à 18h.Tu veux tenter le pic caché tout à gauche à 6h du mat’? Tente le coup, tu auras peut-être encore le temps après ça de trouver un resto ouvert pour ton souper… Une petite soirée? Franco, si tu aimes le rap transcendental délivré par un mégaphone amélioré et des mecs plus défoncés qu’à un banquet de Golden Boys, tu vas te régaler. D’ailleurs, le surf n’est plus recommandé à Bali, déjà qu’il n’était pas recommandable… À la limite ça vaut encore le coup, si tu as vraiment envie d’avoir une photo prise de dos par ta copine (trouvée sur place), le doigt levé et boardshort saillant, avec au choix le temple Ubud ou le Mont Agung en background, avec en légende le ‘Tout ceux qui errent ne sont pas perdus” de JRR Tolkien. Tu sais qui tu es.

“Un cliché grandeur nature, avec pantalon de yoga et pendentifs en toc, surveillé par des légions de polices en tout genre”

Les Mentawaïs

Ze Ments… Là où tu peux admirer des pros que tu n’as jamais kiffé prendre ‘presque’ des tubes avec leurs casquettes étanches vissées sur la tête. Le tout pour quelques milliers d’Euros, plus les vols!

T’es pas con quand même, t’allais pas débourser 4.000 boules pour surfer Roxy! Ah si? Bon et bien on espère que cette session sur la droite la plus sexy du monde changera ta vie, en bien. Oui enfin sexy, c’est vite dit! Dans la mesure ou il est sexy de passer l’essentiel de son temps à ramer autour des bateaux de pros, ou de pros qui rament beaucoup plus vite que toi, qui se posent à l’inside et prennent les bombes, pour ne te laisser ramasser que les quelques miettes qu’on veut bien te céder, au nom de “l’esprit surf” moribond.

La dichotomie s’établie comme suit: d’un côté, les gros cons pétés de blé qui se la donnent sur des bateaux énormes, et qui pour le prix exorbitant qu’ils ont payé pensent qu’ils se sont aussi offerts le droit de te snaker la gueule du matin au soir. C’est eux les gagnants du loto de la vie mec, tu n’as qu’à t’y faire ou crever! De l’autre, les locaux, qui ont plus faim que toi, au sens littéral du terme aussi. Ils ne vont rien te laisser, bro. Entre les deux: toi. Et tes potes, venus chercher le rêve ultime du surf, et témoins privilégiés d’un cauchemar qui prend forme malgré l’insouciance et la joie de circonstance que tu t’imposes d’afficher à la face de tous, tout le temps.

Si tu as atteint le point Zen ultime qui te permet de ne pas t’énerver après le 292ème drop sur ta tronche d’un nouveau pro/banquier véner du lineup, attend de voir arriver, en plus de tout ce beau monde, le groupe de dentistes néo-zélandais quinquagénaire, dans leur shorty/bob à ficelle assortis et leur sandales à reef… Là mon gars, il faut s’appeler Vishnou pour pas péter un câble.

“Des gros cons pétés de blé qui se la donnent sur des bateaux énormes, et qui pour le prix exorbitant qu’ils ont payé pensent qu’ils se sont aussi offerts le droit de te snaker la gueule du matin au soir”

P.S.: Avec le taux de change actuel, on parlerait plutôt de 5.000€ maintenant, merci.

Share

Newsletter: termes et conditions

Merci de renseigner votre e-mail de manière à vous tenir informé de toutes les news, articles, nos dernières offres. Si vous n'êtes plus intéressé vous pouvez renoncer à tout moment. Nous ne vendrons jamais vos données personnelles et vous ne recevrez que nos messages et ceux de nos partenaires qui sont susceptibles de vous intéresser.

Read our full Privacy Policy as well as Terms & Conditions.

production