Tu le sais, l'Indonésie est le meilleur pays au monde pour le surf. Beaucoup de ses endroits cachés figurent dans la liste des meilleurs spots de la planète...

Le plus dingue, notamment aux Mentawai ou même à Bali, c'est que ces spots sont presque voisins: du coup, non seulement il y a de la qualité mais aussi de la densité! Voici notre Top 10 des spots indonésiens:

NIAS

pk003-680x432

Description: Quelqu'un l'a décrite comme étant les meilleures sept secondes que l'on puisse passer dans un tube. Nias est probablement la seule vague qui s'est améliorée avec le tremblement de terre de 2009. L'ancien tube en eau profonde qui avait besoin d'une houle d'au moins 2m pour commencer à marcher n'a plus besoin que d'1m50 et le take off est plus raide.

Histoire: L'aventurier Australien Peter Troy est probablement le premier à avoir surfé Nias au milieu des années 70 et dès le début des années 80, c'est devenu l'un des pélerinage obligé pour tout surfeur qui se respecte. Et cela n'a pas changé.

Dangerosité: le reef surélevé par le tremblement de terre a même réussi à séduire les surfeurs les plus exigeants, car par grosse houle, il faut maintenant des couilles et une vraie technique. Le gros channel et la mise à l'eau «  les cheveux au sec » offrent toujours un environnement rassurant.

Meilleurs surfeurs: Thornton Fallander, un surfeur/shapeur australien s'est fait un nom dans la vidéo Storm Riders.  Depuis, la session post-tsunami dans la vidéo «  Who is JOB ? » de Jamie O’Brien surfant des barrels de 3m a généré un tout nouvel intérêt pour le spot.

Logistique: Les familles locales et leurs losmens se sont installés tout le long de la baie depuis le début des années 80, offrant des logements, de la bière, des fruits et du riz aux hordes de surfeurs de passage.

Saison: Au risque de se répéter, l'hiver indonésien est le bon moment pour les houles et les vents favorables. Lagundri a besoin d'un peu plus de houle que les autres spots et la plupart des vétérans vous parleront de ces deux semaines de plat qui a failli les rendre fous.

Coût: Nias est loin, très loin de tout et il faut jongler entre les avions, les bateaux et les bus pour s'y rendre. C'est un endroit pour ceux qui disposent de plus de temps que d'argent. Ce spot a besoin de patience, pas d'un gros compte en banque.

KERAMAS

aframe_keramas_as_38531-680x441

Description: Une droite super fun qui commence à avoir du mur à partir d'1m50 et qui creuse bien au-dessus de 2m. Idéalement, vous sortez à fond du tube de la première section et vous vous retrouvez devant un mur vert foncé pour faire parler toute votre puissance.

Histoire: C'est un des miracles de notre ère moderne que ce spot soit resté si longtemps secret. Depuis 30 ans les surfeurs qui visitaient Bali rêvaient de trouver une longue droite capable de marcher quand le Bukit est onshore. Cette vague déroulait et tubait à moins d'une demi-heure de voiture . Puis la rumeur s'est propagée dans les années 90, les photos ont suivi dans les années 2000 et maintenant ce n'est plus un secret pour personne.

Dangerosité: Cette vague est puissante et bien qu'il n'y ait pas vraiment de risque de se fracasser le crâne sur le fond…si vous vous loupez sur une vague de 2m, vous le sentirez passer !

Meilleurs surfeurs: Taj, Andy et Bruce l'ont plutôt bien surfée, mais ce sont les locaux comme Lee Wilson et Marlon Gerber qui dominent à Keramas.

Pourquoi la surfer?: Parce que c'est la meilleure droite sur Bali.

Logistique: A 45 minutes de voiture de Kuta, à 20 minutes de Sanur, avec de plus en plus de logements en face de la vague. C'est devenu un nouveau point de ralliement et une raison nouvelle de venir à Bali.

Saison/Swell: les vents thermiques constituent le principal problème et il faut donc surfer la vague tôt le martin. Les houles d'hiver sont les plus consistantes mais le vent de nord-ouest, idéal pour Keramas, souffle plus hors-saison.

Coût: Logement et nourriture pas chers et en abondance. Si vous ne sortez pas le soir (car il faut surfer tôt), c'est une option pas chère et encore très sympa même à l'eau.

De l'intérieur à Mikala Jones:

APOCALYPSE

Childs-1204-003831-680x453

Description: En un mot, une vague qui ferme. Une vague qui déroule à vitesse grand V sur plus de 100 mètres sur un corail de feu…à fleur d'eau.En somme, la meilleure vague qui ferme de la planète !

Histoire: Les surfeurs observaient cette vague depuis One Palm Point, de l'autre côté de la baie depuis 20 ans en pensant qu'elle était insurfable. Ils avaient plus ou moins raison. Des mecs comme Dylan Longbotton, Mikala Jones et Timmy Turner ont tenté leur chance au début des années 2000, le résultat a été sidérant.

Dangerosité: 11 sur 10. Commence à marcher à partir de 2m/2m50 et frappe méchamment le reef sans échappatoire. On se retrouve littéralement piégé dans un train à grande vitesse qui termine sa course dans le mur…9 fois sur 10 !

Logistique: aussi inaccessible qu'à la bonne vieille époque. Quand on surfe au Panaitian, la galère de l'exploration reprend tout son sens. Il faut aller à Jakarta, puis rejoindre lentement et péniblement un petit bateau de pêcheur qui met le cap sur l'île. Manger du riz, prendre des tubes et essayer simplement de survivre.

Pourquoi surfer cette vague?Pas besoin, c'est pour les fêlés uniquement.

Saison: le spot a besoin d'une super grosse houle pour qu'il y ait des vagues dans la baie ,donc l'hiver est la meilleure saison pour surfer cette « bête rare ».

Coût: Le prix est bas mais « ça peut coûter très cher »… Dengue, paludisme sont deux dangers qui empêchent de se concentrer totalement sur la vague et le reef.

Certainement la vague la plus méchante d'indo:

G LAND

divine

Description: Un reef de plus d'un kilomètre qui offre des sections multiples, la plus facile tout en haut (Kong) et tout en bas (Speedies) … la meilleure. Quand la vague connecte, c’est le paradis.

Histoire: Repérée par Mike Boyum depuis un avion, son frère et lui l'ont surfée pour la première fois dans les années 70, puis ils ont construit le tout premier surf camp au monde, Bobby’s, qui existe encore aujourd'hui.

Dangerosité: personne n'est jamais mort à l'eau mais certains sont passés tout près. Vague ultra puissante, peu d'eau sur le reef, loin de tout au bord de la jungle… un mélange détonant !

Logistique: La nuit blanche avec ses 8 heures de bémo et une traversée en ferry depuis Bali ont été remplacées par une traversée rapide en speed boat d'à peine une heure. Restez dans l'un des deux surf camps pour vivre l'expérience surf ultime.

Pourquoi surfer cette vague? Comme expérience surf, c'est dur de faire mieux et Speedies reste l'une des vagues les plus parfaites et tendues de la planète.

Meilleurs surfeurs:Le légendaire Gerry Lopez (en Speedo) dans les années 70, Tom Carroll dans les années 80, le Quik Pro a vu Kelly et Luke Egan dominer le spot. Kong a une section qui porte son nom et les guides comme Camel et Dave Scard sont ceux qui ont passé le plus de temps dans les tubes de G-Land.

Saison: de juin à septembre les vents offshore sont constants (jusqu'à environ 10h du matin) avec de la houle à foison. Si c'est plat à G-land, c'est plat partout en Indo!

Coût: L'un des meilleurs surf trips au monde pour son rapport qualité/ prix, sans distractions : pas de filles, de boîtes de nuit ou de prostituées.

G Land ou la naissance du Dream Tour:

PADANG PADANG

Childs-1110-18211-680x453

Description: Le meilleur tube, le plus creux de Bali. Le spot ne commence à marcher qu'à partir d'1m50 et ne devient vraiment bon qu'au-delà de 2m. Beaucoup de monde à l'eau, un tube intense et une section méchante à l'inside avec de moins en moins d'eau, au fur et à mesure que l'on avance.

Histoire: c'est l'Australien Steve Cooney et l' Américain Rusty Miller qui ont pour la première fois surfé Ulu’s en 1971. Il ne leur a pas fallu longtemps pour découvrir que dans la crique suivante, le barrel, certes plus rare, était encore meilleur. Depuis, le spot est devenu un haut lieu du surf.

Dangerosité: Ne marche que pas grosse houle hivernale et devient bon au-dessus de 2m à marée très basse. Ajoutez à cela une foule agressive à l'eau et cette vague a de quoi faire peur à presque tous les mortels que nous sommes.

Pourquoi la surfer? Un tube à Padang vaut dix tubes à Bingin et il faut voir de l’intérieur cette perfection verte et rare…pour y croire.

Logistique: Rester à Kuta ou dans les hôtels de plus en plus nombreux au-dessus du spot. La plage est magnifique et généralement remplie de belles créatures…qui bronzent.

Meilleurs surfeurs: Dans les années 80, Jim Banks était de loin le meilleur surfeur . Jamie O’Brien a épaté la galerie lors de l'épreuve Rip Curl en 2009, tout comme Kelly pendant le Search en 2008 (en switchfoot) mais ce sont les locaux comme Wayan Gobleg et Rizal Tanjung qui ont passé le plus de temps dans ce barrel.

Saison: De mai à septembre en espérant qu'une grosse houle coïncide avec d’importants coefficients de marée.

Coût: Choisissez entre un nasi goreng «demi-étoile » et des cocktails devant une piscine à débordement.

LANCES RIGHT (OU HT'S)

aframe_indo_gold_pf1

Description: la vague pour laquelle les surfeurs regular donneraient leur couille gauche. Un tube parfait de six secondes, généralement baigné par une lumière dorée et déferlant dans une baie tranquille.

Histoire: L'Australien Lance Knight est resté sur l'île pendant une semaine au début des années 90 et a découvert la vague juste avant que Martin Daley et l'Indies Trader arrive sur zone. Quand la folie s'est emparée des Mentawais quelques années plus tard, Lance’s Right en a été l'épicentre.

Dangerosité: La dernière section ne s'appelle pas la Table du Chirurgien pour rien, et à plus de 2m50 la vague double dangereusement mais à 1m50/2m, c'est l'une des vagues les plus fun d'Indo.

Pourquoi la surfer? Combien de photos de plus vous faut-il pour saliver?

Logistique: Plusieurs surf camps ont vu le jour et le camping n'est plus la seule option pour surfer HT. Il y a l'option bateau aussi. Il y a souvent du monde à l'eau mais Lance’s Right a plusieurs humeurs et il est possible de surfer seul tôt ou tard, surtout hors de la haute saison.

Meilleurs surfeurs: Slater et Dorian y ont eu de beaux duels mais comme Macca, tous les surfeurs pro ont scoré ici depuis une vingtaine d'années. Et avec un tube ridiculement facile, même les blaireaux sortent du tube en criant.

Saison/Swell – De mai à octobre, la haute saison est la plus consistante mais les vents plus faibles hors-saison peuvent donner de très belles journées. La vague a besoin d'un vent de nord mais s'il tourne, il y a Lance’s Lefts de l'autre côté de l'île qui n'est pas vilaine non plus.

MACARONI

LawrenceN-MENTAWAI

Description: Décrite comme la gauche la plus fun au monde, Macaronis offre un take off assez raide qui débouche directement sur un tube parfait. Puis la vague déferle sur près de 80 mètres avec un bon tempo et une épaule toute aussi parfaite pour la réalisation de manoeuvres en tout genre.

Dangerosité: Plus méchante qu'elle n’en a l'air mais pas assez dangereuse pour que vous choisissiez de porter un boardshort marron. Au-dessus de 2m, la vague ne devient pas plus grosse mais elle gagne en épaisseur et développe assez de puissance pour qu'on la traite avec respect.

Histoire: La légende veut que des campeurs aient découvert cette vague en lui donnant ce nom après avoir mangé des macaronis pendant plusieurs mois. Les premiers bateaux sont arrivés au début des années 90 et depuis, elle est devenue presque incontournable pour chaque trip aux Mentawai.

Meilleurs surfeurs: Depuis 20 ans, chaque surfeur pro a surfé cette vague, du jeune loup fraîchement sponsorisé jusqu'aux champions du monde. Il est impossible de sortir du lot un surfeur en particulier car la vraie star…c'est la vague.

Logistique: Choisissez entre le Macaronis Resort et l'option bateau. Pour les plus téméraires, vivez à la dure sous la tente avec du riz et des pâtes bien évidemment.

Pourquoi surfer cette vague? C'est une vague qui correspond pour 99 pour cent des surfeurs à l’idée qu’ils se font de la perfection. Elle possède des tubes, un mur et tout ce qu'il faut entre les deux.

Saison/swell: marche de 50cm à 3m à toutes les marées, elle maintient sa forme majestueuse même quand le vent souffle onshore.

Coût: Vous devrez lâcher au moins 2000 euros pour la surfer, peu importe l'option choisie. Et vous ne surferez pas tout seul, les bateaux se battent maintenant avec la limitation du nombre d'ancrages autorisés. Mais s'il y a de la houle et que vous êtes patient, votre investissement financier et psychologique sera récompensé.

NO KANDUI

photo2

Description: Presque l'image inversée de Rifles qui déferle de l’autre côté de l'île, peut-être encore plus rapide et creuse. Cette gauche tient les grosses houles jusqu'à plus de 4m, elle offre des tubes de plus de 10 secondes ou… la punition de sa vie.

Dangerosité: On a tendance à se retrouver systématiquement derrière les sections à No Kanduis et les conséquences peuvent être le tube de votre vie ou un passage prolongé sur le corail et une remontée difficile et périlleuse au line up.

Histoire: L'un des joyaux de la zone de Playground, mais généralement réservé aux pros et aux maîtres des tubes indonésiens. Il y a eu quelques sessions filmées, c’est une vague célèbre qui reste peu surfée.

Meilleurs surfeurs: Lors du OP Pro, une compétition sur invitation qui a eu lieu en 2001 avec Bruce Irons, Andy et Shane Dorian .Ils ont tous eu des tubes backside incroyables. Tapez sur google «  Ozzie Wright et Kanduis » : vous verrez un clip d'Ozzie dans un tube de 20 secondes.

Logistique: Voir Rifles.

Saison/swell: la vague a besoin d'une grosse houle pour marcher mais elle fonctionne plus souvent que Rifles. La direction de la houle est importante car la section de l'inside cassera des planches et fera de vous…du « petit bois » !

Coût: Quel prix êtes-vous prêt à payer pour un tube de 15 secondes?

RIFLES

photo5

Description: L'une des meilleures , plus longues et plus méchantes droites des Mentawais: un ride de 150m, avec des longues sections à tubes, des murs parfaits et des endroits où il ne fait vraiment pas bon tomber.

Histoire: Rifles est restée secrète et avait une réputation assez mystique. La zone est maintenant remplie de surf camps ,mais au moins la réalité a été à la hauteur du mythe. Sans aucun doute l'une des meilleures droites d'Indonésie.

Dangerosité: c'est une vague assez méchante car elle a besoin de taille pour marcher et ne commence à montrer son visage qu'à partir de 2m50 . La houle arrive de pleine eau et explose avec beaucoup de puissance sur un reef peu profond. C'est une vague sérieuse pour surfeurs…sérieux uniquement.

Pourquoi la surfer? Qu'est-ce que vous n'avez pas compris dans la phrase “la meilleure droite d'Indonésie"?

Logistique: Le Kanduis land camp a été le premier à s'installer sur l'île et aujourd'hui beaucoup d'autres camps ont vu le jour et s’ajoutent à la foule amenée par les bateaux. Mais le line up est long et de nature à sectionner. La puissance de la vague est telle que la foule à l'eau n'est jamais un réel problème.

Meilleurs surfeurs: Shane Dorian a passé pas mal de temps sur cette vague, il est assez à l'aise dans son tube. L'année dernière, Mark Mathews a scoré ici le meilleur barrel de la saison.

Saison: Commence à marcher par grosses houles de sud en hiver et avec un vent léger de nord.

Coût: Le No Kanduis landcamp n'est pas donné mais son emplacement est exceptionnel. Rifles d'un côté, No Kanduis de l'autre et de superbes lagons avec sable blanc et plein d'autres vagues accessibles en speed boat.

DESERT POINT

desert

Description: Certains la considère comme la meilleure gauche en Indo...ce qui n'est pas peu dire quand on voit les concurrentes dans cette liste. Mais dès que les marées sont suffisamment fortes et que la houle est au rendez vous, Desert à marée basse offre une vision et des tubes hypnotiques. Un paradis pour goofy et un beau challenge pour les natural. Les tubes de dix secondes n'y sont pas rares...

Histoire: le baroudeur australien Jim Banks l’a surfée tout seul dans les années 80, il a été tellement impressionné par la vague qu’en partant, cela lui a laissé un goût amer dans la bouche, car il savait très bien qu’il n’arriverait jamais à revivre la même intensité. Cette vague impressionne depuis le début des années 80, elle attire les foules depuis le début des années 90 et a offert des images saisissantes tirées de toutes sortes de vidéos, de clips web et de campagnes marketing du nouveau millénaire. En 2001, elle a été élue meilleure vague du monde par les lecteurs de Tracks magazine. L’année dernière, Surfer magazine l’a classée troisième dans un classement similaire (derrière Pipe et J-Bay).

Dangerosité: bien sûr le récif n'est pas loin mais la leçon à retenir ici plus qu'ailleurs, c'est que le barrel est l'endroit le plus sûr. Tirez tout droit et là, la punition devient en un quart de seconde plus pénible. C'est une gauche tellement parfaite que les sections même si elles semblent piègeantes vous laisse toujours une porte de sortie. Attention plus vous irez loin, moins il y aura d'eau dessous!

Logistique: presque facile de nos jours..il y a des losmens sur la plage et la Bintang fraiche à votre sortie de l'eau. Mais Bangko Bangko n'a pas été toujours aussi accueillant et tout le monde a entendu parler des célèbres vols et aggressions sur Bangko Bangko.

Les meilleurs surfeurs: les locaux, Craig Anderson, Pablo, Dead cat et le mexicain. Il y a souvent foule quand les conditions sont réunis.

 

N'hésite pas à réagir et nous dire ton avis dans les commentaires!