Share

Opinion

le surf de gros, préparation mentale et physique…

La préparation physique des surfeurs, cela faisait sourire il y a encore peu de temps. Quand on posait la question aux intéressés, presque confus, ils déclaraient que leur entrainement c’était de surfer et point à la ligne! La génération d’avant, elle se contentait pour toute réponse d’ouvrir une nouvelle canette de bière et de rire…

Etes-vous prêts?

Puis, il y a eu le titre de Mick Fanning remporté à coups de tubes, de whacks haute vitesse et… de swiss ball, d’exercices d’abdos et de yoga…D’un coup, le monde du surf professionnel a investi les salles de gym et a recruté des coachs à la mine sérieuse et appliquée. Mais en y regardant de plus près, certains s’entrainaient depuis belle lurette; des surfeurs de grosses vagues comme Hamilton, Dorian, Snips etc. Et aujourd’hui, avec le renouveau du surf à la rame dans les grosses vagues, il y a un intérêt grandissant pour ces techniques d’entrainement assez spéciales, bien au delà du cliché du surfeur marchant au fond de l’océan avec sa grosse pierre.

Nous avons rencontré notre expert français, Thierry Krawiek, qui s’est occupé de Jérémy Flores pendant quelques mois en vue de sa participation à l’Eddie Aikau et qui dirige maintenant les entrainements d’une bonne demie douzaine de pros comme Benjamin Sanchis, Alain Riou ou encore Yann Benetrix pour le tow in…

Thierry, peux tu te présenter rapidement?

Je vis dans les Landes depuis plusieurs années et j’ai pratiqué à haut niveau la natation au début de ma carrière. J’ai fait partie de l’Equipe de France puis je me suis dirigé vers le sauvetage côtier en passant chaque année plusieurs mois en Australie pour participer aux compétitions professionnelles dans les différentes catégories. J’ai toujours été surfeur également, ce qui est important dans ce que je propose aujourd’hui…

La photo souvenir avec Shane Dorian… Thierry accompagné de Yann Benetrix a assuré la sécurité lors de la session de Nazaré en janvier dernier.

Nous parlerons de l’entrainement après, mais quel est ton constat sur l’entrainement des surfeurs aujourd’hui?

J’ai eu la chance de pouvoir m’expatrier et de pouvoir m’entrainer aux côtés des meilleurs athlètes en natation, sauvetage côtier et triathlon ainsi qu’avec les meilleurs coachs au monde. Quand tu arrives dans le milieu du surf, tu hallucines car dans les disciplines où j’ai fait carrière, tu ne pouvais pas gagner sans un entrainement herculéen! Les surfeurs, même professionnels, dans leur immense majorité n’ont pas une bonne hygiène de vie et ne suivent aucun entrainement. En Australie par exemple, ce n’est pas tout à fait pareil, beaucoup de jeunes surfeurs passent par l’école du sauvetage côtier et ont donc un certain goût de l’effort. Je pense par exemple à Richie Lovett ou encore à Joel Parkinson qui ont tous les deux fait des résultats en côtier.

Alors les européens sont vraiment à la traine?

Je ne dirais pas ça, des garçons comme Jérémy Flores ou encore Sancho ont des très bons appuis aquatiques, ils savent avancer, ils savent bien se comporter dans l’élément, ils sont bons dans un sens non académique, mais au niveau natation, il y a beaucoup de travail et c’est l’une des grandes différences avec les Australiens et les Hawaiiens par exemple.

En individuel, comment mesure-t-on le niveau ‘d’aisance’ d’un surfeur dans l’eau?

Que cela soit dans des grosses vagues ou pas d’ailleurs, tout le monde a connu une mauvaise expérience, tout le monde s’est fait peur. Le travail que je propose se fait sur le long terme et permet à chacun de gagner en confiance. Si l’on prend le cas de Jérémy Flores, il n’avait jamais été dans une piscine, il ne savait pas ‘plonger’ correctement même. On voit par contre tout de suite qu’il est super aquatique et qu’il a passé sa vie dans l’eau rien qu’à sa manière de nager. Mais, il n’avait aucun repère de temps, de distance et d’endurance.

Donc Jérémy Flores, le premier jour cela donnait quoi en chiffre?

45 secondes à 1 minute d’apnée en statique, capable de faire 12 mètres sous l’eau…

Et après 2/3 mois d’entrainement?

3 minutes en statique et 50 mètres sous l’eau sans aucun problème!

Rentrons plus dans le détail, comment les fais tu travailler?

Je pars toujours d’une situation qu’ils peuvent rencontrer en surf, comme deux, trois vagues passées sous l’eau et je leur prépare un travail spécifique. Je ne cherche pas à leur donner une apnée pour aller à 100 m de profondeur ou faire 5 à 6 minutes en statique. On travaille par exemple, avec les poumons vides ou les poumons pleins car en surf, on a parfois pas le temps de prendre sa respiration!

Comme Jérémy lors du Quiksilver Pro France?

Oui, il a passé deux vagues sous l’eau, mais en plus avec les poumons vides car sa chute dans le tube ne lui a pas permis de faire le plein d’air avant de se faire coller au fond…

Départ juste sous la lèvre. C’est sur le cliché suivant que cela se complique…Photo: Quiksilver
JF tombe à plat, les poumons vides et va passer deux vagues sous l’eau…Sonné, il mettra quelques minutes à revenir au line up et avouera plus tard que sa préparation avec Thierry lui a bien servi ce jour là! Photo: Quiksilver

 

Mais c’est monnaie courante dans le surf de gros, alors comment pousses tu leur organisme à gérer ces situations critiques?

Comme me l’a dit Shane Dorian un jour, l’important c’est de rester lucide. C’est d’être capable de remonter le long de son leash, ou de l’enlever en cas de problème, c’est d’être capable de savoir où est le bas et où est le haut, et surtout, surtout de ne pas paniquer!

Nous avons mis un place un test que nous appelons l’Aqua Stress…pour pousser un surfeur déjà entrainer par nos soins dans ses retranchements en piscine….

Tu commences à me faire flipper…

C’est le but premier! 1 à 2 semaines avant le test, j’en parle avec les surfeurs…je commence à mettre en place le ‘stress de l’inconnu’: « on sera plusieurs à te surveiller, ne t’inquiète pas » « les pompiers seront là aussi… » « On aura de l’oxygène sur place… »…voilà la première étape, la mise en stress…

Etre capable de rester lucide sur…et sous l’eau. Photo: quiksilver.com/eddie

 

Et la deuxième…?

Là on rentre dans le dur! On fait d’abord travailler le mec normalement puis on lui bande les yeux et on lui met un leash au pied…On lui demande de descendre au fond puis de remonter comme d’habitude. Mais on commence à le chahuter, avec un mec qui le tourne, un autre qui lui tire le leash…On lui fait perdre ses repères…On est plusieurs dans l’eau autour de lui. Parfois quelqu’un balance même des bulles d’air avec une bouteille d’oxygène pour complètement le désorienter. Il ne sait plus où est la surface…Moi, je chronomètre tout cela…Puis toujours les yeux bandés, on le laisse remonter et au moment où il prend sa respiration, on lui balance de l’eau dans la figure, on l’empêche de bien respirer. On lui enlève parfois son masque occultant en lui remettant plein d’eau. Bref, il perd ses appuis, ses repères et c’est le but. On termine toujours par la nage, avec un sprint comme si une autre vague de série lui arrivait dessus…

 

Y’en a beaucoup qui ont survécu?

Quand un surfeur comme Sancho me dit que l’entrainement lui a servi à Belharra, que dessous il s’est senti plus en confiance, plus à l’aise, qu’il s’est senti prêt mentalement, c’est que j’ai bien fait mon travail!

 

Certains disent qu’ils pensent à toi quand ils ‘bouffent’?

Là, c’est moins bien ahahaha!

Là il faut penser très fort à Thierry…

Pour ceux qui veulent souffrir dans ‘le chlore’ avant d’aller repousser leurs limites dans l’eau salée, voici les coordonnées de Thierry et de son partenaire David Dubes. Ci dessous une petite vidéo sur leur entrainement!

 

 

Share

Newsletter: termes et conditions

Merci de renseigner votre e-mail de manière à vous tenir informé de toutes les news, articles, nos dernières offres. Si vous n'êtes plus intéressé vous pouvez renoncer à tout moment. Nous ne vendrons jamais vos données personnelles et vous ne recevrez que nos messages et ceux de nos partenaires qui sont susceptibles de vous intéresser.

Read our full Privacy Policy as well as Terms & Conditions.

production