Share

Opinion

Carissa Moore: Les 8 Raisons de son Titre de Championne du Monde 2015

Et les Hawaïens le méritent bien...

Credit: Poullenot/Aquashot/WSL

Dans des conditions parfaites hier à Honolua Bay, Carissa Moore remporte le Target Maui Open ainsi que son troisième titre de championne du monde. Après que sa rivale principale, Courtney Conlogue, s’est fait battre au quatrième round, Moore s’assure le titre et, cerise sur le gâteau, elle remporte la finale contre Sally Fitzgibbons.

A seulement 23 ans, Moore est promise au statut de légende et n’a que le record de sept titres de championne du monde de Layne Beachley en ligne de mire. Voici les huit raisons pour lesquelles l’hawaïenne est championne du monde 2015.

1) Elle a démarré sur les chapeaux de roue…

 

Bien que Moore ait assuré son titre avec une victoire convaincante au Target Maui Pro, il faut remonter au mois de février pour anticiper sa victoire cette année. Elle gagne les deux premiers événements de l’année à Snapper Rocks et Bells Beach, et s’assure la deuxième place à Margaret River.

Sa principale rivale Courtney Conlogue revient au milieu de l’année, mais la forme de Carissa lors de la manche australienne ancre sa trajectoire vers la victoire.

2) Ce n’est que du surf

 

Credit: Poullenot/Aquashot/WSL

« Je ne vais pas me mettre à portée de tout petit bikini. Ce n’est pas moi. Je vais avoir une approche plus athlétique de tout ça, » écrit Moore dans une lettre ouverte à Surfer Magazine en 2014.

Dans un monde où les surfeuses sont souvent obligées de consacrer beaucoup d’énergie à maintenir leur image au détriment du surfing, Moore s’est toujours focalisé sur sa technique et son entraînement.

« J’adore le surf, et c’est pour moi un moyen d’inspirer les gens. Je porte des habits normaux. Je suis sexy parce qu’elle je laisse un peu de place à l’imagination, et je laisse parler mon surf. »

3) Sa concentration totale…

 

Credit: Carissa Moore/Instagram

En accord avec son engagement à son entraînement physique et la priorité qu’elle accorde au surf, Moore n’est pas non plus connue pour sa motivation à faire la fête tout le temps. En réalité, elle n’a bu qu’une bière cette année et c’était un jour où Mick Fanning et Steph Gilmore lui avait vraiment mis la pression.

« Parfois, je n’ai pas vraiment l’opportunité de traîner avec les autres filles, et j’étais vraiment très contente que Steph m’invite au surf club de Snapper, » indique-t-elle à la WSL après sa victoire sur la Gold Coast.

« Quand je me suis retrouvé là-bas, Mick Fanning a fait chanter tout le surf club à l’unisson, j’ai fini par prendre  un verre ! » On n’est pas sûr qu’elle ait bu un verre le soir après sa grande victoire, mais on peut être sûr que les ‘mocktails ‘ (cocktails sans alcool bien sûr) ont coulé à flots à Maui.

4) Elle est destinée à devenir une légende du surf…

 

En 2007, alors qu’elle n’a que 14 ans, Moore est la plus jeune surfeuse à atteindre la finale d’un événement WCT, alors qu’elle termine deuxième du Roxy Pro. À cette époque, elle a déjà remporté 11 titres NSSA junior.

Quatre ans plus tard, à 18 ans, elle finit troisième sur sa première année sur le tour, tout en assurant d’excellentes notes lors de sa dernière année à l’école. Aujourd’hui, à juste 23 ans, elle a déjà trois titres de championne du monde et elle a devant elle une bonne décennie pour en gagner plein d’autre.

 

5) La déception de 2014…

 

Credit: WSL 2014

Moore n’est même pas dans la course au titre en arrivant à Hawaï l’année dernière et c’est pour elle une véritable déception. «Lowers a été un moment charnière quand je suis vraiment sortie de la course au titre. C’était vraiment difficile mentalement, j’ai complètement paniqué, » indique-t-elle à la WSL.

« Je m’étais mis une telle pression, et cette année-là, à Trestles, j’aurais vraiment pu m’effondrer mentalement. J’ai tenu bon et j’en suis sortie plus forte. L’année dernière a été dure, mais elle m’a rendu beaucoup plus efficace en compétition. »

6) Moins de stress, plus de fun…

 

Credit: Carissa Moore Instagram

En se concentrant sur les joies du surf et en profitant un peu plus de la vie, Moore réussit mieux sur le plan de la compétition, comme sur le plan personnel. Son grand objectif de l’année était de trouver le moyen de lâcher prise face à la pression et d’apprécier un peu plus le temps passé sur le tour.

« Je devais observer les pensées qui me passaient par la tête. Je pense à beaucoup de choses, et parfois, il y a des pensées négatives et des pensées qui me font douter de moi. Je devais donc apprendre à les gérer, » confie-t-elle à la WSL. En utilisant la méditation et en générant plus de joie dans sa vie, elle s’est propulsée vers la victoire.

7) Derrière chaque grande femme…

 

Credit: Carissa Moore Instagram

Tandis que Moore a toujours bénéficié d’un grand soutien de la part de ses parents (son père par exemple voyage avec sa fille sur tous les événements) le fait d’être bien dans sa relation avec son partenaire Luke Untermann qui l’accompagne aussi sur le tour, a été d’une très grande aide.

« Regarder le coucher de soleil avec mon petit copain à Margaret River a été l’un des moments les plus importants de l’année pour moi, » écrit-elle sur son blog. « C’est quelqu’un qui me rend vraiment heureuse, qui est très solide et qui m’a aussi un peu servi de punching ball. »

 

8) C’est la surfeuse la plus polyvalente du monde…

 

Credit: Carissa Moore Instagram

« La meilleure surfeuse doit être capable d’assurer dans les petites vagues, dans les grosses vagues, dans les tubes, dans les vagues à  manœuvres, que ce soit dans les beachbreaks ou dans les reefbreaks, » assure-t-elle à Surfer il y a quelque temps.

Aucune autre femme sur le tour ne surfe mieux dans la diversité des conditions que Moore. Son score final l’autre jour a été de 19.50, avec un 10 parfait, démontrant ses talents dans les vagues puissantes de Maui, mais c’est aussi l’une des surfeuses qui replaque les meilleurs airs du tour. Quelles que soient les conditions, petites ou grosses, Moore est toujours à la pointe.

9) Elle ne finit jamais deuxième…

 

Credit: Poullenot/Aquashot/WSL

Avant cette année, depuis son arrivée sur le World Championship Tour en 2011, les résultats de fin d’année de Moore ont été les suivants : e, 1, 3, 1, 3. Elle peut dorénavant y ajouter un autre 1 pour continuer cette suite arithmétique. Peut-être qu’il est plus facile de ne pas avoir à avaler la pilule de la deuxième place…

Dans cette image, on voit Sally Fitzgibbons qui, avec son dernier un de l’autre jour, a assuré le record d’une cinquième deuxième place. Ça, ça doit être difficile. L’objectif pour Moore est maintenant d’essayer de défendre son titre de champion du monde pour la toute première fois.

 

Share

Newsletter: termes et conditions

Merci de renseigner votre e-mail de manière à vous tenir informé de toutes les news, articles, nos dernières offres. Si vous n'êtes plus intéressé vous pouvez renoncer à tout moment. Nous ne vendrons jamais vos données personnelles et vous ne recevrez que nos messages et ceux de nos partenaires qui sont susceptibles de vous intéresser.

Read our full Privacy Policy as well as Terms & Conditions.

production