Share

Opinion

Best Of: Les 6 Meilleurs Surfeurs-Shapeurs

Un espèce en voie d' extinction à laquelle on se doit de rendre hommage

Dans un monde parfait, où le vent est toujours off shore, où Donald Trump est une marque de couches pour personnes âgées et où Kanoa Igarashi est toujours sur le QS, le surfeur-shapeur — entendez le surfeur qui shape ses propres planches, les surfe et fait surfer les autres avec – serait à l’épicentre de notre sport.

Être doué dans l’un de ces 2 domaines (le surf ou le shape) n’est déjà pas une paille. Mais alors de masteriser dans l’un et l’autre, c’est carrément le top du top, le Graal du pratiquant de surf en quelque sorte. Et bien figure-toi que les 6 personnages que nous avons sélectionné ci-dessous font partie de ces raretés. Ils sont des légendes du surf ET du shape.

Au travers de leur surf mais aussi de leurs designs de planches, ils ont changé le surf, l’ont fait progresser. Alors il est temps de leur rendre hommage!

Gerry Lopez, aka Mr Pipeline, un surfeur sur une vague qu’il a fait sienne, et sur une planche qu’il a shapé lui-même. Photo: Servais/A-Frame

Gerry Lopez

“Avant Gerry les planches étaient trop plates et trop larges, ce n’était vraiment pas le top surtout pour surfer à Pipeline,” dira le double vainqueur du Pipe Master Rory Russell à Surf Europe. “Lorsqu’il s’est mis à bosser sur l’idée d’un rocker plus prononcé, cela a interpelé. Et ça a marché tout de suite! On a tous volés ses modèles bien entendu. Tous ceux qui ont déjà tubé à Pipe peuvent remercier Gerry.” Quant à ses talents de surfeur, plus la peine d’en faire état, cela prendrait trop de place. Suivant!

“Tous ceux qui ont déjà tubé à Pipe peuvent remercier Gerry”

Mark Richards — il a tout changé dans le surf, y compris le shape. Photo: Merkel/A-Frame

Mark Richards

Le Sex Symbol le plus sous-évalué du surf (on rigole pas) est aussi le seul surfeur-shapeur à avoir remporté un titre mondial sur l’une de ses créations. MR domina d’ailleurs le surf mondial de 1979 à 1983. Mais la plus grande empreinte qu’il laisse au monde du surf, c’est l’invention du twin fin.

“Il roulait en Porsche argentée, surfait en combi argentée, mais il arrivait quand même à ne pas passer pour un kéké”

“Deux dérives ont changé ma vie” dit un jour Mark Richards. Ayant adapté un shape de Reno Abellira, il posa 2 dérives sur un modèle Steve Lis Fish, et la transformation fut immédiate. D’un engin peu maniable à grosse dérive centrale, il était passé à un jouet de  petites à moyennes vagues, le style de shape et de combo qui fait encore un carton aujourd’hui.

A cette époque, MR roulait en Porsche argentée, surfait en combi argentée, mais il arrivait quand même à ne pas passer pour un kéké. Magnifique, non? Il a pris sa retraite sportive en 1984, à la suite de diverses blessures au dos. En pluis l’arrivée du truster, c’était sans doute pas son truc de toute façon…

Simon Anderson

L’invention phare de Simon Anderson est bien sûr les 3 dérives, ou truster. On se rappellera tous de Big Simon pour cette raison, et pour avoir servi des surfeurs tels que Kelly Slater, Andy Irons, et il sévit d’ailleurs encore!

Côté compète, il a tout de même gagné Bells à deux reprises, ainsi que Coke Surfabout et le Pipeline Masters. Et sa grosse carcasse de plus de 100 kg s’est quand même glissé dans le top 10 mondial pendant un bon petit moment. Quand il pris sa retraite sportive à la fin des années 80, il était alors le dernier surfeur-shapeur sur le Tour.

Précisons que même si on peut le créditer pour l’idée du tri-fin, il n’en a jamais vu la monnaie! “Il y avait pas mal de gens qui travaillaient sur l’idée presque en même temps, alors j’essaie de ne pas y penser et me voir surtout comme un contributeur parmi d’autres!” Ouais enfin, quand même quoi!

 

Maître du shape comme du floater, Richie Collins aimait aussi ramer avec des gants…

Richie Collins

Le Skeletor! Le Mohawk! Les floaters de taré! Les combi fluo! Le surf Wave Tools!

Et oui, à la fin des années 80 et au début des 90s, Collins ne pouvait laisser personne indifférent en Californie, tant il était omni-présent. On l’adorait, on le détestait, peu importe: il était dans le top 8 mondial, et il emmerdait tout le monde.

Oui il parlait mal des autres, oui il avait un style discutable, oui il faisait des claims de batard en sortant du tube, mais bon, c’était les Eighties ou pas? Et ses victoires, ils les a gagné sur ses propres planches.

Il n’y a jamais plus eu de surfeur-shapeur atteingnant les sommets de l’élite mondiale depuis Collins, et même si l’on s’en rappelle plus pour ses couleurs fluos, on peut tout de même saluer en lui une lignée qui semble bien s’être éteinte.

Ryan Burch

Le natif de San Diego se taille encore aujourd’hui une solide réputation de shapeur très recherché, voire expérimental, et en cela attire toujours de nouveaux adeptes. Ses Fish sont d’une beauté et d’une efficacité hallucinantes, et si tu veux te procurer l’un de ses longboards, il te faudra patienter longtemps sur une liste d’attente quasiment interminable.

Ryan est donc l’un des shapers les plus demandés de la planète, mais avant d’arriver là il a testé, tenté, foiré, réussi… Sa réussite principale en tant qu’apport au monde du surf, ce sont sans doute ses shapes asymétriques. “Surfer et shaper sont les seules choses que je fais de mes journées, alors rechercher la nouveauté c’est un besoin naturel pour ne pas commencer à s’ennuyer, se répéter” déclarait-il encore récemment.

Et si tu as vu des images de Ryan surfant G-Land ou quelques spots secrets du Pérou, tu sauras que le mec a un niveau de dingo. Prenant ses inspirations de Carl Ekstrom, Rich Pavel, Skip Frye ou Joel Tudor, Burch a su ajouter sa touche inventive et progressiste, et devenir le modèle de beaucoup d’autres shapeurs du nouveau millénaire à la recherche de nouveauté.

“Sa réussite principale en tant qu’apport au monde du surf, ce sont sans doute ses shapes asymétriques”

Daniel Thomson

Daniel “Tomo” Thomson est l’un des talents les plus proéminents du célèbre spot de Lennox Head en Australie, un lieu historique où se sont écrits les débuts de l’histoire du surf dans le pays. Dès son jeune âge, il était naturel pour Thomson de shaper et de tester ses créations, revenir dessus, améliorer, voir le résultat, ainsi de suite. Ce qui l’amena à devenir l’un des meilleurs surfeurs du pays… Avant qu’il ne décide à se consacrer plutôt au shape, comme papa.

Il déménagea en Californie où ses shapes courts et larges façon wakeboard ont immédiatement fait un carton. Traité avec dédain par les puriste au début, tout le monde changea son fusil d’épaule (et de cible du coup) lorsqu’un certain Stuart Kennedy surfa avec délice un Tomo “Sci-Fi” au Quik Pro en 2016. Désormais, la marque Tomo est établie, et son créateur continue sur la même lignée: “préserver le passé mais aussi définir le futur”. Ambitieux mais il s’en sort plutôt pas mal jusque là.

Share

Newsletter: termes et conditions

Merci de renseigner votre e-mail de manière à vous tenir informé de toutes les news, articles, nos dernières offres. Si vous n'êtes plus intéressé vous pouvez renoncer à tout moment. Nous ne vendrons jamais vos données personnelles et vous ne recevrez que nos messages et ceux de nos partenaires qui sont susceptibles de vous intéresser.

Read our full Privacy Policy as well as Terms & Conditions.

production