Share

Opinion

Les 6 Enseignements du Quiksilver Pro Gold Coast 2016

Tout le monde veut un nouveau héro... Mais Wilko?

Bugs, Coffin et Strider… Un belle brochette de noms pour un film de gangsters, non?

1. Stu Kennedy, la révélation?

L’histoire de Stuart Kennedy est une sorte de conte de fée, mais dans le sport, qui n’aime pas les contes de fée ? Une histoire familière, et même narrative, mais non moins appréciable, d’autant qu’il a vaincu certains de ses adversaires alors qu’ils en ont beaucoup plus sur le compte en banque, parmi lesquels Slater, Medina et Florence. Et le plus intéressant dans tout ça, c’est qu’il l’a fait sans forcer, et avec plus de passion que n’importe lequel de ses adversaires. Il a juste bien surfé. Et cette manière de surfer reste la meilleure manière de remporter une série.

2. Entre le Rookie et le vieux loup de mer

Que Jah bénisse les nouveaux visages sur le tour, les Rookies 2016! Un gros big up à eux! Certains d’entre eux passeront-ils la barre du Top 10 avant la fin de l’année ? On ne le sait pas encore. Certains d’entre eux feront-ils de meilleurs résultats que le batch de Rookies précédent ? On s’en fout, en vrai. Ça nous fait juste plaisir de voir une relative abondance de viande fraîche, plutôt que tous ces vieux routiers qui n’ont pas réussi à se qualifier pour le CT et qui se font régurgiter dans le QS…

3. La dernière excuse de Kelly

On dirait une planche de surf toute marron… Et cela te pousse surement un peu au cynisme depuis le confort de ton canapé… Personne ne connaît mieux sa forme physique que Kelly lui-même et donc sa vulnérabilité relative sur des manœuvres dans des vagues à taille d’homme… Et toi de spéculer que, sachant qu’il est quand même très difficile de le battre, il ne veut certainement pas qu’on le voit en train “d’essayer” de gagner.

Et bien en fait, Slater a bien mérité le droit de faire tout ce qu’il veut, bien sûr. Mais il y a tout de même quelque chose d’assez inapproprié, et même d’un peu dégoûtant, au sujet de ce genre de remarque : « j’ai perdu parce que je ne me le sentais pas ». On ne t’en veut pas Kelly, on est juste un peu déçu.

À ce sujet, je souhaite porter l’attention de Kelly sur cet exemple de la meilleure manière d’être détrôné avec dignité quand on est le plus Grand de tous les temps, cet exemple incarné par Miguel Indurain en 1996. Si, si! Big Mig avait gagné 5 tours de France d’affilée entre 1991 et 1995, et puis s’est retrouvé en grande difficulté, ravagé par les blessures et le manque de forme, à concourir contre des cyclistes plus jeunes, plus petits, plus rapides et drogués sur une étape de montagne près de chez lui en Navarre. Il aurait pu rejoindre le peloton, mais, au lieu de cela, il a pris la décision de faire de son mieux et d’atteindre une seconde place héroïque, (échouant de manière spectaculaire, avec seulement trois minutes de retard), et il y a presque laissé la santé de son énorme cœur. «C’est comme cela que doit se retirer un champion» aura indiqué l’excellent commentateur sportif radio Danny Kelly plus tard dans l’effort, « il est sorti de sa zone de confort. » On vous épargne les commentaires de France 2…

4. Les rounds 2 et 4 sont vraiment regrettables

Un autre vestige d’une époque pendant laquelle c’était peut-être les surfeurs eux-mêmes qui concevaient le Tour, ce sont ces rounds qui permettent d’augmenter le nombre de fois que tu peux perdre une série mais tout de même gagner la compétition. Ce nombre s’élève à 2. En fait, c’est simplement deux fois de trop. Le compétiteur doit se retrouver face à une impasse si l’on veut susciter sa compétitivité, même si cette impasse le conduit à perdre la foi. Oui, on sait très bien que James Bond ne va pas mourir, mais on se permet de croire que l’on pense qu’il pourrait mourir, pour notre propre divertissement. Hélas, ce n’est pas la même chose dans le jeu du surf. Même si un surfeur se prend un gros combo dans la face, on sait tout ce qu’on va le voir ressurgir dans le round suivant.

5. De Souza est toujours le vilan petit canard

Après la (relative) violente réaction du milieu du surf de De Souza au titre de champion du monde, est venu la réaction à la réaction. On a vu pas mal d’articles jaillir de-ci de-là, avec une bonne intention, bien que parfois maladroits, soutenant sa cause, mais attaquant tous ceux qui souhaitaient exprimer du mécontentement au sujet du nouveau champion du monde… Mais supposer que la plupart des accusés était australiens et américains qui auraient préféré un champion de leur propre nationalité, n’est ce pas aussi un partis pris évident ? Je me réserve le droit de ne pas particulièrement apprécier le surf de quelqu’un, sur la base pure et simple de mes propres critères, sachant qu’aucun d’entre eux n’est fondé sur l’ethnie, la religion ou l’orientation sexuelle. Est-ce que j’en ai le droit ? Sérieusement ? Est-ce que j’ai le droit de trouver le spectacle visuellement déplaisant ?

6. Wilko s’octroie une jolie sortie de la galère

Un désavœu de ce dernier point peut-être… Mais ce qui est certain, c’est que si Wilko était brésilien, son stance se verrait assassiné par les commentaires des un et des autres, tu ne crois pas ? Les bien pensants du Web s’en donneraient à cœur joie pour y aller de leurs commentaires et de leur expertise en carton… Et on les lirait, comme d’habitude, avec délectation… Tout en se disant: quel fléau, cette ‘mentalité surf’ eu Europe! Celle-là en tout cas.

Effectivement, c’était une grande victoire pour le nouveau Matthew Wilkinson, plus mince et plus concentré, mais en même temps, ces bottom turns backside etaient, au mieux, rustres, et, au pire, fécaux.

Est-ce que tu veux ton Wilko plus mince et plus concentré ? Est-ce que c’est important pour toi que ton Wilko se couche plutôt, se brosse les dents, soit dans une relation monogame sûre et heureuse ? Ou préférais-tu ton Wilko débile, rondouillard, débraillé et à même pas inquiet de sa propre vie, et encore moins de son rang dans le Tour ?

Ouais, on est d’accord.

Photos par Kirsten/WSL

Share

Newsletter: termes et conditions

Merci de renseigner votre e-mail de manière à vous tenir informé de toutes les news, articles, nos dernières offres. Si vous n'êtes plus intéressé vous pouvez renoncer à tout moment. Nous ne vendrons jamais vos données personnelles et vous ne recevrez que nos messages et ceux de nos partenaires qui sont susceptibles de vous intéresser.

Read our full Privacy Policy as well as Terms & Conditions.

production