Share

Opinion

C’est Officiel: Le Surf sera Olympique en 2020!

Tout les observateurs avisés du surf le voyaient arriver, et bien c’est confirmé depuis hier: le surf sera une discipline olympique à Tokyo en 2020.

En 2015 déjà, l’Association Internationale de Surf (ISA) avait soumis sa candidature au Comité d’Organisation pour l’introduction du surf aux Jeux Olympiques de Tokyo en 2020. Ce n’était pas la première fois que l’ISA présentait une telle candidature, mais étant donné les progrès récents en termes de technologie de piscine à vague, ainsi que le profil de plus en plus grand-public du surf, c’est effectivement la meilleure chance qui ne se soit jamais présentée. Ah oui, car là on parle encore de piscine à vague! Le risque d’un swell naturel serait-il prenable pour une gigantesque machine à cracher du spectacle telle que les JO?

Les Jeux Olympiques… Un mélange étrange et addictif mêlant excellence athlétique, corporatisme insupportable, nationalisme hystérique, conformisme stérile, compétition furieuse, comédie sportive exaltante, dopage tacite, connotation sexuelle et autres événements héroïque, sous le joug de la plus ancienne des traditions grecque…

Aussi incompatible que soient l’identité olympique et l’identité contre-culturelle à laquelle nous somme tant attachés dans notre sport, ce tableau-là n’est peut-être pas si éloigné du milieu du surf de compétition que l’on connaît aujourd’hui. Mais c’est acté: le surf et les jeux olympiques se rencontreront à Tokyo en 2020. Ce serait une rencontre à la fois épique et en même temps à l’opposé de ce qu’on pourrait attendre d’une ‘épopée’ au sens grec du terme. Et sera-t-elle artificielle? Sans doute… Il s’agirait a priori d’une compétition regroupant 20 hommes et 20 femmes surfant des shortboards uniquement, et donc sur une vague artificielle.

Il semblerait aussi que la proposition de l’ISA ait eu l’aval de la World Surf League, et c’est peut-être la première fois dans l’histoire du surf que deux entités aussi importantes trouvent un accord sur un sujet.

« Notre relation avec le Mouvement Olympique et notre introduction dans les Jeux constitue une priorité stratégique pour l’ISA” déclarait son président Fernando Aguerre, l’homme qui s’est fait un nom en faisant vendre des sandales par des filles en bikini – tu auras reconnu la marque Reef. “Depuis de nombreuses années et nous sommes très enthousiastes et motivés par l’esprit de changement qui nous a offert cette opportunité. Je crois fermement que l’incroyable pouvoir d’attraction du surf auprès des jeunes, ses valeurs authentiques et la volonté du sport d’innover et d’accueillir de nouvelles technologies offrira une importante valeur ajoutée aux jeux de Tokyo 2020 et au Mouvement Olympique. Je souhaite présenter mes sincères remerciements à l’IOC et à Tokyo 2020 pour nous avoir offert cette opportunité. À l’ISA et au sein de la communauté du surf continuerons à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour réaliser ce rêve des jeux olympiques. »

 

 

 

Si tu le dis, mec! Nos confrères de Surfer Mag avaient dès les premières rumeurs, commencé à interroger quelques surfeurs de haut niveau sur le sujet, ainsi que des personnalités du surf, voici quelques morceaux choisis:

Taylor Knox, Surfeur Vétéran du World Tour :
Il est évident que le surf doit devenir un sport olympique… Ce serait incroyable de concourir aux côtés de Kelly Slater contre des amis tels que Mick Fanning, pour représenter les États-Unis.

Sean Doherty, rédacteur senior de SURFER :
Non, non et, euh… non.

Fernando Aguerre, Président de l’ISA :
Prenez l’exemple de ce qu’est devenu le snowboard pour deviner ce que pourrait devenir le surf s’il faisait partie des jeux olympiques… Le Duke avait demandé l’introduction du surf dans les jeux olympiques en 1920, mais le problème majeur qui se pose toujours est le fait qu’il n’y a pas de vagues dans nombre des villes hôtesses des Jeux. Donc, il faudra miser sur des vagues artificielles.

Matt Warshaw, Historien chez SURFER :
… L’idée d’introduire le surf aux jeux olympiques me fait remonter un peu de bile dans la gorge.

Gabriel Medina, ex-Champion du Monde :
… Ce serait une excellente compétition où les brésiliens concourraient ensembles contre les autres pays. Et bien sûr, nous serions les gagnants. Haha !

Steve Hawk, Ancien rédacteur de SURFER :
Le monde du surf montre son aspect le plus laid quand les gens essaient de l’exploiter et cela va dans le sens du sentiment que les jeux olympiques sont dirigés par les profiteurs de ce monde. Et je crains que nous soyons tous très gênés si cela arrivait. Si cela devait être voté, je suis sûr que je voterai contre.

Dave Prodan, Media Manager chez WSL International :
… Je suis un peu tiraillé et indécis quant à savoir si le surf rentre dans le moule ou pas. Je pense ,sans aucun doute, que le professionnalisme des athlètes dans le milieu du surf le qualifie comme un sport éligible, mais le problème que le terrain de jeu ne soit pas statique sera un véritable défi dans certains pays et certainement impossible dans d’autres.

Damien Hobgood, Surfeur Vétéran du World Tour :
Cela peut sembler égoïste ou bien négatif, mais je n’est jamais été très partant pour voir le surf entrer dans les jeux olympiques.

Ah oui, et le skate aussi sera de la partie… On sait déjà ce qu’ils en pensent… Quant à nos amis snowboarders, ils sont affirmatifs: aucune retombée positive depuis Nagano 1998. Ni en terme économique pour le développement du sport, ni en terme de nombre de participants. On peut donc se poser la question de l’intérêt d’une telle décision… Si ce n’est peut-être pour gaver un peu plus certains qui se gavent déjà? Et la beauté de l’Olympisme bien sûr! Ne soyons pas médisants…

———————–

Bon c’est bien beau l’avis de toutes ces huiles du surf, mais ton avis à toi? Il nous intéresse! Alors poste dans les commentaires ci-dessous ou sur nos publications Facebook!

Quant à savoir notre position sur les vagues artificielles et les compétitions qu’on pourrait y faire, voici du grain à moudre

———————–

Dernière Minute !

Après bien des speculations et des rumeurs, il vient d’être confirmé les points suivant:

  • La compétition se déroulera en mer. Pas sur une vague artificielle ou un dôme – en tout cas pour ce qui est des Jeux de Tokyo. Le spot retenu est celui de Chiba, bien connu des Tokyoïtes.
  • Il est confirmé que ce sera 20 surfeurs et 20 surfeuses.
  • Egalement qu’il ne s’agira que de shortboards. Pas de longboards, bodyboards, SUPs, kneelos, tandems, etc. Désolé.
Finalement, ça sera pas ça tout de suite…

Share

Newsletter: termes et conditions

Merci de renseigner votre e-mail de manière à vous tenir informé de toutes les news, articles, nos dernières offres. Si vous n'êtes plus intéressé vous pouvez renoncer à tout moment. Nous ne vendrons jamais vos données personnelles et vous ne recevrez que nos messages et ceux de nos partenaires qui sont susceptibles de vous intéresser.

Read our full Privacy Policy as well as Terms & Conditions.

production