Share

News

SEBASTIAN STEUDTNER: ce n’est pas une question d’argent

Voilà une espèce rare, un surfeur de grosses vagues Allemand! Il a appris à chevaucher ces montagnes liquides aux côtés de légendaires Hawaiiens, il est revenu sur le continent avec la ferme intention de s’attaquer aux spots de gros en Europe et tout cela, sans un centime versé par l’industrie du surf. Quand on vous disait qu’il était unique…Nous avons un peu bavardé ensemble…

Comment as-tu commencé le surf?
Je suis originaire de Nuremberg en Allemagne, mais j’ai fait mon premier surf en Bretagne lors de vacances en famille. J’ai été tout de suite accro et à l’âge de 14 ans j’ai lu un article dans un magazine de surf, où une famille de Maui accueillait des enfants et leurs apprenaient à faire du windusrf. J’y suis allé et voilà comment tout a commencé.
Et puis tu as continué à aller à Hawaii.
J’y suis allé chaque hiver pendant dix ans. Je suis devenu windsurfeur professionnel, je me suis qualifié pour la Coupe du Monde, mais à l’époque ce n’était que du saut et j’étais plus intéressé par les vagues et la glisse, alors je me suis mis au surf.
Est-il facile de se faire accepter à Hawaii quand on est Allemand? 
J’ai eu de la chance d’apprendre à surfer avec la famille Armitage. Nelson senior a été l’un des premiers ‘blackshorts’, il faisait partie d’une famille de 16 enfants et était une légende du surf de grosses vagues. J’ai aussi appris à faire du tow in avec Dane Kealoha…
Cela a dû être incroyable pour un gamin de Nuremberg de se retrouver entouré de toutes ces légendes vivantes…
Cela a été une expérience magnifique. Je ne savais même pas qui était Dane pendant les deux premières années, pour moi c’était juste Oncle Dane. Mes parents m’avaient appris à respecter les gens et j’ai essayé d’écouter et d’apprendre aux côtés de ces mecs. Ils ont commencé à faire du tow in très tôt et moi, je voulais être surtout dans l’océan aussi souvent que possible, comme eux d’ailleurs. Je me foutais pas mal de la compétition, ou des sponsors, cela ne m’a jamais intéressé.
Tu as gagné les XXL pour la plus grosse vague surfée en 2010, quel effet cela eu sur toi? 
C’est dur à dire, cela m’a rendu célèbre en Allemagne et donc cela m’a donné de nouvelles opportunités. Mais je ne voulais pas subir toute cette publicité, je n’avais pas fait cela pour les sponsors ou la gloire. Cela m’est simplement arrivé parce que j’ai pris cette grosse vague (voir la vidéo dessous). Mais cela ne m’a pas rapproché de mon objectif qui est de passer le plus de temps possible à l’eau. Cela a même rendu les choses un peu plus difficiles sur le moment et avec le recul, cela a été une experience assez négative pour moi…

Où en es tu niveau surf en ce moment? Je suis très heureux car j’ai de plus en plus l’occasion de surfer des grosses vagues. J’ai vendu mon entreprise de sécurité, j’ai ramassé un bon paquet de dollars et je me finance en faisant des conférences en Allemagne.

Où es tu basé?
Nous sommes maintenant basés à Nazaré et nous avons des jetskis et des voitures en Irlande. Je fais équipe avec  Tom Butler et aussi Eric Rebière, comme cela nous sommes aussi opérationnel sur la Galice. Grâce à un ami en Allemagne qui travaille dans la Formule 1, nous avons des sponsors logistiques et nous arrivons à être très mobile et prêt pour n’importe quel gros swell en Europe. Nous voulons aussi nous attaquer à Nazaré à la rame, après ce qu’a réalisé Dorian, nous sommes plus motivés que jamais. Il a placé la barre assez haut et l’on veut relever le défi. Nous essayons de nous mettre à l’eau là-bas dès que nous pouvons…
Un Franco-brésilien, un Allemand, un Anglais à la rame sur un banc de sable portugais, cela ressemble presque à une blague? 
C’est ce que Garrett nous répète sans cesse. C’est surtout Tom qui a été le moteur pour moi, c’est lui qui m’a remotivé après un long séjour en Allemagne. Il a un énorme potentiel et avec un peu plus de concentration, de maturité et de soutien, il fera de grandes choses…

Bouge pas Tom, je te promets tu ne vas rien sentir… Photo Lars Jacobsen

Share

Newsletter: termes et conditions

Merci de renseigner votre e-mail de manière à vous tenir informé de toutes les news, articles, nos dernières offres. Si vous n'êtes plus intéressé vous pouvez renoncer à tout moment. Nous ne vendrons jamais vos données personnelles et vous ne recevrez que nos messages et ceux de nos partenaires qui sont susceptibles de vous intéresser.

Read our full Privacy Policy as well as Terms & Conditions.

production