Share

News

Les requins de la colère…

Interview via le site:
http://www.surfingfrance.com/disciplines/surf/requins-la-colere-de-jean-luc-arassus.html

Interrogé ce jeudi soir sur le plateau de France 3 Aquitaine au lendemain de l’attaque mortelle sur un bodyboarder à La Réunion, la quatrième en deux ans, le président de la Fédération Française a déclaré être « en colère » face à la lenteur des prises de décisions et demande aux autorités de prendre « des mesures draconiennes » en instaurant « des prélèvements » sur les requins.

Au lendemain de la huitième attaque de requins sur l’homme en deux ans à La Réunion, la quatrième mortelle, Jean-Luc Arassus est monté au créneau après avoir entendu les réactions de certaines personnalités qui déplorent « l’inconscience » des surfeurs. « Ce nouvel accident intervient malgré le travail effectué sur place depuis deux ans pour sécuriser les spots réunionnais mondialement connus et d’une grande notoriété, explique le président de la FFS. La victime était un touriste qui n’était pas un surfeur aguerri. La communauté du surf présente ses sincères condoléances à sa famille. »

« Voilà deux ans que cette situation dure ! »

Le président de la FFS a ensuite fait part de sa colère : « Je suis en colère car on nous ressert la communication du surfeur écervelé et imprudent pour cacher un problème de fond. Lequel est traité avec beaucoup de temps, beaucoup trop de temps ! Voilà deux ans que cette situation dure. » Quatre morts, autant de blessés graves depuis avril 2011. « Il y a eu des morts, il a eu des attaques avec des blessures graves, des gens qui sont mutilés. »

Pour agir le plus rapidement possible, Jean-Luc Arassus appelle « l’ensemble des autorités à prendre des mesures draconiennes. » Entendez par là : « Prélever des requins » pour éviter de nouveaux drames. Ce que les Australiens ont décidé d’appliquer depuis peu en autorisant la régulation de la population de squales dans leurs eaux.

« Des dommages collatéraux sur l’économie »

« Je sais que des associations font passer les surfeurs pour des tueurs de requins. Mais on ne les a pas attendues pour être des défenseurs de l’écosystème », prévient le président Arassus. Qui ne parle pas de pêche intensive mais, donc, de régulation.

Au-delà des morts et des blessés, c’est aussi une partie de l’économie réunionnaise qui est mise à mal. « Il y a des dommages collatéraux, fait savoir le président. L’ensemble des commerces connexes au tourisme du surf est touché. La Réunion n’est pas dans une situation facile en termes d’emplois. » Jean-Luc Arassus n’oublie pas de rappeler que « la communication sur La Réunion Île Intense s’est construite depuis vingt ans en grande partie sur les vagues et le surf. »

Enfin, il confie espérer que « le surf sera sauvé à la Réunion car on en a besoin. » Autrefois grand pourvoyeur des équipes de France, le surf réunionnais n’a désormais plus les moyens de s’exporter comme avant.

* L’homme de 36 ans décédé hier était en voyage de noces à La Réunion. Il s’est fait attaquer à midi sur le spot des Brisants, lequel se trouve au sud de la plage publique des Roches Noires, à St Gilles les Bains. La flamme était orange, n’interdisait pas mais déconseillait la pratique du surf.

* Pour aller plus loin : www.prr.re et www.opr.re

Share

Newsletter: termes et conditions

Merci de renseigner votre e-mail de manière à vous tenir informé de toutes les news, articles, nos dernières offres. Si vous n'êtes plus intéressé vous pouvez renoncer à tout moment. Nous ne vendrons jamais vos données personnelles et vous ne recevrez que nos messages et ceux de nos partenaires qui sont susceptibles de vous intéresser.

Read our full Privacy Policy as well as Terms & Conditions.

production