La loi du littoral allègrement bafouée depuis des décennies, doit savourer cette revanche que lui offre l'Atlantique ces dernières semaines. Selon les spécialistes, le recul de la côte Atlantique a été significatif depuis début janvier, un recul qui peut atteindre par endroit les 10 mètres de plage. Et les populations du littoral s'inquiètent, parfois à juste titre...Car ce ne sont pas simplement les constructions du bord de mer qui ont souffert, c'est tout le littoral naturel Atlantique et surtout les zones sableuses...

4343676_3_b622_la-maison-de-l-amelie-a-soulac-sur-mer_6bc1794b2fcc483fb2c396b4528da2e2

La côte bretonne, rocheuse, a mieux résisté aux assauts de l’océan, mais les côtes sableuses ont pris les tempêtes de plein fouet. L’Observatoire de la côte aquitaine et l’ONF ont compilé leurs observations avant et après les épisodes de tempête des deux derniers mois. Les observations ont été portées sur environ 270 km de côte entre la Gironde et les Pyrénées et les scientifiques grâce au GPS ont pu constater « dépassant 10 m sur de nombreux sites », selon les termes d’un rapport tout juste mis en ligne, Compte-rendu des observations post-tempêtes sur le littoral aquitain (décembre 2013–janvier 2014).

Rapport complet:

http://littoral.aquitaine.fr/IMG/pdf/rp-63182-fr.pdf

1439060_4011896_800x400

L'hiver n'est pas fini et il faudra certainement tiré un second bilan de ces intempéries hors norme. Une certitude aujourd'hui, les dunes et les bancs de sable ont souffert, redessinant comme d'habitude la carte des spots de sable mais aussi, et c'est bien plus rare, la ligne de côte. L'hiver nettoie, détruit, en espérant que le printemps viendra redéposer ce sable que les tempêtes de janvier et février nous ont si violemment prises.