Comme l'indique le commentateur Ronnie Blakey, Kai Otton ne sait faire les choses que d'une seule manière : en fonçant tête baissée le plus fort possible. C'est dans ses gênes. Cela implique que, quand on lui balance un Cloudbreak géant, qui ferme, sur la section "Shish Kebabs", qui est bien connue pour son gros manque d'eau, alors son cerveau le pousse à enchaîner toujours plus fort -- un peu comme lorsque ton cerveau à toi, normalement constitué, te pousse vers des hommes/femmes en bonne santé et plutôt beaux gosses, à consommer de la nourriture et de l'eau de manière régulière et à éviter à tout prix les situations qui pourraient mettre ta vie en péril. Cela signifie aussi que parfois, il va se retrouve à se frotter d'un peu trop près à du récif coupant comme des lames de rasoirs, comme cela été le cas lors de son quart de finale contre Jeremy Flores, que Kai n'a pas été en mesure de finir. Fort heureusement, il ne semble pas être trop gravement blessé et il sera, avec un peu de chance, sur pied pour la prochaine étape du tour à Jeffrey's Bay.

Après s'être fait recoudre par les docteurs sur le bateau, il parle un peu à Todd Klein.