C'était mercredi 26 août: Grand moment pour le surf français, et pour Jérémy Florès, qui venait de battre le tenant du titre pour s'offrir le prestigieux trophée. Retour sur une journée de finale pas comme les autres...

Jérémy Florès, qui accroche ici la plus importante victoire de sa carrière avec sa première place au non moins prestigieux Pipe Masters en 2010, est bel et bien de retour aux affaires après quelques années difficiles, entre blessures et autres perturbations. Le grand florès est de retour, avec un casque (en tout cas à Tahiti) et un nouveau shaper en la personne de JS (Jason Stevenson pour les intimes).

Mais cette victoire, il la doit vraissemblablement et avant tout à son aptitude incroyable à surfer de gros tubes à la perfection. Libéré de quelques démons également, et de quelques blessures passées, dont l'aspect récent est rappelé par le port de ce casque (il a subit une importante blessure à la tête en Indo il y a un peu plus d'un mois). Il arrivait d'ailleurs à Tahiti sans pression, puisqu'il confirma sa présence au dernier moment, justement en raison de cette blessure, pas encore tout à fait cicatrisée, en tout cas mentalement.

Il faut croire que ce cocktail de conditions, qui pour certains auraient pu être largement défavorables, a été pour lui un catalyseur de victoire. Et c'est preuve d'un mental plus que solide. Pour l'histoire, on se rappelera qu'il est le premier surfeur à avoir gagné en contest avec un casque depuis... Tom Carroll à Pipe en 1991!  Déjà dans son quart de finale contre Slater, on pouvait sentir un Jérémy maître de son sujet, et à l'aise sur un reef qu'il connaît bien. Il a bien surfé, il a surfé intelligemment, et même le maître a dû s'incliner. Quant à la finale, elle s'est jouée sur une seule vague (notée 9.87) dans les premières minutes, juste après que Medina lui a laissé la priorité.

En finale, le français a battu le champion du monde en titre, le brésilien Gabriel Medina avec 16,87 pts contre 13,20 pts au total pour son adversaire, dans des conditions dantesques. Sur sa route, Jérémy Florès a battu notamment C.J. Hobgood (USA), Wiggolly Dantas (BRA) avant donc de rencontrer le king Kelly Slater (USA) en demi-finales.

Un fait insolite dans ce contest? Toledo, qui n'a surfé aucune vague dans sa manche du 5ème tour face à Italo Ferreira, a obtenu un improbable score de 0.0. Chose qui n'était pas arrivée à un surfeur pro depuis... On ne sait même pas, et toi? Ce qu'on peut dire, c'est qu'une telle mésaventure est aussi arrivée à Coco Ho cette année à Margarets, mais la chose est quand même plus que rare.

En vidéo ci-dessous:

La vague gagnante pour Florès en bleu (1ère) et les moments forts du Tahiti Pro 2015 (2ème).