Share

Sujets magazine

Surf Trip: Portugal, suivez le guide !

Un petit bol de soleil et de bonnes vagues ? Vise l'Europe, bien en bas à gauche...

Le Portugal est probablement le meilleur plan pour la houle, le soleil, la qualité des vagues ainsi que leur variété, la température de l’eau en hiver, parmi toutes les destinations sur le continent européen. Ça te tente ?

Les principales régions de surf sont toutes en dessous de 40° nord, donc le Portugal parvient à passer juste en dessous des perturbations venant de l’ouest que l’on trouve à mi-latitude, et qui amènent avec elles un temps peu clément, mais tout en bénéficiant de la houle ainsi générée.

Parallèlement, une côte découpée et variée offre tout ce que tu pourrais souhaiter en tant que surfeur. Depuis la géante de Nazaré, jusqu’à des petites mousses plus sympas et ensoleillées au sud, en passant par des bons petits beachbreaks bien puissants comme le bien nommé Supertubos et des pointbreaks en droite majestueux, il y a toujours une vague pour toi, quel que soit ton niveau. Même pour des gens comme G-Mac ou Dorian, le Portugal assure grave.

Que demander de plus ? Et bien les meilleurs surfeurs du monde se retrouvent ici pour plusieurs semaines chaque année l’ordre du mois d’octobre, et pas seulement pour concourir sur la pénultième étape du WSL Samsung Galaxy World Tour, mais aussi pour produire certaines des meilleures vidéos de surf de toute l’année. En 2014, la « meilleure vague surfée de toute l’année » de Kolohe, le 540 de Kelly et la désormais célèbre Cave session ont toutes fait une belle percée sur Internet. Merci au Portugal.

Supertubos, Peniche. Photo: Timo

Peniche

Certains disent que “le bar est toujours offshore” ou bien la rampe de skate, ou bien parfois McDonald’s.

Mais…

Le bar est parfois fermé, il se peut qu’il ait plu sur la rampe de skate et pour le McDo, ouais bon…

Peniche, d’un autre côté, est vraiment toujours offshore…sérieusement.

Auparavant une île, dorénavant reliée à la côte par un pont de sable avec des beachbreaks de chaque côté, l’orientation de Peniche et de Baleal fait que, quelle que soit la direction du vent qui souffle, il y a un spot qui est offshore. C’est pas dingue ça ?

De méchants tubes ou des murs tranquilles… et même des vagues parfaites

Supertubos se dresse comme le ‘Pipe portugais’ et abrite l’événement du World Tour depuis 2009, et aujourd’hui, tout le monde sait que c’est un spot qui marche.

Véritable rival d’Hossegor en termes de beachbreaks en Europe, la vague mettra au défi n’importe quel surfeur aussi expérimenté qu’il soit.

Plus au nord vers la ville, la vague est plus petite et plus abritée, avec l’option de Molhe Este contre le mur lorsque le vent souffle du Nord.

De plus, si tes potes ont des niveaux assez différents, il y a, en plus de tubes fracassants, des murs assez sympas sur lesquels cruiser tranquillement. Tout est possible, Peniche est vraiment une destination idéale pour les couples ou pour les groupes de niveaux assez variés.

Pour vous les surfeuses d’un bon niveau, vous pouvez laisser votre copain à Baleal pour une session tranquille en fish alors que vous faites des gros take-offs sous la lèvre à Supers !

Quand c’est plus petit mais propre, remontez vers Belgas ou le Marriott. Ou bien, partez en voiture jusqu’à Nazaré envoyer la purée avec G-Mac !

Jeremy Flores préfère Supers, de manière générale. Photo: Timo

Quoi d’autre ?

Le Moche Rip Curl Pro Portugal, qui se déroule en octobre, est une très bonne manière de rallonger un peu ta saison estivale, et de te faire plaisir à regarder surfer tes pros favoris. Et pourquoi pas même faire un petite accolade au maire le plus cool de toutes les villes surf : António José Correia, qui est peut-être le seul élu qui rêve de Wilko dans un bain de sardines.

S’y rendre :

C’est à environ une heure au nord de Lisbonne par l’autoroute.

Ruben Gonzalez, Ericeira. Photo: Ricardo Bravo

Ericeira

Si l’Europe avait une région comme celle de ‘Margaret’, ce serait Ericeira.

Et, ce que l’on veut dire par là, c’est que c’est une bande côtière sur laquelle on trouve une bonne dose de très bons spots, les uns à côté des autres, souvent au bout d’un chemin de terre, principalement des reef breaks ou des rock breaks, tous sympas et même parfois exceptionnels. Donc principalement la même chose que Margaret, mais avec moins de requins.

Si tu es un surfeur raisonnablement expérimenté, Ericeira captivera ton attention, c’est certain.

Idéalement, il faut des vents d’Est et une houle moyenne, mais même lorsque la houle est petite ou bien énorme, il y aura un spot qui offrira de quoi s’amuser. Le joyau de la couronne est très certainement Coxos, un pointbreak classique en droite qui aura développé le tube riding et la puissance de Tiago Pires à ses débuts.

Mais on trouve aussi bon nombre de reef break de qualité, comme Ribeira d’Ilhas que l’on assimile souvent à Bells ainsi que d’autres beachbreaks sympa au nord et au sud de la ville.

Et comme c’est une ville très orientée vers le surf, il y a des shapers, de quoi réparer ta planche, tout ce qu’il faut pour partir en trip sereinement.

Fais attention :
Aux cailloux, il y  en a beaucoup et ils coupent.
Aux oursins. Le nom de la ville signifie oursin. Sois prudent.
Le surf est plus puissant qu’il n’en a l’air. Coxos, c’est pas Rincon, ça peut cogner.

 

Photo: Ricardo Bravo

Algarve

Nichée tout en bas à gauche du continent européen, tu ne peux pas aller plus au sud et à l’ouest que là-bas, et, argument clef : c’est l’endroit le plus chaud et le plus ensoleillée de toute l’Europe.

L’eau n’est pas aussi aussi rafraîchie par le courent des Canaries qui refroidit et tempère les eaux de la côte nord-ouest du Portugal, et l’Algarve regorge de plages et de pointbreaks nichés au pied de falaises et dans des criques. Top !

“L’Algarve est la destination surf idéale pour le pro comme pour le débutant. Avec deux expositions principales pour la houle et le vent, une météo très douce, un paysage magnifique, et même de quoi faire la fête pour ceux qui aiment ça, je me sens vraiment chez moi ici.”
– Marlon Lipke

S’y rendre : Prendre un vol jusqu’à Lisbonne et conduire vers le sud. Ou bien prendre un vol jusqu’à Faro. La dernière option est de conduire depuis Biarritz, pendant une bonne douzaines d’heures.

Deux côtes
Il y a deux options: la côte sud et la côte ouest. La côte ouest prend bien évidemment plus la houle et sera l’endroit de prédilection lorsque les vagues sont petites. On y trouve des beachbreaks et des pointbreaks, mais le principal obstacle est le vent, il faut y aller tôt le matin. La côte sud prend un peu moins la houle mais est plus abritée du vent, c’est donc le meilleur choix en hiver. Il y a aussi un autre avantage à la côte sud, c’est que même en plein cœur de l’hiver, les plages sont abritées du vent et sont bien chaudes : tu peux te faire bronzer les fesses au premier de l’an, si tu choisis le bon endroit. De plus, la côte sud peut vraiment commencer à marcher sur des houles d’Ouest ou de sud-ouest sans qu’elles aient à s’enrouler et à diffracter pour perdre de l’énergie.

On ne peut pas vraiment conduire le long de la côte, parce qu’il y a une voie à sens unique pour accéder à chaque spot. On a donc cette sensation de « découvrir » à chaque fois qu’on va surfer. Il y a cette ambiance un peu hippie des gens qui campent (ceux qui ont des dreads, des chiens et qui jonglent), et parfois certains vieux qui font du nudisme, ou bien on trouve des locaux, des touristes, des écoles de surf et des peaks complètement déserts. Voilà toute la beauté de l’Algarve.

Combi : une bonne 3/2 devrait le faire, même au cœur de l’hiver.

Share

Newsletter: termes et conditions

Merci de renseigner votre e-mail de manière à vous tenir informé de toutes les news, articles, nos dernières offres. Si vous n'êtes plus intéressé vous pouvez renoncer à tout moment. Nous ne vendrons jamais vos données personnelles et vous ne recevrez que nos messages et ceux de nos partenaires qui sont susceptibles de vous intéresser.

Read our full Privacy Policy as well as Terms & Conditions.

production