Share

Sujets magazine

Safari Surf et Photo avec Alan van Gysen

Galerie | L'Afrique en Vagues et au Naturel

Photos et légendes: Alan van Gysen

Alan van Gysen documente le surf depuis près de 20 ans maintenant, et il a toujours su mixer dans son travail action de surf et beauté de la nature. En voici la dernière illustration avec cette Galerie en forme de Safari Surf et Photo en Afrique.

Originaire d’Afrique du Sud où il passe d’ailleurs le plus clair de son temps, on peut dire que Alan connaît l’Afrique, tout comme il connaît le surf et même les requins. Son approche contemplative se reflète dans toute son approche de la vie, y compris les requins justement, avec une touche de croyance: “si tu es attaqué, il te reste à t’en remettre à Dieu, ou éventuellement aux Aumakua” (à Hawaï, ce sont les esprits anciens qui se manifestent sous la forme d’animaux).

Que ce soit pour prendre un cliché de la belle et iconique J-Bay au coucher du soleil, ou pour aller dénicher un coin inconnu qui déroule à merveille, ou encore explorer les recoins de Madagascar à la recherche de la vérité naturelle, Alan met tout son cœur et tout son talent dans son travail.

Alors même si l’essentiel de son travail l’amène en premier lieu vers chez lui à l’extrême sud, ou au Nord du côté du Maroc, il reste l’un des meilleurs pour capturer ce qui se passe entre les deux.

Supertubes, J-Bay. Un cliché, certes, mais comment ne pas l'être?

Cote Sud, Afrique du Sud. Un pic solitaire propre à faire rêver chacun de nous, forcément. Les communautés Zoulous qui vivent à proximité s’en tapent, du surf, mais le foot a toujours son mot à dire.

Skeleton Bay, Namibie. Il est parfois difficile d’apprécier la taille d’un break depuis la plage, surtout quand il s’agit d’une vague de 2km de long! Et oui, voici l’une des plus longues gauches du monde vue depuis là haut. Le spot le plus célèbre de Namibie, connu des locaux sous le nom de Donkey Bay, est vraiment une pure merveille de notre monde. Le problème quand tu as vu ça, c’est ou aller maintenant? Moi, j’ai décidé d’y retourner chaque année, comme un pèlerinage.

Sud de l’Angola. Sur un spot qui déroule comme ça, tu veux toutes les prendre quand tu es à l’eau, et quand tu campes tu regardes encore les sets dérouler… Kepa Acero et Dane Gudauskas, 2013.

Île Sainte-Marie, Est de MadagascarToute la côte Nord Est de ‘Mada’ est l’une des zones les plus difficiles d’accès au monde, sans vraiment de route ni de port, les cyclones et les requins sont dans leur salon. Et l’approvisionnement n’est pas toujours simple non plus. Pas étonnant qu’on l’appelait “l’île aux Pirates”/ Mais la recompense est de taille: une perfection sans personne autour.

Île Sainte-Marie, Est de Madagascar. Les enfants des ces villages environnants sont tellement accueillants: ils arrivent à inhiber la crainte de leurs aînés en brisant la glace tout de suite et en courant vers les “étrangers”. Si on pouvait garder ça toute notre vie, nous vivrions sans doute dans un autre monde, non? Et pour le surf, le potentiel est aussi énorme qu’en Indo.

Jeffrey’s Bay. Ce moment où tu te mets à l’eau sur ce spot mytique pour la première fois… Tous ceux qui y sont allés s’en rappellent. Dans le trou de la serrure, derrière Creed McTaggart.

Cote Ouest, Afrique du Sud. La qualité des vagues là-bas me rappelle celle de la cote Ouest de l'Australie. Solide, consistant, mais aussi froid, brutal et impitoyable. Toujours une expérience mémorable.

Lagos, Nigéria. On me fait le change à l’arrache à Lagos, capitale du Nigéria et plus grande ville du continent. D’ailleurs ce grand pays plein de ressources est le plus peuplé d’Afrique, avec 186 million d’habitants. Une belle et forte culture à découvrir, tout comme la cote sur l’Atlantique qui offre de belles perles.

Cape Town. Le Cap, en français. La plus belle ville du continent, à ce que l’on dit, et c’est sans doute vrai. Toute la région est l’une des plus prisée tout au long de l’année pour le surf de gros. Les vagues sont constamment lourdes, impressionantes, quand elles ne sont pas effrayantes et dantesques, comme me le racontait le chargeur local Josh Redman. Les 40è rugissants ne sont pas loin et fournissent la matière à ce qui pour une scène locale, est un repère de champions du monde de big wave, comme Twiggy Baker, Josh Redman ou Matthew Bromley…

Jeffrey’s Bay. Encore, et cette fois avec l’espoir de tout un pays: Jordy Smith. Soit le poids d’un pays – et d’un continent – sur les épaules.

Cote Ouest, Afrique du Sud. 4×4, tentes, accessoires de camping, surfs, et surtout les potes et pas mal de fous-rires. La vie est belle même dans les coin les plus désolés de la cote sud-africaine.

Share

Newsletter: termes et conditions

Merci de renseigner votre e-mail de manière à vous tenir informé de toutes les news, articles, nos dernières offres. Si vous n'êtes plus intéressé vous pouvez renoncer à tout moment. Nous ne vendrons jamais vos données personnelles et vous ne recevrez que nos messages et ceux de nos partenaires qui sont susceptibles de vous intéresser.

Read our full Privacy Policy as well as Terms & Conditions.

production