Share

Sujets magazine

Q&R avec Mateia Hiquily

C’est quoi la différence entre une gamelle à Teahupoo et à Taapuna?

A Taapuna, on a plus de chance de toucher le fond et de se faire couper sur le reef. La vague finit sur le reef à sec alors qu’à Teahupoo, elle peut d’envoyer par dessus le reef jusque dans le lagon. A Teahupoo, tu peux aussi toucher le reef bien sûr mais c’est la puissance et la taille de la vague qui font vraiment la différence aussi.

 

Le citron vert sur les coupures, c’est toujours le meilleur remède?

Ouais…et cela fait toujours aussi mal sur le coup…si ton sang ne devient pas noir, cela veut dire que tu n’en as pas mis assez ou qu’il reste encore des bouts de corail dans la plaie…

 

Tu mens souvent à ta mère avant d’aller surfer dans le gros?

Elle s’inquiète toujours mais cela ne sert à rien de lui cacher la vérité, elle est tahitienne donc elle sait très bien quand l’océan est en furie. Elle m’appelle toutes les 5 minutes au téléphone pour savoir si tout va bien quand je pars à Teahupoo…

 

Tu as ton propre bateau pour aller sur les passes?

Non, je fais du ‘bateau stop’ ou je rame jusqu’à la passe. Les bateaux, c’est cher. Il me faut 20 minutes de rame pour aller surfer devant chez moi et souvent j’arrive à trouver quelqu’un pour m’emmener.

 

Quelle est ta place dans la hiérarchie de ces deux line ups?

Je suis bien placé à Taapuna…mais à Teahupoo, c’est une autre histoire. Ce sont les bodyboardeurs, Tahurai Henri et Alvino Tuquai qui m’ont fait découvrir la vague: ils m’ont permis de prendre des vagues quand cela devient gros. Ils ont été ‘mon billet d’entrée’. Ils m’encourageaient sur les plus grosses vagues en s’assurant que j’étais le seul à partir!

 

Des moments de frayeur?

Bien sûr, lors d’un gros jour, je n’avais pas bien observé le line up, je pensais que c’était plus petit. Alors, je me suis mis trop à l’inside et une grosse série est arrivée. J’ai réussi à passer au-dessus de la première vague mais celle de derrière a été beaucoup plus grosse…elle m’a explosé et la troisième m’a éjecté dans le lagon.

 

Tu as aussi fait la connaissance de grosses pointures hawaiiennes au line up, cela a rendu des trips sur le North Shore plus facile?

Oui, il y a une vraie fraternité polynésienne. Je me rappelle m’être mis à l’eau dans un gros pipe et Derek Ho est venu vers moi et m’a dit de venir avec lui au second reef! Je me suis retrouvé assis entre Liam et Kala….et ils ont été super sympa!

 

As-tu été aussi bien reçu en France?

Oui, surtout par les Françaises ahaha, elles adorent mon accent. Sinon, j’ai habité chez Sancho, j’ai surfé et je me suis entraîné avec lui. Il m’a donné de bons conseils comme “ne sort pas après 2h du matin’ des trucs comme ça…et il m’a permis de scorer la Gravière et Mundaka!

 

Niveau compétition, l’été s’est aussi bien passé?

C’est pour cela que je suis venu, emmagasiner de l’expérience et je m’en suis pas trop mal sorti dans les pro-junior et à Lacanau, passant en compétition un air reverse et un Kerr up sur le WQS! Surfer et observer les meilleurs mondiaux est quelque chose d’important pour ma progression. Quand je vois des mecs comme Toledo ou Medina, je me dis que c’est ce surf que je veux atteindre! J’ai le soutien de ma famille, de mes amis, de mon sponsor Billabong et de mon shapeur pour y arriver!

Share

Newsletter: termes et conditions

Merci de renseigner votre e-mail de manière à vous tenir informé de toutes les news, articles, nos dernières offres. Si vous n'êtes plus intéressé vous pouvez renoncer à tout moment. Nous ne vendrons jamais vos données personnelles et vous ne recevrez que nos messages et ceux de nos partenaires qui sont susceptibles de vous intéresser.

Read our full Privacy Policy as well as Terms & Conditions.

production