Share

Sujets magazine

L’HOMME BIO: Kolh Christensen

Le mec de la couverture du SE92. Photo: Brent Bielmann

Kohl Christensen vit dans une ferme sur le North Shore, il fait pousser sa propre nourriture et génère sa propre énergie avec des panneaux voltaïques et solaires. Et quand il n’est pas en train de réduire au maximum son impact sur l’environnement, il adore partir ramer sur quelques-unes des vagues les plus hallucinantes de l’univers.

Peux-tu nous parler des jours qui ont précédé la session d’anthologie à Cloudbreak ?

C’est marrant car nous ne pensions pas que cela allait être aussi gros que l’année dernière…J’étais un peu hésitant avec la compétition car nous ne savions pas si nous allions nous tourner les pouces et regarder les mecs du WCT ou devoir surfer Restaurants – pas une mauvaise option, mais ce n’est pas cela que nous recherchions. J’ai attendu aussi longtemps que je pouvais et la houle n’a pas semblé diminuer en intensité, bien au contraire!

 Quelle est la différence entre Cloudbreak et Pipeline?

Cloudbreak est la meilleure vague au monde que j’ai vue. On peut la surfer de 1m à 6m. On peut prendre les plus gros et les plus longs tubes de sa vie et après ces deux derniers swells, cela a été le cas pour beaucoup des meilleurs surfeurs au monde. On peut prendre la vague de sa vie au Pipe mais il faut beaucoup plus de temps et faire beaucoup plus d’efforts. Pipeline est une vague difficile à comprendre et avec le monde à l’eau, on peut très bien ne pas prendre de vague du tout.

Tu n’as pas l’air d’un fan du surf tracté…Les guns sont-ils les nouveaux jet-skis?

 J’ai un peu loupé le train en marche pour ce qui est du surf tracté. Je n’ai jamais eu de jet-ski ou les moyens d’en avoir un. Mais je ne mets pas le tow in et le surf à la rame dans la même catégorie. Ce sont deux sports différents. Le fait d’avoir besoin d’autant de matériel et d’un coéquipier change toute la dynamique du sport que nous connaissons par opposition à un surfeur tout seul avec sa planche qui essaye de prendre des vagues géantes par lui-même. Il faut bien le dire, arriver à se positionner sous une énorme montagne d’eau et ramer comme un fou sans savoir si l’on va passer le drop puis réussir à surfer la vague, rien ne peut lutter avec ça.

 Tu rides pour Patagonia. Es-tu un écoguerrier?

 Je ne me considère pas comme un éco-guerrier mais je recycle, je fais pousser la plupart de ma nourriture et j’utilise l’énergie que je génère grâce au soleil. J’ai réalisé que l’on peut faire de petites choses pour que notre monde devienne meilleur pour les générations futures. Ces choses simples ont plus d’impact que l’on ne le pense…

Beaucoup de gens ont critiqué le fait que la compétition n’ait pas débuté…qu’en penses-tu?

 Je pense que personne ne doit être critiqué dans cette affaire. La décision a été prise et des surfeurs ont pu surfer ces vagues et tout le monde a pu les voir surfer certaines des plus belles vagues jamais surfées. Cela a été une bonne décision.

Des surfeurs t’ont-ils marqué en particulier? Y a–t- il un moment qui t’a le plus marqué ?

Je me rappelle avoir vu la plus belle vague de ma vie. Je suis sûr que si on avait pu l’immobiliser sur place, on aurait pu la classifier comme l’une des 7 merveilles du monde. Healey a regardé la première, moi j’ai regardé la seconde et j’étais environ à 10 mètres devant lui. Et la troisième a été carrément énorme et déferlait sur le reef en fonçant vers nous. J’étais comme hypnotisé. La lèvre devait faire au moins 3 mètres d’épaisseur. J’ai ramé aussi fort que j’ai pu mais j’avais le sentiment d’être déjà condamné et je savais que Healey était derrière encore plus profond…Je ne pouvais même pas me retourner pour voir où il était. Je pensais que j’allais devoir lâcher ma planche et plonger , mais heureusement j’ai réussi à passer. Healey a dû abandonner sa planche et nager à travers. Et laissez-moi vous dire qu’ il faut avoir des nerfs d’acier. Quand nous nous sommes retournés, des fragments d’algues et des morceaux de corail étaient éjectés dans les airs par le fracas et la puissance des éléments sur le récif. Cette vague m’a marqué…

Share

Newsletter: termes et conditions

Merci de renseigner votre e-mail de manière à vous tenir informé de toutes les news, articles, nos dernières offres. Si vous n'êtes plus intéressé vous pouvez renoncer à tout moment. Nous ne vendrons jamais vos données personnelles et vous ne recevrez que nos messages et ceux de nos partenaires qui sont susceptibles de vous intéresser.

Read our full Privacy Policy as well as Terms & Conditions.

production