LA LONGUE ROUTE

Dix ans de galère pour Kai Otton puis la lumière

par Sean Doherty

206981641

Kai Otton prend le virage à 40 kilomètres/h au-dessus de la vitesse autorisée ; il boit un Coke, mange un pie et me parle de mille choses à la fois sans me quitter du regard. J'acquiesce d’un signe de tête tout en lui indiquant du doigt que le virage est plus serré qu'il n'y paraît...

Nous étions en 2006 et il venait tout juste de se qualifier sur le World Tour après cinq années passées à se heurter à un mur de briques… nous descendions vers le sud le long de la Princes Highway pour aller célébrer la qualification chez lui à Tathra. Pas grand-chose ne se passe dans le petit port de pêche de Tathra. Lorsque la nouvelle des exploits d’un gars du cru s’est répandue, cela a fait grand bruit. Durant les six heures de voiture de Sydney, nous avons parlé tout le long...et quand je dis nous, c'était plutôt Kai qui n'a pas arrêté. Il était super excité à propos du Tour, des pies que nous allions manger à Tathra et des bonnes vagues que nous allions surfer une fois sur place. A cet instant, le monde de Kai était un arc-en-ciel dans un ciel sans nuages.

Billabong ProTahiti

Nous sommes arrivés à Tathra et les vagues étaient pourries, mais cela n'a pas freiné le moins du monde son enthousiasme. Nous avons checké à peu près 50 spots, tous aussi pourris les uns que les autres, Kai courait dans ses bottes de mouton pour aller voir les vagues ; il me disait qu'il avait eu des vagues de dingue à cet endroit…il y a un mois, un an ou au siècle dernier....

L'objectif de notre trip dans le sud, sans parler de se bourrer la gueule avec ses potes, était de changer de véhicule. Nous étions descendus dans une Toyota Seca de 1986 rouge, une voiture que Kai appelait la Red Rocket. Et elle tournait effectivement comme une fusée – une fusée de la Corée du Nord – elle tanguait dangereusement et semblait proche de se désintégrer en vol à tout moment. Kai voulait échanger la Rocket contre une vieille Mercedes, une voiture qui roulait moins bien mais qui semblait plus adaptée à un surfeur du World Tour. La vieille Mercedes allait bientôt se retrouver sur le parking de Snapper Rocks, coincée entre les BMW X5 noires des superstars du Tour.

Les premiers signes ont été bons : Kai a terminé 12e lors de sa première année, il a même fait une finale au Brésil. Sur cette compétition, il avait battu Kelly Slater et de ce fait, Mick Fanning avait remporté sa première couronne mondiale. Malheureusement, à partir de là tout s'est détraqué et pendant cinq ans Kai a frôlé l'éviction de l'élite et sans doute une fin de carrière prématurée. Mais ce n'est pas tellement la défaite qui pose question, c'est plutôt la manière. Il a perdu en ayant un 10 face à Parko…et en tombant contre lui presque systématiquement à une époque où Parko ne perdait pas… et quand on lance simplement deux séries à Fidji dans des vagues monstrueuses, on appelle qui à votre avis? Ce manque de chance a fini par peser sur l'enthousiasme de Kai et un vilain nuage noir au-dessus de sa tête s’est abattu sur l’arc en ciel de ses débuts. Chaque défaite était un coup de poignard de plus et il a commencé à perdre confiance en lui.

https://www.youtube.com/watch?list=PLF6553B1166B42884&v=yWV_cYOAf0o

La suite...page 2

Cette année, les choses n'ont pas très bien commencé. Il y a eu cet accident où Kai a évité de justesse un handicapé qui s'est jeté sous les roues de son véhicule alors qu'il partait surfer. Kai a eu la peur de sa vie et une fois de plus, il s'est dit que ce truc ne pouvait lui arriver qu’à lui !

Puis il y a eu un déclic : sa copine Sara l'a informé qu'elle était enceinte… Kai allait devenir papa à 33 ans. Cette nouvelle l'a complètement transformé du jour au lendemain. Il est parti ensuite pour l'épreuve de Tahiti, où il a atteint la demie finale, son meilleur résultat depuis 5 ans. Kai était face à Kelly qui lui a attrapé le pied en ramant, pour lui souhaiter bonne chance d'une part et aussi pour lui rappeler contre qui il surfait. Pour le Kai ‘ d’avant’, cela aurait pu être une sorte de baiser de la mort, mais cette époque de déveine n’est plus ! Depuis, il n'a quasiment plus perdu de série et il sème désormais le trouble autour de lui…véritable petit nuage noir au-dessus de la tête de ses adversaires.

kai-otton

Son truc cette année, c'est de vouloir battre tous ceux qui gagnent plus que lui, une sorte de Zorro de la compétition et vu son salaire… il allait avoir du pain sur la planche. Lors de la dernière journée au Portugal, il a battu Parko (qui gagne 15 fois plus que lui) et John John (30x son salaire). Et le vrai signe d'un changement chez Kai s’est produit lors de cette série contre Mick Fanning ; il aurait pu donner le titre de Champion du Monde à son compatriote...et plutôt que de se mettre la pression tout seul et d'offrir sur un plateau d’argent la coupe à Mick, il s'est battu comme un beau diable...et il a triomphé. Plus tard dans la journée, lors de la finale, Kai était en tête à cinq minutes du terme de la série face à Nat Young. C'était le scénario parfait pour s’autoriser un petit passage à vide à la Kai, un mauvais choix de vagues, des chutes inattendues, des erreurs de priorité…bref, tous ses plus fervents supporteurs qui attendent depuis longtemps la première victoire de Kai ne voulaient pas regarder. Puis quelque chose d'étrange a eu lieu… tout s'est très bien passé. Kai a parfaitement géré les cinq dernières minutes, tel un vétéran du circuit qu'il est : il a remporté la finale, en pleurs bien avant qu'il ne rejoigne le sable sec...

En 2006, pendant que son grand-père, “Keithy" était sur son lit de mort en Australie, Kai tentait de se qualifier à l’étranger. Il lui a dit qu'il ne voulait pas qu'il revienne pour le voir mourir lentement à l'hôpital. Il voulait simplement qu'il se qualifie. A ce moment, le grand-père de Kai ne pouvait pratiquement plus parler alors son petit-fils passa des heures au téléphone avec lui de l'autre côté de la planète. Cela faisait longtemps que Kai attendait une telle victoire en compétition ; il l'a dédia naturellement à son grand-père et la famille Otton pouvait disposer maintenant d’un bas de laine de $75,000. Pendant ce temps à Tathra, on s'est activé pour honorer le nouveau champion du village avec une statue en bronze à l'entrée du port. Et pendant la réalisation de la statue, les potes de Kai en ont construit une en carton, avec la réplique du trophée. Et elle trônait sur le bord de la route quand le héros est arrivé en ville au volant d’une voiture qui n’avait rien à voir avec celle qu’il conduisait à l’époque en quittant Tathra….