Share

Sujets magazine

Interview: Barney Miller, Surfeur Paraplégique

Barney était condamné au lit suite à un accident de voiture, aujourd'hui il surfe!

“Ce qu’il a réussi à faire met toutes nos réussites en perspectives. On parle de courage, de surmonter sa peur dans le surf, mais ce qu’a réalisé Barney va bien au-delà de ce que l’on peut imaginer en terme de courage. Cet homme, ce surfeur, est un exemple pour tous.”
– Mark Matthews, big wave surfer.

Barney et son pote Mick Fanning.

En 1998, Barney Miller a 19 ans, surfeur accompli et propriétaire d’une boîte de rafting. Un terrible accident de voiture près de chez lui à Sawtell sur la côte Est de l’Australie, va alors changer sa vie pour toujours.

Il est transporté d’urgence en hélicoptère à l’hôpital de Sydney, où il est annoncé mort à son arrivée. Après un incroyable premier combat contre ce sort cruel, Barney parvint à survivre. Puis il va apprendre qu’il ne marchera plus jamais. Pire, il devra rester alité et sous respirateur artificiel…

“Barney est transporté d’urgence en hélicoptère à l’hôpital de Sydney, où il est annoncé mort à son arrivée.”

“Les vertèbres cervicales  C5 et 6 étaient cassées, mais l’impact avait en fait affecté l’ensemble de mon cou jusqu’à C3, ce qui m’empêchait de respirer” décrit Barney. “On m’a alors annoncé que je devrait vivre sous respirateur artificiel, allongé pour le reste de ma vie.”

“Tout de suite, je me suis dit ok, si c’est ça, ce n’est pas une vie, alors autant essayer tout de suite si c’est vrai ou si je peux faire quelque chose. Je leur ai demandé de débrancher la machine, et que j’allais leur prouver que je pouvais respirer seul”.

Depuis ce moment, l’attitude de Barney n’a jamais plus changé: il avait décidé de se battre pour revenir.

Réapprendre à respirer

“Ça n’a pas vraiment marché” dit-il dans un sourire. “Le premier essai dura 5 secondes, et puis je me suis jeté sur le masque pour respirer. Mais j’ai insisté, jusqu’à ce que finalement je réapprenne à respirer.”

“Après deux semaines d’entraînement quotidien, j’arrivais à respirer seul pendant 40 minutes. Je ne pouvais le faire qu’un fois par jour car cela m’épuisait. Puis ce fut deux heures… Et puis quelques mois plus tard 5 jours sans la machine”.

“Après avoir réussi à passer une semaine sans la machine, puis enfin sortir des soins intensifs au bout de presque un an, je leur ai dit: vous voyez! Vous me croirez à présent quand je vous dirai quelque chose. Et là je vous le dis: je surferai à nouveau!”

“Tous ces efforts ne servent à rien si je ne peux plus surfer!”

De tétraplégique sous respiration artificielle suite à l’accident, Barney avait déjà passé un cap énorme et déjoué tous les pronostics, mais il ne comptait pas s’arrêter là.

“Je n’en revenais pas de la négativité des docteurs. Ils m’avaient tous dit que je ne re-surferai jamais. Et moi je me disais: “tous ces efforts ne servent à rien si je ne peux plus surfer, je dois continuer”.

Barney Miller à côté de Mick Fanning, à Project Walk

Avec l’aide des ses amis surfeurs et shapers, il fut remarquablement entouré et on lui dessina un surf où il pouvait déjà prendre des vagues allongé.

“J’en ai tellement chié au début. On tatonnait tous, et puis je n’avais plus aucun muscle. Je ne savais même plus comment flotter car mes sensations dans l’eau étaient différentes. J’ai juste fait confiance à mes amis qui étaient là pour me choper quand je tombais. Et ça arrivait plutôt souvent, donc merci à eux!”

 

Puis un contest caritatif a vu le jour, le Barney Miller Classic, afin de pouvoir mieux financer les équipements onéreux dont Barney avait besoin. Aujourd’hui, cet event a largement rempli sa mission première et aide désormais d’autres victimes d’accidents. C’est là qu’il a rencontré les meilleurs surfeurs du pays, dont Mick Fanning, devenu depuis l’un de ses plus porches soutiens.

Avec l’aide de ses amis

“Ça fait 10 ans qu’on se connaît avec Barney,” déclare le triple champion du monde Mick Fanning. “J’ai surfé avec lui à Pipeline, à Sunset et devant plus de 20.000 personnes à l’US Open de Huntington. Et certaines de ces sessions seront pour toujours gravées dans ma mémoire. Voir son engagement et sa passion est une telle leçon de vie, ce mec m’épate toujours. Et puis il a aussi une sacrée descente au bar je vous le dis!”

 

J’ai surfé avec lui à Pipeline, à Sunset et devant plus de 20.000 personnes à l’US Open de Huntington”.

C’est d’ailleurs dans un pub que les 2 amis se sont croisés pour la première fois. Au Torquay Pub pour être précis, après la victoire de Mick au Rip Curl Pro Bells.

“On s’amuse beaucoup ensemble c’est vrai, mais Mick oublie de dire qu’on tient aussi à rester en forme, et on bosse pas mal pour ça, entre surf et fiestas!”

Barney Miller avec Mick Fanning et le crew project walk

Non content d’arriver désormais à surfer, Barney s’est aussi mis en tête de remarcher… Avec un programme top niveau venu de Los Angeles et appelé Project Walk, il dédie maintenant sa vie à ce combat, pour lui et pour d’autres accidentés de la vie.

“J’ai commencé à travailler sur C.H.E.K, le programme de préparation qu’utilise Mick Fanning, puis j’ai rencontré ces mecs incroyables qui ont lancé Project Walk à LA et depuis on est à fond dedans. Je suis avec eux depuis 2008, et cela commence vraiment à porter ses fruits”.

Project walk

Project Walk est un programme qui utilise certains exercices spécifiques, liés entre eux par un schéma de mouvements qui sont programmés chez l’être humain à l’état d’embryon – si l’on a bien compris le truc! En bref, on fait appel au cerveau reptilien pour réapprendre certains réflexes d’abord, puis certains mouvements.

On tente ensuite de réétablir une activité nerveuse liée à ces mouvements, et rééduquer ainsi le système nerveux central. “Un peu comme le processus de l’enfant qui apprend à marcher” explique Barney.

Barney à l’entraînement à Project Walk

 

Avec les encouragement de tous ses amis, et bien sûr de sa femme Kate Southwell, chanteuse australienne plus connue sous le nom de scène KADA, il se tient à ce programme exigeant pendant plusieurs années. Par chance, Kate signe un contrat sur LA ce qui permet au couple d’y résider à cette époque (2010) de manière permanente.

Kate, le meilleur soutien de Barney.

Et les progrès furent spectaculaires. “Je me tiens désormais debout, je sens mon corps et mes jambes, je peux tenir ma femme. J’utilise une sorte de déambulateur avec des roues, je me déplace de manière autonome, même s’il me faut de l’aide pour passer d’une position à l’autre.”

“Je me tiens désormais debout, je sens mon corps et mes jambes.”

L’an dernier, Mick Fanning est venu voir les progrès de Barney, et ce fut un choc. “Un choc positive, mais ça m’a tellement ému, c’était fort de le voir comme ça”.

“Le fait de le voir se tenir droit à côté de moi”, rajoute Mick “j’ai compris que tous les challenges étaient possibles, que la volonté pouvait faire des miracles.”

L’histoire incroyable de Barney n’a pas échappé aux organisateurs du Red Bull Wings for Life World Run, une course rassemblant simultanément des milliers de coureurs dans 30 endroits de la planète, afin d’aider la cause des accidentés de la moelle épinière et lever des fonds. La dernière a eu lieu en mai dernier, Barney en était, évidemment.

“The Wings for Life World Run”, c’est quelque chose qui me passionne. On rassemble des gens, des forces et des fonds, pour la cause des accidentés de la moelle épinière, et cela n’a jamais eu une telle dimension avant. Je suis fier de faire maintenant partie d’une telle organisation, il n’y a rien de mieux que d’aider des gens dans le besoin, surtout quand on connaît leur souffrance.”

La première danse

Des cinéastes sont sont aussi penché sur l’histoire incroyable de Barney. L’un d’entre eux l’a suivi pendant plusieurs années pour réaliser le documentaire “You and Me”.

“A couple of New York film grads hit me up and are making a doco of my life,” says Barney.

“Il m’a suivi partout, à l’entraînement, sur les compètes de surf auxquelles je voulais assister, dans les hôpitaux et jusqu’à ma cérémonie de mariage!”

“Je ne marcherai plus… Peut-être. Mais j’ai tellement envie de leur donner tort. On m’avait dit que je ne me servirai plus de mes bras, que je ne respirerai plus seul, que je ne surferai plus: je leur ai prouvé que tout ça, c’était des conneries! Et un jour, je danserai avec ma femme.”

 

“Un jour, je danserai avec ma femme.”

Comme Mick Fanning le dit: “Même quand il est à Hawaï devant une grosse vague, je sais qu’il a peur mais il y va quand même. Ce n’est pas un inconscient, c’est juste un mec hors norme. Et moi je suis là derrière lui: vas-y mec!”

“Son courage n’a pas de limite, tout comme sa détermination. Je n’ai jamais rencontré personne capable de travailler autant pour atteindre ses rêves. Il est mon inspiration.”

Lien vers le film: “You and Me“, disponible en VOD, iTunes, Google Play, Vimeo on Demand etc. 

// bit.ly/youandmesurf

Share

Newsletter: termes et conditions

Merci de renseigner votre e-mail de manière à vous tenir informé de toutes les news, articles, nos dernières offres. Si vous n'êtes plus intéressé vous pouvez renoncer à tout moment. Nous ne vendrons jamais vos données personnelles et vous ne recevrez que nos messages et ceux de nos partenaires qui sont susceptibles de vous intéresser.

Read our full Privacy Policy as well as Terms & Conditions.

production