Essai: Les Joies du Bodysurf

C'est sans conteste la forme de glisse la plus épurée, la plus proche de la nature, de la vague et de la magnifique symbolique de Flipper le dauphinTout le monde est d'accord, le bodysurf c'est beau, lyrique, poétique... Et c'est surtout pas cher! En ces temps de crise, pas besoin de planche, de boardshort, de leash, de grip, d'ailerons amovibles et hors de prix etc. pour aller glisser....

 

15 euros le speedo saillant, lisse et bombé, quelques dizaines d'euros pour une bonne paire de palmes et vous voilà prêts, le torse lui aussi bombé devant la beauté de l'océan, devant ce défi que vous vous apprêtez à relever au milieu des éléments déchainés. Vous ne courrez pas bien sûr pour vous mettre à l'eau, comme le font les surfeurs lestés de leur planche et la laisse au pied. Vous ne courrez pas pour ne pas trop ressembler à Mitch Buchannon, vous faites votre entrée à l'eau en douceur.

Une paire de palmes, des bras et un moule bite...what else? Photo: Bukhard

En contraste, c'est la violence de la nature qui vous prend dans ses puissants rouleaux de bord, vous égratigne le front, vous gave de sable par tous les orifices. Après 10 minutes de brassage, vous êtes épuisés, lessivés. Vous ressortez de l'eau en titubant, pas aussi fier et le torse pas aussi bombé que les surfeurs qui sortent à côté de vous la planche sous le bras. Vous réalisez vite que l'on ne brille pas souvent en bodysurf, que les belles créatures de la plage intriguées par votre speedo au milieu de tous ces boardshorts, vous ont perdu de vue, avalé par les flots, noyé dans l'écume, que les photographes ne déclenchent pas la mitraillette, que vous n'êtes en fait...qu'une tête qui sort de l'eau, un petit rien.

D'ailleurs et c'est un comble de nos jours, vous n'avez aucun emplacement pour coller l'étiquette de votre sponsor, à part peut être sur votre front. Vous n'avez même pas un circuit de compétition digne de ce nom. Pas de podium, pas de star. Vous ne savez prendre du plaisir que dans des vagues creuses et puissantes, vous vous complaisez à glisser anonyme, amphibie, vous vous foutez en fait de votre look car personne ne vous voit.

Vous n'avez rien compris...pardon vous avez tout compris et en ces temps de crise, vous en êtes presque l'antidote.

- La rédaction

Et pour s'inspirer: