Nous savons tous que les magazines, les bloggeurs de tout poil et certains pros aiment faire découvrir et parler de destinations surf bizarres. Mais honnêtement, il faut avoir une sacrée motivation et un gros compte en banque ou être un peu dérangé pour s’envoler vers...

Lineup-Oman-Villalba-WEAgency-620x413

La péninsule Russe du Kamchatka

Dans notre numéro SE95 et dans le SE34, nous avons publié le récit du tout premier trip effectué dans cette contrée en compagnie de Curren et Brian Toth. Cette région sauvage de la Russie se trouve juste au nord du Pacifique et reçoit beaucoup de houles. Le seul problème… c’est qu’on est loin de tout et que ça coûte très cher pour y aller. En plus, c’est très mal desservi, il y a des ours sauvages en liberté, des volcans en activité et des zones militaires interdites. Bon courage et bonne chance...

Les îles Lofoten en Norvège

C’est une destination très prisée par les photographes avec une luminosité magnifique, des arrière-plans irréels, une eau cristalline, des dunes de sable blanc, une gauche fun et une droite en pointbreak...mais c’est l’ Arctique...Il faut prévoir un gros budget avec de nombreuses escales, une couche de néoprène bien épaisse et se préparer à plonger dans l’obscurité quasi totale pendant la moitié de l’année.

Gaza

Bien que Tel Aviv dispose d’ une scène surf très active à une centaine de km au nord, les pics en beachbreak de la Bande de Gaza sont désertés par les locaux qui doivent quotidiennement faire face à des blocages routiers, à des opérations militaires, en plus des problèmes de sécurité et de pauvreté. Surfers4Peace a offert du matos à quelques surfeurs locaux ultra motivés, mais l’ouverture d’un surfcamp dans la région n’est pas encore à l’ordre du jour…

Oman

Une autre destination que les magazines adorent...Dans l’Océan Indien, Oman reçoit des bonnes vagues pendant la mousson du sud-ouest (mai à septembre). Vous serez sans doute bien seul à vous caler dans ces tubes en beachbreak. La proximité de camps d’entraînement d’ Al Qaeda, une population de requins assez dense et le casse-tête logistique qu’implique pareille aventure dans les déserts de la péninsule arabe résument la problématique locale…

Les Malouines

Dernier soubresaut de l’Empire britannique et ultime guerre coloniale du siècle passé qui a opposé la Grande-Bretagne et l’Argentine dans la quête«d’un bout de rocher »avec quelques spots de gros sans personne (à part des pingouins, des phoques et autres dauphins).Les frères Long et Surfing Magazine ont fait un trip là-bas voici quelques années. Mais on est encore bien loin de la découverte des nouvelles Maldives…

Iran

Une destination surprenante quand on parle de surftrip...la côte de la Mer caspienne de l’Iran reçoit une houle de vent quand il souffle fort depuis le Kazakhstan avec un fetch de plus de 1000km. Malgré l’engouement suscité par l’Irlandaise Easkey Britton qui a été la première femme à surfer dans le pays en 2011, on attend toujours la venue d’Alana Blanchard et des Reef Girls en démonstration là-bas.

Ni’ihau

Connue sous le nom de l’‘île interdite’, Ni’ihau est un sanctuaire pour les oiseaux d’une superficie de 160 km2, à 20km au sud-ouest de Kauai. La population ne dépasse pas les 140 âmes et l’hawaïen reste leur langue de prédilection. C’est une île protégée pour sa biodiversité et donc encore épargnée par le tourisme de masse...