wpid-Shiraz-Ksaiba-Surf-Camp-Morocco-3-680x664.jpg

Il faut un sacré courage pour tout plaquer, les amis, la ville dans laquelle tu as développé toute ta carrière, et bouger dans un autre pays, particulièrement quand tu es mère célibataire. Mais ces histoires de changement de vie nous fascine tant elles révèlent le courage des gens. Comme l'histoire de ce couple qui a construit son rêve aux maldives, et dont on a parlé dans un précédent article.

Shiraz Ksaiba elle non plus, n’a pas eu peur de se lancer: en octobre dernier, elle quitte Londres, où elle travaillait comme réalisatrice et directrice de photographie, pour lancer un surf camp à Taghazout au Maroc avec son partenaire Mhand.

wpid-Shiraz-Ksaiba-Surf-Camp-Morocco-1-680x480.jpg

Cette femme de 39 ans est née au Royaume-Uni, mais a grandi en Tunisie, puis est venue vivre à Bournemouth à l’âge de cinq ans. Elle déménage à Londres en 1999 avec son fils de trois ans pour suivre des études d’art, et n’est jamais revenue en arrière.

« Je me suis mise au surf assez tard, il y a environ cinq ou six ans, lors d’un voyage au Devon et en Cournouailles. J’ai traîné avec les skateurs du coin quand j’étais plus jeune. »

Mais c’est seulement lorsqu’elle part en surf trip au Maroc qu’elle rencontre son partenaire actuel, l’instructeur de surf Mhand, et tombe amoureuse du pays, ou des deux en fait!

wpid-Shiraz-Ksaiba-Surf-Camp-Morocco-2-680x406.jpg

"Je faisais des allers-retours entre le Maroc et Londres. On a commencé à discuter l’idée de lancer notre propre surf camp, mais je ne pensais jamais qu’on irait jusqu’au bout. »

Puis en octobre 2015, ils lancent Amayour Surf, une petite boutique dans la ville surf de Taghazout. Leur fille de sept ans les accompagne.

Shiraz Ksaiba Surf Camp Morocco

Photo: Shiraz Ksaiba

Ils réaménagent eux-mêmes l’appartement pour huit personnes et lancent leur business (il y a seulement quelques semaines) proposant le logement, des leçons surf, des ateliers de yoga et des cours de cuisine.

Shiraz voulait faire en sorte de contribuer à la communauté locale.

Les clients peuvent choisir de donner cinq euros lorsqu’ils bookent, qui iront directement dans une cagnotte pour aider un prof de surf local à obtenir son diplôme d’instructeur de surf ISA (qui coûte environ 1000 € par personne). « Nous sommes convaincus que contribuer à la communauté locale est positif pour tout le monde. »

Nous sommes convaincus que contribuer à la communauté locale est positif pour tout le monde.

Cela a dû être assez difficile pour Shiraz de déménager toute sa vie d’un pays à l’autre, mais certainement encore plus de faire déplacer sa fille Matilda. Mais Matilda semble très bien s’accoutumer à sa nouvelle maison.

« Elle adore passer du temps sur la plage et apprendre à surfer, elle se débrouille très bien. Elle mange dorénavant du poisson et du tajine, ce qu’elle n’aurait jamais fait auparavant et elle apprécie de passer du temps avec les clients. »

« Elle a commencé l’école ici, elle est bien plus à l’aise avec un entourage de nouveaux amis et d’enfants de son âge. »

wpid-Shiraz-Ksaiba-Surf-Camp-Morocco-4-680x484.jpg

Shiraz et Matilda se lèvent au lever du jour tous les jours avec une vue splendide sur l’océan depuis leur maison.

Quand elles ne sont pas à la plage entre surfer, Shiraz passe du temps avec les clients, buvant une bière sur la terrasse ou jouant au Monopoly ou aux cartes.

« J’adore être avec mon copain tous les jours. Quand des clients viennent et séjournent avec nous sur une durée suffisamment importante, cela nous donne une très bonne impression, un véritable plaisir. Cela nous rappelle qu’on a fait le bon choix. »

Qu’est-ce qui a été le plus difficile au moment de s’installer au Maroc ? « C’est d’apprendre la langue. Et je faisais l’école à ma fille à la maison quand on est arrivé, mais maintenant elle est à l’école, c’est beaucoup mieux. »

wpid-Shiraz-Ksaiba-Surf-Camp-Morocco-5-680x907.jpg

Shiraz n’a pas abandonné sa carrière de réalisatrice. En fait, elle travaille sur une série de courts documentaires tout en vivant au Maroc.

Quels conseils donnerait Shiraz à quelqu’un qui cherche à lancer son propre surf camp dans un endroit comme le Maroc ?

« Il faut vraiment bien se préparer au préalable. Il faut penser à ce que l’on va apporter de différents vis-à-vis des autres surf camps dans la zone. »

« Cela peut être difficile de vivre de travailler avec son partenaire, mais nous on adore ça. Soyez donc sûrs de le faire avec la bonne personne ! »

Tu peux trouver toutes les infos sur Amayour Surf sur leur site web, Facebook, Instagram et Twitter.