Dans une interview diffusée sur la télé australienne, Kelly a qualifié l'utilisation des drogues dans le milieu du surf "d'effréné".

Le journaliste voulait savoir s'il y avait un problème avec les drogues récréatives, et Kelly a répondu sans détour: "Oui clairement, il n'y a aucun doute pour moi, c'est un problème de plus en plus sérieux et d'actualité."

Malgré la décision très médiatisée de l'ASP de mettre en place des contrôle anti-dopage et anti-drogues en début d'année dernière, Slater semble pour le moins circonspect. "Ils nous ont testé lors de la première compétition et puis moi, on ne m'a plus jamais testé après. Pourquoi en parler autant et faire si peu? Il faut le faire bien ou pas du tout!," a déclaré Kelly.

Sur le dopage pur et dur, Kelly a aussi répondu clairement: "je ne pense pas qu'il existe une substance capable de vous faire mieux surfer..."

Kelly appuie là où cela fait mal à l'ASP juste avant la première compétition de l'année. Photo: ASP/Kirstin