Share

Opinion

Questions au commentateur: Franck Lacaze

C’est l’une des ‘voix’ des compétitions surf en France, en micro plage ou sur les webcasts en Français…A quelques jours du Quiksilver Pro Gold Coast, que Franck commentera en direct sur MCS Extrême, nous avons posé quelques questions au commentateur…

Meilleur webcast de la saison pour toi ? Et pourquoi…
Sûrement celui du Quiksilver Pro France 2012, parce que les conditions y ont été exceptionnelles et que forcément, lorsque les vagues sont au rendez-vous avec les meilleurs surfeurs de la planète dessus, relayer l’action et partager l’émotion avec les Internautes est une expérience unique. Et aussi parce que je fais équipe sur ce webcast avec les mêmes personnes depuis plusieurs années et que je me régale à bosser avec. Et enfin parce que le Quik Pro France est désormais le seul webcast en Français sur lequel je travaille. Vu que tous les autres ont disparu, le webcast du Quik Pro France -avec ou sans bonnes vagues- restera mon favori.

Franck en compagnie de Gérard d’Avezac, avec une vue imprenable sur le line up de Bell’s Beach. Rip Curl Pro 2009.

Meilleur commentateur surf plages & webcast ?
Meilleur commentateur plage ? Nuno Jonet parce qu’il a une expertise unique et qu’il donne exactement et précisément les informations dont les surfeurs ont besoin. Et ce, dans toutes les langues possibles et inimaginables. Le surf mondial n’a pas d’équivalent. Dave Mailman est excellent aussi… Sur les webcast anglophones, j’aime beaucoup Dave Stanfield qui reste une référence parce qu’il fait un vrai travail de journaliste et donne toujours une foultitude d’infos sur les surfeurs. Il est excessivement informatif et c’est ainsi que je conçois le travail de commentateur surf. Pour les mêmes raisons j’aime énormément Ronnie Blakey et Sean Doherty. J’ai également beaucoup apprécié le travail de Peter Mel comme intervieweur lors du dernier Quik Pro. Toujours très pertinent. Côté francophones je suis un immense fan de Archi Jaeckin (ndlr, il a avoué sous la torture…) et j’adore la verve d’un Julien Hamel ; même si elle se fait de plus en plus rare !

Meilleur souvenir dans ta carrière de commentateur ?
La série Tiago Pires/Kelly Slater lors du Rip Curl Search à Bali en 2008. J’ai passé la fin de série debout dans la cabine à hurler et je crois que Gérard d’Avezac qui m’accompagnait hurlait aussi fort que moi. Des frissons me parcourent encore aujourd’hui quand j’y repense.

Pire souvenir ?
Je n’en ai pas vraiment. Tous les contests sur lesquels j’ai eu la chance de travailler m’ont apporté des expériences différentes, rarement négatives. Disons que les longues et nombreuses périodes d’attentes sur le Billabong Pro Mundaka ne constituent pas un de mes meilleurs souvenirs.

Si tu pouvais améliorer la couverture médiatique du surf, que ferais-tu ?
Je possèderais les droits d’image et je ferais travailler une équipe de production vidéo conséquente qui alimenterait abondamment télés, supports Internet et réseaux sociaux lors de chaque compétition -avant, pendant et après chaque contest. Sans parler bien sûr de webcasts dans différentes langues : Anglais et Portugais, mais aussi Espagnol, Japonais et Français naturellement… Lorsque je vois le travail effectué par l’équipe de production du Freeride World Tour –le tout jeune championnat du monde de ski et snowboard freeride sur lequel je bosse- je me dis que la vénérable ASP a énormément de progrès à faire pour vendre le surf et donner plus de visibilité aux surfeurs.

Arrives-tu à surfer sur chaque compétition où tu travailles ?
Je reste avant tout un surfeur, donc oui, j’essaye toujours de surfer lorsque la compétition m’en laisse le temps. Même si parfois, l’envie de surfer s’est estompée après une longue journée de commentaires et que j’aspire davantage à me poser dans ma chambre qu’à côtoyer une partie du Top 34 au line-up… Mais j’ai encore le souvenir de sessions sympa et dépeuplées à Mundaka ou à Uluwatu lors de temps morts sur des contests du World Tour. Et puis, partager le line-up avec des Joel Parkinson ou des Dane Reynolds n’est jamais désagréable, même si ça laisse moins de vagues.

Franck sur l’une des bombes de la journée à Ulu’s, prise au nez et la barbe du Top45 de l’époque s’il vous plait! Rip Curl Pro Search Bali. Photo: ASP/Rowland

MCS Extreme à Paris vs Algeco sur le site de compétition, c’est quoi le mieux ?
Les bancs de sable ne sont pas top sur la Seine en ce moment, je dirais donc MCS Extrême sur le site de compétition ! Mais ce n’est pas pour de suite… Sérieusement, il va de soi que se déplacer sur site pour commenter un contest reste le top : c’est un plus pour s’imprégner de l’ambiance, récupérer d’éventuelles infos backstage, pour se frotter aux vagues et ajouter une valeur ajoutée au commentaire. Mais je tiens à saluer la volonté de MCS Extrême de diffuser du surf en direct à la télé française. À l’exception des deux derniers webcasts en Français qui subsistent, c’est la seule opportunité que les fans de surf francophones ont de suivre le World Tour commenté dans leur langue. Je remercie d’ailleurs son rédacteur en chef Julien Suire de la confiance qu’il me témoigne.

L’ASP World Tour en direct sur MCS Extrême :

– Quiksilver Pro Gold Coast à partir du 03/03 (sous réserve de lancement du 3è tour). Prise d’antenne aux alentours de 22h.

– Rip Curl Pro Bells Beach à partir du 28/03 (sous réserve de lancement du 3è tour).

Share

Newsletter: termes et conditions

Merci de renseigner votre e-mail de manière à vous tenir informé de toutes les news, articles, nos dernières offres. Si vous n'êtes plus intéressé vous pouvez renoncer à tout moment. Nous ne vendrons jamais vos données personnelles et vous ne recevrez que nos messages et ceux de nos partenaires qui sont susceptibles de vous intéresser.

Read our full Privacy Policy as well as Terms & Conditions.

production