Il était temps que les têtes pensantes de la Communauté Européenne s’occupent de choses moins triviales que la crise de l’Euro, la montée du chômage ou du blé OGM ! Enfin chers lecteurs, nous allons pouvoir élire la capitale du surf européen de façon tout à fait officielle!

Si un jour cela devait vraiment arriver, il y a fort à parier que deux villes auraient un avantage sur les autres: Hossegor (Capbreton) et Ericeira.

La Nord photographié par le photographe d'Ericeira Ricardo Bravo...si c'est pas de l'impartialité ça!

Si l’Union Européenne organisait une telle élection sur le modèle olympique par exemple, un comité d’organisation de 1000 personnes serait nécessaire pour pouvoir statuer pendant

environ 4 ans et il faudrait bien sûr beaucoup de combinaisons gratuites, de planches de surf

incrustées d’or et autres pots-de-vin pour faire pencher la balance des votes d’un côté ou de

l’autre.

Surf Europe pour une fois a décidé de lancer le débat d’une manière bien plus rigoureuse qu’à

son habitude en posant simplement la question à un non-Européen, Monsieur Ben Mondy.

Les deux villes ont des dossiers solides, ayant joué et jouant encore un rôle important dans la scène surf européenne. Sous l’angle historique, les deux zones ont commencé à être surfées

comme il se doit dans les années 70 et ont vraiment assis leur réputation dans les années 80 quand un mélange de pionniers locaux et d’expatriés ont compris qu’ils avaient trouvé des vagues 'spéciales'. Cette découverte a transformé ces villages de pêcheurs, d’agriculteurs et autres golfeurs en des 'surf cities' florissantes. L’industrie du surf et le tourisme surf sont vite devenus des vecteurs majeurs de l’économie, pour ne pas dire indispensables.

Rip Curl, puis Quiksilver se sont installés à Hossegor ou dans les environs et leur succès

ont poussé toutes les autres marques de surf à faire pareil. Il y a eu une expansion incroyable pendant presque 20 ans et encore aujourd’hui, malgré les plans de licenciements, l’industrie du surf reste le plus gros employeur de la région.

De la même façon, le surf a eu un énorme impact économique à Ericeira. L’année dernière,

cette zone de surf est rentrée au patrimoine de la World Surfing Reserve et un membre éminent

de l’Assemblée nationale portugaise a déclaré, “l’industrie du surf ici représente une part

significative de l’emploi et des revenus, de la production et l’exportation de produits comme

les planches de surf, de l’habillement, des accessoires jusqu’aux services comme la

restauration, l’hôtellerie et les écoles de surf."

gergr

de la couronne Coxos et les slabs de Pedra Branca, The Cave et Crazy Left.

Hossegor en réponse offre des bancs de sable de renommée mondiale comme La Gravière et La Piste, le spot de gros de La Nord, plus une myriade de pics changeants. Personnellement, je pense que l’eau un peu plus chaude et la régularité des reefs d’Ericeira ont un avantage sur les bancs de sable d’Hossegor mais je sais qu’il y a un paquet de surfeurs français qui ne sont certainement pas du même avis...

Les deux villes ont aussi donné au surf européen quelques-uns de ses meilleurs ambassadeurs

comme Tiago Pires qui porte haut le drapeau d’Ericeira et Miky Picon ou encore Jérémy

Flores qui représentent les couleurs d’Hossegor/Capbreton.

Pour conclure, les deux villes ont des atouts surfistiques, plusieurs vagues de classe

mondiale, une population qui aime le surf et qui le soutient. Leur avenir respectif est aussi

prometteur. La décision est dure à prendre, je suis bloqué entre les deux et cette position est bien sûr inconfortable...et de toute façon qui suis-je pour en juger? Ce que je sais, c’est qu’en Australie pour élire la capitale du pays avec les dossiers de Sydney et Melbourne, on a fini par en construire une à mi-chemin entre les deux.

Si l’on envisage un choix sous cet angle, je peux annoncer que la nouvelle capitale du surf

européen est Salamanque…et pourquoi pas ??!!