Share

Opinion

Où vous devriez être: J-Bay

Pour la première fois depuis très très longtemps, il n’y aura pas de compétition professionnelle sur la meilleure vague au monde, Jeffreys Bay. Mauvaise nouvelle pour les surfeurs pro et les accros au webcast, mais bonne nouvelle pour les surfeurs, comme vous et moi, qui veulent aller goûter au plaisir de foncer à pleine vitesse sur cette longue droite. La saison démarre bientôt et avec l’absence de décalage horaire, les énormes steaks pour 3 euros, vous devriez vraiment être à J-Bay.

Où commencer et où s’arrêter quand on parle de Jeffreys Bay, connue pour être l’une des meilleures, si ce n’est la meilleure vague au monde! Cette vague (ou plutôt cet enchainement de vagues) offre tout ce dont un surfeur peut rêver, à part peut-être l’eau chaude.
Un mélange hypnotisant de sable et de reef, de tubes et de belles épaules, de fréquence et de longueur, de variété et de qualité; ce qui en fait la cible idéale pour le fameux cliché: de la vague à surfer avant de mourir! Mais posez vous quand même cette question: voulez vous vraiment mourir triste, déçu et avec l’énorme regret de n’avoir jamais surfé l’un des joyaux de la planète?

Le spot et la ville de Jeffreys Bay se trouve à environ une heure de voiture de Port Elizabeth, à quasiment la même distance de Cape Town et Durban. La vague est surfée depuis le début des années 60, les longboardeurs de l’époque trouvant la dernière section à leur gout. Mais avec le temps, et avec des planches plus rapides et plus manoeuvrables, les surfeurs se sont intéressés à la fameuse section de Supertubes, cette longue section à tubes de plus de 150m… que vous connaissez tous si vous suiviez le webcast du Billabong Pro.

Si les conditions sont réunies, c’est à dire une houle de six à huit pieds avec un vent léger de sud-ouest (qui semble super régulier de mai à septembre) Supertubes offrent quelques uns des tubes les plus parfaits, les plus puissants et rapides de la planète. Et SI vous arrivez à vous mettre à l’eau au bon moment depuis le key hole (le si est important) vous pouvez atteindre le line up les cheveux secs. Série de six vagues, les unes aussi belles que les autres, avec comme norme des tubes de six secondes.

Mais il y a aussi le revers de la médaille…
Prendre une vague de 2m à Supers peut être une tache relativement ardue. Il y a d’abord le monde à l’eau, les touristes…puis la réponse des locaux sous la forme d es Jeffreys Bay Underground (JBU) qui cadenassent jalousement les meilleures vagues et n’hésitent pas à employer la force si besoin est. Mais heureusement, en montrant du respect et grâce à la longueur de la vague, vous aurez tout de même le meilleur surf de votre vie, jour après jour, après jour…

Il y a aussi un Wolf Pack à J-Bay, et il faut montrer patte blanche à Supers pour prendre une vague de série. Franky Oberholzer. Photo: ASP

En plus, si l’ambiance à Supertubes est trop tendue, il y a d’autres sections tout aussi World Class. Après Supertubes, il y a Impossibles (le nom est approprié), avant les sections de Tubes, Point et Albatross, avec des zones de take off bien définie, moins de monde et de longues vagues fun. Et si vous avez la chance de votre vie, que toutes les planètes soient bien alignées etc etc. il est possible de connecter de Supertubes jusqu’à The Point. Vos jambes vous feront un mal de chien, votre rythme cardiaque n’aura jamais été aussi élévé et vous n’auvez qu’une rame de 400m à faire pour revenir au line up…après cela vous pourrez mourir heureux!

Le jour parfait: début mai, ciel bleu, offshore, eau à 16°c et houle de 2m50. Bravant le froid, vous surfez Supertubes avec simplement quelques locaux. Six vagues de 400m plus tard, vous enfilez une veste chaude, machez un peu de biltong, regardez le line up tranquillement en planifiant vos deux autres surf de la journée.
Meilleurs mois: Mai à septembre. Il fait toujours froid, mais les houles seront régulières. Hors saison c’est moins consistant mais aussi avec moins de monde.
Y aller: Vol pour Johannesburg, Cape Town ou Durban puis vol domestique pour Port Elizabeth. Puis le bus pour Jeffreys Bay.
Planches: quiver entier, du shortboard au gun. Cette vague tient quasiment toutes les tailles et pouvoir bien ramer n’est pas un luxe.
Les essentiels: une bonne 4/3 et une bonne rame, et un gout immodéré pour la viande rouge et le vin.
Autres vagues: Kitchen Windows est une excellente vague souvent ignorée, Magnatubes avec de bons tubes si il y a du sable au bon endroit. A une demie heure de voiture, il y a Seals Point plus le mythique Cape St Francis.

Zietz avec du mur devant lui. Photo: ASP

Share

Newsletter: termes et conditions

Merci de renseigner votre e-mail de manière à vous tenir informé de toutes les news, articles, nos dernières offres. Si vous n'êtes plus intéressé vous pouvez renoncer à tout moment. Nous ne vendrons jamais vos données personnelles et vous ne recevrez que nos messages et ceux de nos partenaires qui sont susceptibles de vous intéresser.

Read our full Privacy Policy as well as Terms & Conditions.

production