Paris, Châteaux de la Loire, le Bordeaux, le camembert, le béret et... Les seins nus... Ne les oublions pas!

75cf01d1

À l'heure de la désindustrialisation de la France, du chômage de masse et d'une grosse morosité ambiante post-déclaration des revenus; nous tenions à vous remonter le moral, à vous redonner le sourire et sans doute espoir avec un record mondial, un vrai titre de champion du monde que tout le monde nous jalouse et que personne n'est encore en mesure de nous rafler: nous restons la première destination au monde pour les touristes. 83 millions de personnes en tongues, appareil photo en bandoulière, le portefeuille bourré de dollars, de yen et de yuan viennent nous rendre visite chaque année. Et pui un mec comme Beigbeder, vrai renifleur (de tendances), ne s'y est pas trompé, en relançant un fleuron de la presse française (qu'on le veuille ou non): Lui !

Notre attractivité tient en plusieurs choses: Paris, les chateaux, le Bordeaux, la cuisine, notre amabilité légendaire etc. mais aussi à nos françaises et à leur façon de tomber le haut sur nos plages. Mais gare!, ce symbole national est de plus en plus en berne, sans mauvais jeu de mots, et le fait que les seins ne se montrent plus, est une vraie menace pour notre PIB.

Voici donc 6 raisons pour lesquelles nos plages sont en train de perdre un de leur symbole, une marque de fabrique à la française que Montebourg ne pourra jamais exhibée, heureusement!

1. Parce que cacher, c'est plus excitant.

Voilà, c'est bien français ça! De la manipulation pure et dure et résultat: les seins se montrent moins l'été et notre PIB dégringole. Allez expliquer l'érotisme, le fameux caché-désiré aux anglosaxons qui payent leur séjour très cher dans l'hexagone...forcément ils sont déçus! Et en plus, nous assistons au retour en force du maillot une pièce selon les magazines féminins, le string ficelle c'est de l'histoire ancienne...c'est pas bon pour le business tout ça...

avenir-campagne-enleve-le-haut
avenir-campagne-enleve-le-bas

2. Parce que le cancer du sein cela fait flipper...

C'est une partie du corps très fragile, la peau y est fine et sensible, cela messieurs vous pouvez le comprendre. En plus, selon le sondage mené par l'équipe de Surf Europe sur les plages, un coup de soleil sur le téton c'est très douloureux...

3. Parce que la société française change!

Oui nous devenons plus pudique & puritain et je ne parle pas des mecs qui se changent sur le parking les roubignoles à l'air. Non les françaises préfèrent de plus en plus réserver la primeur de leur poitrine à leurs intimes: mari, amant(s) ou docteur(s). Pour un satisfait, cela fait beaucoup de déçus.

800px-Eugène_Delacroix_-_La_liberté_guidant_le_peuple

4. Parce que la française est une féministe dans l'âme..

Elle aura par le passé succombé à la mode du topless, mais en son for intérieur, elle croit aux valeurs de la liberté des sexes et se révolte dès qu'elle peut contre la femme objet. La française est très 1789 aussi. Et paradoxalement, et nous tenons à le rappeler, les féministes de la première heure, militaient pour avoir le droit d'être seins nus...les choses se perdent...

5. Parce qu'un sein refait ou siliconé, cela se voit sur la plage...

Allongée sur la serviette et le sein tendu, pointant glorieusement vers les cieux à la vue de tous et défiant les lois de l'apesanteur = seins refaits = bimbo...Personne n'aime être catalogué comme bimbo même pas Pamela.

pamela_anderson_05

6. Seins trop gros ou trop petits.

Alors là permettez nous d'intervenir. La taille n'a pas grand chose à voir dans l'affaire, comme vous nous le rappelez si souvent mesdames. Non, nous sommes des artistes dans l'âme et nous recherchons avant tout l'harmonie des formes, la courbe subtile et le tracé gracieux. Nous ne sommes pas des bêtes mais tenons à rappeler pour reprendre le fameux dicton de Coluche: une femme sans seins, c'est comme un lit sans oreiller, et que certains apprécient l'édredon massif et d'autres les coussins plats. Alors ne soyez pas si timides...

Scuola_di_fontainebleau,_presunti_ritratti_di_gabrielle_d'estrées_sua_sorella_la_duchessa_di_villars,_1594_ca._04