Extrait-des-10-Commandemants-Moise-recevant-les-Tables-de-la-Loi

Le petit univers du surf semble avoir son propre code de conduite, sa propre science du décompte et ses lois du 'cool' ou du 'pas cool'. Elles ne sont ni écrites, ni gravées dans la marbre.Pas forcément logiques ou claires et pourtant, si par malheur vous ignorez ces règles ou les bafouez par ignorance ou inadvertance, vous serez instantanément catalogué comme un blaireau!... et cela bien plus sûrement qu’en vous mettant à l’eau en lycra intégral fluo et en criant après chaque canard ‘cowabunga!’.

Question de taille?

L’un des sujets récurrents pour les surfeurs est d’arriver à déterminer la taille des vagues. On vous juge selon votre verdict! Chacun a son échelle de mesure et nous vous conseillons aimablement de la garder pour vous... car il n’y a rien de pire que de tomber dans un extrême ou dans l’autre. S’emporter sur la taille des vagues en annonçant bien fort qu’il y a un bon 4m alors que la série ne dépasse pas les 2, 2m50 (surtout si vous venez de sortir de l’eau) et vous vous retrouvez dans la case blaireau avec mention ‘pipeauteur’, ‘exagérateur’ ou ‘marseillais’ selon votre origine.

Jamie2-620x413

A l’inverse, le fait de sous-estimer systématiquement la taille des vagues, le torse bombé, en jouant le vrai/faux Hawaiien: “il y a un gros mètre" caché derrière vos lunettes de soleil et votre tee shirt Da Hui est presque pire! Sous estimer la puissance de l'océan et il le vous fera payer, pour le coup, au centuple.

En dernier recours, vous pourrez argumenter qu’une vague peut se lire de face ou de derrière, que vous jugez plutôt la puissance ou l’épaisseur mais en règle générale, personne ne tombe d’accord, sauf quand c’est plat ou que cela devient vraiment hawaiïen...

Ailerons devant

Catch Surf

 

Le saut du rocher

S’il y a un rocher pour se mettre à l’eau, choisissez cette option. Sautez, ramez et prenez une vague, c’est simple non? Et pourtant, il y a une foule de dangers qui vous guettent et également beaucoup de choses à éviter ab-so-lu-ment quand on se met à l’eau de cette façon. La première, est qu’il faut toujours se mettre à l’eau par les rochers, même si une option plus facile et plus sûre existe. Vous pourrez bien sur glisser, vous casser la cheville, sauter sur des oursins, abîmer votre planche dès les premiers coups de rame etc. mais c’est le prix de la crédibilité!

Comment marquer des points avant de se mettre à l'eau...

Planches jaunes

Les planches jaunes sont évidentes faute de goût. Le jaune ne va pas aux planches, c’est un crime de couleur. Mêmes les surfeurs pro qui représentent tout ce que le surf a de bien, cool et stickerisé, n’ont jamais pu mettre le jaune banane au goût du jour. Pagey et Powelly avaient des planches jaunes, comme Hardman d’ailleurs, mais même en arrivant à gagner un ou deux titres mondiaux sur une planche jaune, la mayonnaise n’a jamais prise avec le monde du surf. Rien de bien n’arrive quand on ride une planche jaune, c’est un fait. Surtout quand elle a pris cette couleur d’elle-même en ayant passé la dernière décennie au soleil...

318db90017aa4773c8ae2df9a28e6582

Et le Reste

Bien sûr nous n’avons fait que survoler ce sujet et il reste une longue liste de choses qu’il faut absolument éviter de faire en surf. Il y a ceux qui photographient en instagram leur spot (ou qui balancent des photos sur facebook quand les vagues sont parfaites), ceux qui mettent des autocollants de sponsors sur leur planche quand ils ne sont pas sponsorisés (surtout quand ils travaillent pour cette même marque NOTE A TOUS LES SALARIÉS FRANCAIS, VOUS SAVEZ QUI VOUS ÊTES), il y a le zinc rose, ceux qui surfent en speedo (à moins que vous ne soyez Gerry Lopez à G-Land), en boardshorts néoprène (à moins que vous ne soyez Martin Potter), ceux qui agrandissent des photos d’eux en surf pour les accrocher au mur, ceux qui se tatouent des logos de marques. Bref de nos jours, il est tellement difficile de ne pas enfreindre l’une de ces règles en se mettant à l’eau qu’il devient de plus en plus compliqué d’aller... surfer.