Share

Opinion

Le Code de Conduite Surf: Les grosses erreurs à éviter

Le petit univers du surf semble avoir son propre code de conduite, sa propre science du décompte et ses lois du ‘cool’ ou du ‘pas cool’. Elles ne sont ni écrites, ni gravées dans la marbre.Pas forcément logiques ou claires et pourtant, si par malheur vous ignorez ces règles ou les bafouez par ignorance ou inadvertance, vous serez instantanément catalogué comme un blaireau!… et cela bien plus sûrement qu’en vous mettant à l’eau en lycra intégral fluo et en criant après chaque canard ‘cowabunga!’.

Question de taille?
L’un des sujets récurrents pour les surfeurs est d’arriver à déterminer la taille des vagues. On vous juge selon votre verdict! Chacun a son échelle de mesure et nous vous conseillons aimablement de la garder pour vous… car il n’y a rien de pire que de tomber dans un extrême ou dans l’autre. S’emporter sur la taille des vagues en annonçant bien fort qu’il y a un bon 4m alors que la série ne dépasse pas les 2, 2m50 (surtout si vous venez de sortir de l’eau) et vous vous retrouvez dans la case blaireau avec mention ‘pipeauteur’, ‘exagérateur’ ou ‘marseillais’ selon votre origine.

Là en général tout le monde est d’accord…

A l’inverse, le fait de sous-estimer systématiquement la taille des vagues, le torse bombé, en jouant le vrai/faux Hawaiien: “il y a un gros mètre” caché derrière vos lunettes de soleil et votre tee shirt Da Hui est presque pire! Sous estimer la puissance de l’océan et il le vous fera payer, pour le coup, au centuple.
En dernier recours, vous pourrez argumenter qu’une vague peut se lire de face ou de derrière, que vous jugez plutôt la puissance ou l’épaisseur mais en règle générale, personne ne tombe d’accord, sauf quand c’est plat ou que cela devient vraiment hawaiïen…

Ailerons devant
Qui aurait cru que le simple fait de porter sa planche d’une certaine manière pouvait en dire long, très long sur le surfeur lui-même? Avant même de se mettre à l’eau, le surfeur peut commettre plusieurs pêchés capitaux : porter sa planche avec les ailerons devant est la faute la plus commune, suivie de près par le côté waxé contre le corps. Plus grave encore, bien plus grave est le fait de porter sa planche sur la tête, seuls les juniors de moins de 10 ans et la génération des années 50 peuvent se le permettre. Et pour finir, mention spéciale aux wannabe ‘pros’ aux poseurs, deux planches sous chaque bras avec madame derrière à distance respective. Crime de leste majesté de jouer à ce que l’on est pas…pour cela la sentence est irrévocable et sans appel: condamné au bodyboard ou au Beater à vie!

 

Share

Newsletter: termes et conditions

Merci de renseigner votre e-mail de manière à vous tenir informé de toutes les news, articles, nos dernières offres. Si vous n'êtes plus intéressé vous pouvez renoncer à tout moment. Nous ne vendrons jamais vos données personnelles et vous ne recevrez que nos messages et ceux de nos partenaires qui sont susceptibles de vous intéresser.

Read our full Privacy Policy as well as Terms & Conditions.

production