Share

Articles

Parole de shapeur: Jérémy Ferrara

Après Minvielle et avant Bradley, voici Monsieur Jérémy Ferrara et sans langue de bois!

TU ES QUELQU’UN POUR LE MOINS ATYPIQUE DANS LE PAYSAGE DU SHAPE FRANÇAIS, COMMENT SE PRÉSENTE “L’OVNI” FERRARA?Ahaha, ce n’est pas facile à résumer! Je dirais que je suis un ‘jeune retraité’ tout d’abord. Je travaille, je shape quand je veux. Je fais tout à la main. Je suis un épicurien du shape, j’aime ça et j’ai envie de faire partager ma passion. Je donne des cours de surf en club au Montalivet Kokoloco SC, je donne des cours de shape à ceux qui veulent apprendre, à ceux qui veulent comprendre…Je multiplie les activités périphériques au surf pour me permettre de joindre les deux bouts et cela marche … je suis heureux!

DONC TA PETITE ENTREPRISE NE CONNAIT PAS LA CRISE? J’ai toujours eu le même mode de développement, je sors entre 30 à 100 planches par an, 30 quand je bosse sur ma maison et 100 quand j’ai plus de temps. Je passe environ 30 heures sur chaque shape et parfois entre 200 et 300 heures sur mes prototypes… et ensuite je teste moi-même. Je ne suis donc pas un ‘capitaliste du surf’ et donc je suis moins fragile en temps de crise ahaha. Les gens viennent me voir directement à l’atelier, ils viennent observer leur pain de mousse shapé avant le glassage comme par le passé. Quand tu prends le temps d’écouter tes clients, quand tu te poses avec eux pour comprendre leurs impressions, leur personnalité surf, tu es capable de leur fabriquer la bonne planche et donc tu peux t’appuyer sur des clients fidèles!

EN PLUS, C’EST UNE VRAIE ENTREPRISE FAMILALE, TA FEMME TRAVAILLE DANS L’ATELIER…Oui, elle a commencé par faire des réparations et puis comme elle était douée, elle s’est mise à poncer, à glasser et à poser les dérives et à en fabriquer. Elle a fait une pause avec l’arrivée de notre fille et aujourd’hui…elle reprend du service!

VOUS VENEZ DE FINIR VOTRE MAISON ET D’ACQUÉRIR UN BOIS DE 5000 M2, ET C’EST ENCORE LIÉ AU SHAPE, EXPLIQUE NOUS? Oui, nous avons construit notre maison nous-mêmes, en partie avec le bois de l’atelier que j’avais à Capbreton! Pour ce qui est du terrain que nous allons acheter, nous allons planter des chênes lièges et des peupliers pour que dans quelques années, j’utilise ces essences pour le shape. Le liège combiné au peuplier me permet d’explorer des shapes creux et légers. Le peuplier a les propriétés les plus proches du balsa. Cela me fait râler d’avoir à importer des pains de mousse de l’autre bout du monde, tu fais venir des containers remplis d’air en fait, ce qui n’est pas très écologique…c’est mon objectif: produire local, produire français grâce à notre savoir-faire et mettre au point des planches aussi performantes comme ça!

ON TE COLLE DEPUIS LONGTEMPS UNE ÉTIQUETTE DE SHAPEUR DE LONGBOARD, CELA T’ÉNERVE? Non, mais c’est vrai que cette réputation est tenace…je suis un ancien longboardeur mais aujourd’hui, je shape autant de shortboards que des fish, des single que des longboards… Mon concept 2/1, un shortboard imbriqué dans un longboard, résume assez bien ma polyvalence…D’ailleurs, j’ai un rideur de shortboard qui marche assez bien, Peter Koster et quand il surfe en série avec des planches en résine teintée…cela ne passe pas inaperçu!

LA RÉSINE TEINTÉE, C’EST UNE FAÇON D’INSISTER SUR LE “FAIT MAIN”? Oui, les gens hallucinent, ils se disent que la résine teintée alourdit la planche… certes le gloss est un peu plus lourd (s’il y a polish) mais dans de bonnes conditions de vagues, cela peut être un avantage. Les magazines de surf ont une part de responsabilité dans ce manque de culture shape: à force de montrer des planches blanches avec des logos dessus, cela a uniformisé le shape et la demande du client. Certaines personnes viennent me voir à l’atelier avec des photos de magazines, ils veulent une planche petite, étroite, large, rapide, super flexible et rigide en même temps, ils veulent tout, ils veulent faire comme les pros…Mais ce n’est pas possible, ils ne réalisent pas, les magazines ne leur disent pas assez qu’un pro à un quiver de malade, qu’il surfe ses planches alors qu’elles ne sont pas encore sèches, qu’il en change comme nous on change de chaussettes! Bref, tu as parfois l’impression que les mecs lisent un magazine de Formule 1 : ils veulent donc une Formule 1 à l’eau alors qu’ils ne savent pas conduire…

LES SHAPEURS FRANÇAIS N’ONT ILS PAS LES CLIENTS QU’ILS MÉRITENT? Franchement non, il y a un vrai savoir-faire. Je crois surtout que les gens doivent comprendre que l’un des piliers de notre culture, c’est le shapingroom et que les gourous sont près de chez vous.Plus un shapeur sera connu mondialement, moins vous aurez la possibilité d’échanger avec lui et même de surfer des planches qu’il a shapées lui-même…

Share

Newsletter: termes et conditions

Merci de renseigner votre e-mail de manière à vous tenir informé de toutes les news, articles, nos dernières offres. Si vous n'êtes plus intéressé vous pouvez renoncer à tout moment. Nous ne vendrons jamais vos données personnelles et vous ne recevrez que nos messages et ceux de nos partenaires qui sont susceptibles de vous intéresser.

Read our full Privacy Policy as well as Terms & Conditions.

production