Share

Opinion

La Hiérarchie du World Tour: Rio #2

– #9 Sebastian ZIETZ – RIO#5 – ASP#12

Comme prévu, premier accès aux phase finales (des nombreux à venir) pour Seabass, qui aura remporté toutes ses séries avant de chuter de très peu contre Mick FANNING. Une moyenne de score de 14,9pts, avec au moins une vague à l’excellence sur chacun de ses heats, qu’il aura su scorer sur tout l’éventail du répertoire de manoeuvres. Aussi à l’aise frontside que backside, sur la vague comme bien au dessus, le rookie aura véritablement impressionné par son aisance quasi organique dans le tube. À l’image de Jordy, il continue à avancer sans pression, semble s’amuser et prend toutes les vagues qui lui plaisent, au risque de quelques erreurs de débutant au regard des priorités. La bataille des rookies est donc belle et bien ouverte pour 2013, car autant Nat YOUNG a su rentabiliser sur son point fort des pointbreaks de droite pour lequel il est célèbre, autant laisse-t-il une marge de doute sur les reefs; alors que Seabass a déjà prouvé qu’il était bon partout avant même d’arriver sur ses 3 prochaines épreuves favorites. L’humour et la décontraction d’un Wilko, les résultats en plus. Je vois un Top 8 pour la fin de saison et potentiel Rookie of the Year contre Toledo si Nat coule dans le tube.

Avant même d’arriver sur des épreuves et une taille de vagues qui lui conviennent mieux, Zietz s’affirme déjà comme le favori pour le titre de ‘Rookie of the Year”. Photo: ASP

– #10 Adrian BUCHAN – RIO#5 – ASP#11

Belle montée en puissance pour Ace, qui continue sur ses bonnes performances de Margaret et Bells avec un surf particulièrement confiant sur Rio. Fin stratège, il a collé à sa stratégie d’excellente lecture du peak et de sélection de vague, scorant d’innombrables et solides combo tube + reentry. Il se fait stopper dans la série la plus invraisemblable de ces récentes années lors du cafouillage de priorités contre Gabriel MEDINA. Considéré à juste titre comme l’un des surfers les plus intelligents du Tour, il est impensable qu’au regard de son expérience, Ace eut commis pareille erreur, qui plus est dans les conditions bien plus clean et lisible des Quarts de Finale. J’ai déjà suffisamment abordé le sujet en introduction, toujours est-il que cet accroc a coupé net l’élan de l’Australien, qui risque de distiller sa frustration sur Fiji.

Un Ace qui se sent victime, est un Ace dangereux! Photo: ASP

– #11 Michel BOUREZ – RIO#9 – ASP#9

Épreuve véritablement laborieuse, mais 9ème place tout de même réconfortante. Une moyenne de série inhabituellement basse de 9,43 pour Michel qui aura dû surfer tous les tours pour décrocher son second meilleur résultat sur trois étapes et sécurise par la même son fauteuil au sein du Top10. Manifestement peu à son aise dans ces conditions horribles, souvent hors tempo (et surtout en manque de chance) sur ses options de vagues, le Tahitien aura tout essayé, avec souvent peu de résultats (particulièrement contre Fanning). Quelques excellentes manoeuvres cependant, et notamment une volonté de fer qui lui ouvrent les portes en toutes fins de séries (contre Yadin, puis Bede). Faire du tourisme pour tuer le flat à Rio, alors que ce n’est pas le jour, mais la semaine de l’année sur son homespot a du forcément le perturber un peu. Vivement Fiji pour améliorer sa dernière place de 2012 et tirer son épingle du jeu pour attaquer le second semestre avec panache.

Semaine de plat et swell épique chez lui pendant ce temps-là…de quoi déstabiliser même un Spartan…photo: ASP

– #12 Julian WILSON – RIO#13 – ASP#12

Julian aura effacé son premier tour fantomatique part une excellente performance sur ses deux tours suivants. Opposé à Jalana FREESTONE, dans les conditions difficiles du Rd2, il domine techniquement le double champion du monde junior grâce à des bottoms turns incroyablement compliqués à tracer dans le clapot et des foamclimbs-to-off-the-lip vertigineux, montrant que son 1,46pts de total au Rd1 n’était qu’un faux départ. Au Rd3 il livre une excellente performance contre Seabass avec l’un des meilleurs scores du tour, mais, bien qu’ayant très bien géré ses priorités contre les multiples erreurs du rookie Hawaiien, ce dernier attrape deux bombes dans les dernières minutes et renvoie Julian aux vestiaires d’une épreuve à laquelle il aurait pu briller. 5ème à Fiji en 2012, puis Keramas et Tahiti: l’Australien risque fort de mettre ses deux récentes 13ème places bien en bas de son palmarès 2013.

– #13 Nat YOUNG – RIO#9 – ASP#6

Un parcours qui s’arrête au Rd5 pour le rookie, visiblement toujours porté par le nuage de sa seconde place à Bells. Nat a su garder le rythme, misant à nouveau sur ses points forts: le surf backside et une gestion calme et posée de ses séries. Une défaite au Rd1 aurait certainement pimenté son parcours et l’aurait poussé à sortir son meilleur surf, car au regard de ses stats, Nat n’aura concrètement bien surfé qu’une seule vague par série. Une 9ème place donc placide qui l’ancre solidement dans le Top 10. Voyons s’il sait sortir de sa zone de confort et concrétiser sur trois des vagues les plus excitantes du Tour durant les prochaines étapes.

Peut mieux faire, voilà l’appréciation finale sur son carnet de notes…attendu au tournant sur les épreuves Pacifique. Photo: ASP

– #14 Josh KERR – RIO#13 – ASP#16

Josh termine bien loin de sa troisième marche de podium de 2012, avec une avant dernière place douce-amère. Titulaire d’une excellente vague lors du Rd1, il se fait griller la politesse par Pat G. et se venge au Rd2 dans une série où il aura pu montrer l’éventail de sa maestria: tubes, open face carves et reentries, pimentés d’un frontside air reverse stratosphérique renvoient le pourtant très aérien Messias FELIX bosser ses gammes. Au Rd3, le karma brésilien, personnifié ici par Felipe TOLEDO, lui rend exactement la monnaie de sa pièce et l’expédie avec un combo à plus de 18 points. Josh va maintenant se chauffer pour Tavarua, épreuve qu’il avait abordée en 2012 avec une blessure à la cheville. Connaissant les aptitudes de l’Australien dans les tubes (titulaires de plusieurs podiums sur Pipe et Teahupoo) et son excellence à Keramas, le passage de la mi-saison devrait s’opérer sans mal pour Kerrzy.

Josh qui a commencé la compétition tambour battant (tubes et gros airs), a connu une baisse de régime fatale contre l’Air Force Brésilienne…Photo: ASP

– #15 Bede DURBIDGE – RIO#13 – ASP#12

Pas de réelle étincelle pour Bede sur Rio, épreuve qu’il avait remportée en 2008. Un surf dynamique, précis et varié lui offre le premier tour, toujours dans le contrôle et rempli de facilité. Opposé à nouveau à Michel au Rd3, il échoue faute d’une seconde bonne vague alors que les deux avaient surfé une série quasiment identique. Naturellement, au concours de tube c’est Michel qui l’emporte et renvoie Bede se préparer pour Fiji, qu’il avait également remportée en 2008 lors de son année de Vice Champion du Monde. 2013 signe l’année du retour de Bede, visiblement chargé d’énergie positive et d’une préparation qui risquent de rapidement payer, notamment grâce à sa polyvalence, son intelligence en série et son expérience sur tous les spots du Tour.

– #16 Kolohe ANDINO – RIO#13 – ASP#26

Nouvelle victoire au premier tour pour Kolohe qui semble prendre ses marques, peu à peu. Rien de bien folichon cependant, avec une moyenne de série à 9,46pts, la superstar Californienne ne parvient pas à élever ses scores, et passe encore trop de temps à tracer de grandes autoroutes pour une manoeuvre explosive qui finalement ne paie que trop peu. À l’image de feu Jadson ANDRE et son frontside air reverse; son frontside blowtail to nosepick 180 semble déjà fade aux yeux des juges, tant il lui est facile et tant ils ont eu à le juger sur ses 3 dernières saisons. Le local de San Clemente disposait pourtant de tous les outils pour venir bousculer Taj dans leur confrontation tant attendue, mais Kolohe aura pêché par manque d’expérience, de placement et ses vagues à une manoeuvre paraissaient bien vides comparées aux combinaisons rapides, fluides et variées du vétéran Australien. Acte manqué donc pour “Brother”, qui va devoir montrer si son training hivernal dans le creux va payer sur Fiji, avant de retourner à ses premières amours sur le surf park de Keramas/Canggu, en espérant qu’il aille piocher un peu plus loin dans son vaste répertoire de tricks.

Trop prévisible, trop répétitif…le jeune Californien a payé le prix de son immaturité face à Taj. Photo: ASP

– #17 CJ HOBGOOD – RIO#13 – ASP#16

Bilan mitigé sur Rio pour CJ, qui après une mauvaise entrée en compétition (3ème au Rd1) avait réussi a progressivement se remettre dans le rythme avec une victoire à l’expérience contre Dusty au Rd2, basée sur un surf appliqué, contrôlé, intelligent, juste ce qu’il faut pour faire la différence dans ces vagues ignobles. Au Rd3 Il fait tout le contraire et essaie de se lâcher contre Ace BUCHAN en misant d’abord sur les tremplins et un vent favorables pour s’envoler, puis (trop tard?) sur le surf plus classique qu’on lui connaît. Boulimique en vagues, il surprend par des erreurs de trajectoires, en mangeant trop d’espace sur sa première manoeuvre et se trouvant en retard pour le close out. On aurait pu s’attendre à un véritable duel de goofies contre Ace mais à trop vouloir tout faire, le Floridien se sera finalement privé d’une victoire sur une série à sa portée. Le plus dur est fait pour notre jumeau plagiocéphale, qui va enfin pouvoir souffler sur Fiji, où il a rarement terminé loin du podium.

– #18 Brett SIMPSON – RIO#13 – ASP#19

Bonne épreuve pour Brett qui bien que 13ème sur Rio, a finalement montré quelques bribes de son réel niveau. Excellente lecture et placement sur le spot pour le Californien visiblement à l’aise dans la loterie des vagues, comme à la maison à Huntington. D’intéressantes prises de risques sur les premières intentions, bien loin du surf “safe” qu’il avait pu présenté sur certaines vagues lors de Bells et Snapper; Simpo, confiant, se lâchait plus, négociant des entrées en vagues très techniques et posant avec aisance des airs sur les premières sections. Quelques erreurs cependant sur les money turns, en fermeture de vague, et une stratégie douteuse en fin de heat contre Fanning lui font perdre un Rd3 accessible s’il avait chassé la bonne option. Reste maintenant à comprendre comment un surfer qui aura finalement remporté 3 épreuves dans sa carrière (et uniquement sur Huntington Beach) dans les conditions les plus difficiles (vagues moisies) contre non pas les 30, mais les 90 meilleurs surfers du monde (U.S Open / Prime event) n’arrive toujours pas à concrétiser plus régulièrement sur le WCT. Voyons s’il score sur le Prime de Saquarema cette semaine avant de s’envoler vers Fiji.

– #19 Kai OTTON – RIO#13 – ASP#12

…et une nouvelle avant dernière place au Brésil pour Kai qui confirme que les vagues de Rio ne sont vraiment pas ses préférées. Un surf tout juste moyen, fade qui reflétait très certainement un manque d’ambition pour l’Australien, d’habitude plus mordant sur les beach breaks. Il n’aura pas sorti avec suffisamment de succès son arme fatale, le backside off the lip reentry (l’un des meilleurs du Tour), cherchant le tube illusoire contre Jordy au Rd3, et repart donc à la maison bizarrement sans passer par la case PRIME de Saquarema, épreuve voisine qu’il avait pourtant remportée il y a 2 ans… serait-ce révélateur d’une volonté de lâcher un peu prise avec les compétitions pour l’Australien ? Quoi qu’il en soit, Kai reste à surveiller pour les prochaines étapes de tube, où il reste toujours une menace sérieuse.

Un Rio Pro décevant, impasse sur le Prime de Saquarema, mais un Otto désabusé cela peut faire des étincelles dans les gros barrels en gauche de Tavarua et Teahupo’o. Photo: ASP

Share

Newsletter: termes et conditions

Merci de renseigner votre e-mail de manière à vous tenir informé de toutes les news, articles, nos dernières offres. Si vous n'êtes plus intéressé vous pouvez renoncer à tout moment. Nous ne vendrons jamais vos données personnelles et vous ne recevrez que nos messages et ceux de nos partenaires qui sont susceptibles de vous intéresser.

Read our full Privacy Policy as well as Terms & Conditions.

production