Share

Opinion

La Hiérarchie du World Tour: Fidji #2

Il y a l’extraterrestre et il y a les autres…Photo: ASP

#14 Dusty PAYNE – Fidji #25 – ASP#28:

Performance décevante pour Dusty, qui n’a toujours pas eu le résultat WCT correspondant à la réalité de son incroyable niveau. Surfant avec brio sur la seule vague à potentiel de son premier tour, montrant une technique du tube solide et quelques excellentes manoeuvres, son manque d’expérience sur Fidji l’empêchait de trouver un second bon score contre le vétéran Kai OTTON, et il se fait envoyer vers un Rd2 coupe-gorge contre le champion du monde 2012 et pêcheur passionné Joel Parkinson. Excellent surf à nouveau, Dusty surfe coup pour coup contre Captain Igloo, mais échoue à une écaille, scorant un affreusement faible 8,63 pts quand il avait besoin d’un 9,27 pts (booooo les juges). En fin de série, Dusty se fait enfumer par de Parko, qui l’oblige à partir sur une mauvaise vague dans les dernières secondes alors que ce dernier se réserve la bombe cachée juste derrière sur l’habituelle meilleure deuxième vague de la série. Excellent surf, mais manque total de connaissances locales et surtout de la gestion de série, en sortant avec une dernière place qui aurait pu revenir à Parko alias Captain Achab. Préparons nous à un spectacle de Dusty sur Keramas, où il a passé plus de temps et a amassé plus de sections vidéo que l’ensemble des membres du WCT.

# 13 Jeremy Flores – Fidji N ° 9 – ASP n ° 12

Enfin, quelques bons scores pour Jeremy qui, uniquement sur Fidji, aura doublé le nombre de vagues d’excellence qu’il avait obtenues depuis début 2013. Début de saison chaotique pour le Français, qui semble avoir enfin surmonté la période difficile dans laquelle il sombrait depuis quelques mois, très certainement ravivé par l’approche de ses épreuves fortes. Comme d’habitude sur le reef, le Pipe Master et lauréat du Andy Irons Award fait le spectacle, mixant barrels ultra profonds et manoeuvres verticales assassines. Doté d’une des meilleurs techniques du tube backside sur le Tour, Jeremy avancera sans effort jusqu’à sa rencontre au Rd5 avec Jordy SMITH, auquel il aurait pu voler un facile 7,01 points de dernière minute si ce dernier n’avait pas intelligemment utilisé sa priorité, laissant tomber lourdement ses 90 kgs de grâce Sud Africaine sur le visage horrifié du français. Peut-être un bon résultat à venir à Bali s’il se met la bonne pression contre les aérialistes, l’objectif principal restant Teahupoo où Jeremy s’amusera à faire des late take off sur des monstres liquides quand le reste du monde se démènera pour garder vie sauve.

L’engagement de JF a une nouvelle fois impressionné, malheureusement Jordy lui ferme littéralement la porte et le stoppe net sur une compétition où Jérémy semblait avoir retrouvé le plaisir de porter un lycra. Photo: ASP

# 12 Gabriel Medina – Fidji 25 – ASP n ° 14

De second en 2012, à dernier en 2013 avec un horrible 8,82 pts de moyenne, score qu’il a l’habitude de claimer en versant une larme tous les matins après son premier café. Étonnamment, après une solide 3ème place à Rio, Gaby n’était tout simplement pas “dedans” pour Fidji, tombant beaucoup trop souvent sur des manœuvres qu’il repose généralement à l’aveugle. Sélection de vague moyenne, quelques bons tubes mais rien de medinesque … Parions sur un retour vengeur à Bali, où il va surement replaquer des rotations débiles et autres trucs de cirque qu’il est le seul à oser songer (et réussir). Avec déjà deux 13ème et une 25ème place, l’ancien super-rookie a vraiment besoin de se remettre en selle s’il veut récupérer sa place au sein du Top 5.

Medina est en panne et la dégringolade au classement se poursuit…la lune de miel sur le World Tour est terminée pour le jeune Brésilien. Photo: ASP

# 11 Felipe TOLEDO – Fidji 25 – ASP n ° 11

En fort contraste avec Medina, Felipe semblait terriblement confiant pour sa première compétition à Fidji, montrant beaucoup d’aisance dans sa sélection de vague, le rythme de son surf et de solides prises de décision sur son 1er tour. Son duel au Rd2 contre un autre rookie fut bien différent, si exceptionnellement patient qu’il perd tout rythme à attendre la bombe, laissant tout le temps nécessaire à Nat Young de l’enterrer profondément dans Comboland avant même la mi-temps. Le reste de sa série fut plus que boiteux, essayant maladroitement de revenir sur le Californien avec un surf inhabituellement chancelant.
Épreuve à oublier, et première mauvaise performance de la saison pour le nouveau phénomène brésilien, qui peut très bien envisager une victoire sur Bali pour se consoler.

# 10 Nat Young – Fidji N ° 9 – ASP n ° 6

Excellente compétition pour le jeune local de Santa Cruz, prouvant qu’il peut faire aussi bien face à la vague après une série de succès sur les droites. Superbe technique dans le tube, excellente sélection de vague, le rookie aura surfé Fidji comme un vétéran sur ses trois premiers tours.
Remarquable facilité à trouver positionnement et tempo idoines dans les barriques, il aura aussi scoré de brillants off the lips et carves, pour “peaker” peut-être trop tôt dans l’événement, passant d’une solide moyenne de 15pts pour finir par se faire fesser par Combo-Kerrzy dans leur duel au Rd 5. Au final, une nouvelle bonne performance pour YOUNG, seul surfeur du Tour à conserver son classement après Fidji, qui peut maintenant viser en toute confiance une bonne série d’événements, assuré que les juges peuvent le scorer également sur les droites de Keramas comme dans les cavernes de Tahiti.

# 9 Josh KERR – Fidji N ° 5 – ASP n ° 8

Un autre bon résultat pour Kerrzy, mettant ses adversaires deux fois dans le besoin d’une combinaison, et prouvant si besoin est que ses jours comme simple spécialiste d’airshow sont bel et bien terminés. Sélection de vague brillante, choisissant souvent une ligne très haute dans le tube sur une planche anormalement petite (mais large), sa technique de barrel backside est impeccable, sans oublier ses énormes full backside carving hacks dans des sections où il est plus que compliqué de maintenir une ligne de rail sans enfourner. Au fil des ans, Josh a travaillé dur sur le peaufinage de tous les aspects de son surf, sautant depuis le fond du classement (30) il y a deux-trois ans vers deux 8ème place consécutives ces dernière années. Bon partout, préparez-vous à le voir briller aussi bien sur le Bali fun que dans le Teahupoo macabre.

L’ancien spécialiste des Air Shows s’est transformé en compétiteur et tuberideur redoutable, reconversion réussie pour Kerrzy. Photo: ASP

# 8 Taj BURROW – Fidji N ° 9 – ASP n ° 4

Performances irrégulières pour Taj sur Fiji, affichant des moyennes de séries dansant entre 4.9pts et 18.1pts pour une surprenante moyenne de 11.69pts. Sa 9ème place pourrait tout aussi bien être une 25ème, tant l’Australien fut fantomatique dans ses deux premiers tours (une seule vague surfée dans Rd1, et un duel remporté contre MELLING par une marge étroite d’un dizième de point). Piqué au vif, il se rachète directement de Rd3, associant tubes profonds avec une poignée de backside turns rageurs surpuissants. Son Rd5 contre Seabass était éprouvant pour les nerfs, Taj faisant l’erreur que presque tous les autres pensionnaires du WCT ont fait ou vont continuer à faire: laisser l’enfant Zietz sans surveillance dans les 3 dernières minutes. Même sanction pour tout le monde, Taj se fait sortir après la sirène par la révélation hawaïenne et rentre à la maison avec une seconde 9ème place consécutive. Attention à son retour explosif et peut-être une place en finale sur Bali, Taj y possède sa maison d’été en face du spot et risque de ne permettre à personne d’aller pisser sur sa clôture.

# 7 Adriano DE SOUZA – Fidji 25 – ASP n ° 5

Adriano aura quitté Fidji comme tout hippie expérimenté quitte le festival de Burning Man: une méchante descente. Au sortir de deux finales d’affilée, il ajoute une seconde dernière place à sa carte de score et chute de leader du classement jusqu’à 5ème en un clin d’œil, signifiant par la même qu’il n’a plus droit à l’erreur pour le reste de la saison. Remis en place par le 19,33 de Mitch Coleborn au Rd1, il échoue dans son come back de dernière minute contre Yadin dans un Rd2 il aura surfé en apnée complète, voyant le spectre d’une 25ème place approchant à grands pas, DE SOUZA apparu tendu, hors rythme, à la lecture erronée et saccageant complètement ses sections. Son tube de fin de série aurait pu le sauver s’il avait reposé sa dernière manœuvre. Mais le stress avait déjà pris le dessus et le Brésilien, durement touché, de s’envoler directement le lendemain pour Bali afin d’oublier rapidement cet échec et se préparer pour l’épreuve à venir. N’oublions pas qu’il avait déjà fini 25ème sur Snapper avant de sonner la cloche à Bells et envoyer des airs sérieux pour une seconde place sur Rio.

# 6 Sebastian Zietz – Fidji N ° 5 – ASP n ° 9

… et Seabass frappe encore! Comme prévu l’Hawaiien continue de briller, avançant jusqu’aux quarts avec le même flair, la même décontraction et plaisir visibles. Il fait tomber les têtes, accordant peu ou pas d’attention aux priorités, à la stratégie, la hiérarchie ou toutes ces règles qu’il est censé respecter. Sans pression, Seabass glisse au travers des tours grâce à une confiance incroyable en son surf, sans retenue dans les dernières secondes, il ressort toujours avec le score nécessaire en face d’un parterre médusé et en comparaison bien terne de surfeurs superstars. Sa course ne s’arrêta que lorsque, opposé à l’effrayant Kelly dans les Quarts, le gagnant de la Triple Crown se montre pour la première fois tendu, sa confiance et bonne humeur très probablement touchées quand le commentateur plage lui a annoncé un combo de 20,01 points. Il n’y a pas de honte à perdre quand c’est mathématiquement impossible de gagner… Entre son air game complet et ses prouesses sur le reef d’ores et déjà reconnues, Seabass peut miser sur Bali et Tahiti et va certainement gravir quelques échelons en visant raisonnablement un Top 5 en sortie de la manche Pacifique du WCT.

Seabass voulait éviter la poignée de main de Kelly d’avant série…l’une des armes de la guerre psychologique de Slater… qui a ensuite sorti la très grosse artillerie pour assommer ce dangereux rookie. Photo: ASP

# 5 Joel PARKINSON – Fidji N ° 5 – ASP n ° 7

Après quelques mois catastrophiques et des problèmes évidents à gérer son tout récent titre de Champion du Monde, Joel, grâce peut-être à son nouvel amour pour la pêche en haute mer – ou la simple frustration d’être expulsé trop tôt d’événements – semble être de retour sur la bonne voie avec, enfin, une performance solide et méritée sur Fidji, (16.79pts de moyenne de série). Le fait qu’il ait foiré tant de fois depuis Snapper a certainement contribué à une nécessaire remise à plat de son évaluation par les juges, qui en début de la saison avait la fâcheuse tendance à le surnoter. Cette sombre phase semble être terminée, Parko régale avec une lecture du barrel impeccable, des cutback-Vitelli-turns ahurissants, et une réelle volonté de surfer les vagues de son mieux. Qu’il est bon de voir Joel revenir à son niveau réel, et tout simplement s’amuser à tout atomiser dans ses séries (4 séries à plus de 18pts). Cependant, avec déjà deux throwaways de 13ème place sur son palmarès 2013, il va devoir redoubler d’effort et limiter ses erreurs pour revenir dans la course au titre. Des résultats qui pourraient revenir aussi vite que dès la semaine prochaine à Bali, vague qui convient parfaitement à son surf s’il est vraiment de retour à sa forme de 2012.

Happy pêcheur! Photo: ASP

# 4 John John FLORENCE – Fidji # 3 – ASP n ° 18

Trois séries à plus de 19 points et une 3ème place en disent long sur le succès de la rééducation de la cheville pour LE meilleur tuberider au monde. Double John surfé seulement deux épréuves cette année et pourtant il est déjà classé 18ème, prêt à gagner une ou deux épreuves de plus à Bali et Teahupoo au cours des prochaines semaines afin de s’ attaquer au titre. Sur Fidji, il était aussi incroyable que prévu, dominant n’importe quel monstre de récif comme si c’était un beahbreak de 50cm; jouissant d’une lecture de la vague et d’une maîtrise du tube unique, JJF était tout aussi fort sur ses turns, surprenant par sa confiance et décontraction avec une cheville si fraîchement réparée, il modulait son approche entre précis, intelligent et doux à l’intérieur du tube pour se changer en démolisseur de lèvres dès que l’option se présentait.
Deuxième meilleure moyenne de série sur Fidji derrière l’alien chauve (16,84 pts), l’Hawaiien ajoute deux nouveaux 10 parfaits – qui auraient pu être 4 si vous voulez mon avis – à sa collection (déjà 5 en 3 saisons), et est, avec Kelly, peut être le seul surfeur que l’on peut imaginer remporter avec pareille facilité toutes les épreuves restantes: Keramas, Teahupoo, Trestles, Hossegor, Supertubos, Pipe, et pourrait tout à fait gouverner le monde du surf pour la prochaine décennie.

Sans surprise l’autre Monsieur 10 de la compétition. Photo: ASP

– # 3 Mick Fanning – Fidji # 2 – ASP n ° 2

Mick a fait une place de mieux que sa 3ème de l’année dernière, surfant tous les tours du début de l’épreuve à sa finale. Marquant la plupart de ses points sur des vagues à manoeuvres (en dehors du Rd5), il décimait toutes les sections avec un sens du rebond unique entre ses bottom turns tranchants et la puissance de ses rotations sur ses off the lips et hooks off the top. Toujours à court d’une victoire à Fidji (et Pipe, il a remporté à peu près tous les autres événements), il semblait plus dangereux et technique que jamais dans les quelques tubes qu’il a pu trouver, mais n’a pu rivaliser contre un Slater complètement mystique en finale. Peut-être l’un des rares “old school” (déjà, vraiment?) surfeur en mesure d’égaler les acrobaties des jeunes avec son surf agressif et précis à Bali, avant une autre finale à Tahiti qu’il a remporté la saison dernière.

Toujours pas de victoire pour Mick, mais il est bien dans la course au titre juste derrière Slater. Photo: ASP

# 2 Jordy SMITH – Fidji N ° 5 – ASP n ° 3

Perché sur le toit du monde avec Mick et Kelly sur ​​un confortable oreiller de 4.000pts, Jordy, qui jusqu’à présent n’avait jamais vraiment marqué de résultat majeur sur ses barrels backside, cloue un autre résultat impeccable à Fidji. 2013 semble être l’année de sa confirmation, le Sud Af’ montrant peu ou pas de défauts tout au long de l’épreuve, gagnant ses séries avec panache et intelligence grâce à un répertoire de dos considérablement amélioré. Sa puissance brute est maintenant plus contrôlée, mieux distillée et sa lecture du tube en gauche est passée de «bonne» à «excellente” par rapport à 2012. Quand il n’était pas à l’ombre du tube, Jordy passait la plupart de son temps à détruire d’innocentes sections ou à intelligemment jouer des priorités pour ouvrir son chemin vers les quarts. Sans surprise cependant, il reste sans réelle réponse face à la leçon de tubes de Double John et repart avec une belle 5ème place. Si Jordy conserve son mojo, il peut faire très mal sur Bali, rivalisant de puissance avec Michel et dans les airs avec Julian.

N ° 1 Kelly SLATER – Fidji N ° 1 – ASP n ° 1

Il est presque impossible de décrire la performance de Kelly à Fidji sans répandre une couche collante de superlatifs et d’idolâtrie. Slater a répété sur Fidji ce qu’il avait déjà fait à Kirra en début de saison: préparation-analyse-victoire. Pour citer le légendaire Colonel John “Hannibal” Smith: «J’adore quand un plan se déroule sans accrocs” (à prononcer avec une forte haleine de cigare et de bourbon). Aucun plaisir à battre qui que ce soit, juste la joie de gagner non seulement grâce à ses capacités surhumaines pour le surf, mais surtout grâce à son incomparable expérience, sa connaissance et son analyse uniques du surf de compétition. Au cours de ces 4 dernières années, le 11 fois champion du monde a été bien plus concentré sur le fait de pousser les limites du surf plutôt que d’ajouter un énième trophée sur sa cheminée. Il trouve désormais son intérêt dans la pulpe même de la victoire, poussant l’analyse de la pratique à un niveau presque scientifique. Comprendre, puis répliquer les conditions du succès est devenue la principale source de motivation d’un homme qui a déjà tout conquis. “Si vous connaissez vos ennemis et que vous vous connaissez vous-même, mille batailles ne pourront venir à bout de vous”…et Kelly de prendre les bons conseils de Sun Tzu à la lettre en maîtrisant tous les éléments, poussant le vice à aller faire du snowboard sur la foamball avec une ridicule biscotte 5’9” quad époxy (il avait déjà gagné l’année dernière sur une 5’9 “) ayant plus de contrôle que n’importe qui, dominant dans toutes les sections de ces vagues qu’il connaît mieux que quiconque, tout était inscrit messieurs-mesdames: le 20 parfait, la moyenne de séries à 17,90 pts, l’indigestion de high scores, le retour à la première place du classement et la domination mondiale..tout cela faisait partie du diabolique plan du Dr D’Enfer, qui revient dans la course et risque de nous arroser d’excellence dans les prochaines semaines, mois, années…

Kelly aura dominé de la tête et des épaules cette épreuve et c’est un euphémisme…rarement il aura autant dominé ses adversaires…Kelly est chez lui à Tavarua. photo: ASP

Share

Newsletter: termes et conditions

Merci de renseigner votre e-mail de manière à vous tenir informé de toutes les news, articles, nos dernières offres. Si vous n'êtes plus intéressé vous pouvez renoncer à tout moment. Nous ne vendrons jamais vos données personnelles et vous ne recevrez que nos messages et ceux de nos partenaires qui sont susceptibles de vous intéresser.

Read our full Privacy Policy as well as Terms & Conditions.

production