Share

Opinion

La Hiérarchie du World Tour 1ere partie

Le moins que l’on puisse dire est que l’Europe n’aura certainement pas montré son meilleur profil cette saison, mais même dans des conditions difficiles, les meilleurs surfeurs auront su se démarquer. Peniche en bonne allumeuse, ne dévoilait que de timides lueurs de sa superbe, juste pour envoyer plus de pics instables et de sections traîtresses aux meilleurs mondiaux, marquant cette année la pire moyenne générale en série depuis bien de ses saisons.(Boooooooooh )

Le surf était difficile, en effet , les vagues étaient compliquées, certes, mais la plupart du temps c’est la notation qui ternissait le plus le tableau, les scores étant coincés dans l’échelle de milieu de gamme, comme si les juges étaient dans l’attente nerveuse et permanente qu’un quelconque score élevé ne tombe sur ​​une vague et qu’ils se retrouvent coincés, et optèrent donc de rester ainsi dans le confort et la sécurité barbante et réductrice de l’échelle des 4,5 à 6,5 points… À cette période de la saison, avec un telle écurie de surfers sur le Tour, et si peu de différence de points entre les prétendants au titre, le Top 10 ou ceux qui luttent pour se maintenir sur la bulle de qualification; le moins que l’on puisse attendre d’un panel professionnel est de faire preuve d’encore plus d’engagement que les surfeurs, et de risquer un peu plus leurs opinions, afin de ne pas laisser oisivement les mathématiques faire le travail au jeu des moyennes et de risquer un bain de sang à chaque fin de série confuse, ou tout se joue au centième de point. Encore pas mal d’efforts à fournir donc, pour rendre le sport lisible, pour les plus experts comme pour les profanes.

Voici donc mon analyse sur ce Moche Rip Curl Pro Peniche, et spoiler alert: Kieren Perrow est encore dernier.

Bonne lecture, et comme d’habitude, commentaires, partages et insultes sont toujours les bienvenus.

Julien “Vico” HAMEL

______________________

Dans la lignée de la France, les conditions n’auront pas été exceptionnelles à Peniche. Photo: ASP

#32 Kieren PERROW – Supertubos #13 – ASP #30

Fin 2013, KP aura encaissé près de 100.000 $ de prize money en ne faisant rien d’autre que dernier ou avant-dernier toute la saison… Carissa Moore aura encaissé la même chose, en gagnant 4 épreuves sur les 8 du Tour féminin, et remportant son deuxième titre mondial par la même occasion. Logique ? AUCUNE, d’autant que Carissa humilierait Kieren dans quasi toutes les conditions, mais bon, les choses n’évoluent pas pour KP, qui plafonne à un honteux 6,81pts de moyenne sur trois séries, dans des conditions qui devaient favoriser l’expérience et le marin qu’il est, il n’est pas même capable de décrocher plus de 4,67pts sur une vague. Honteux. 2013 était définitivement la saison de trop, et la seule chose qui pourrait rendre son départ savoureux serait qu’il élimine Slater, Fanning, Parko et Jordy sur sa route vers son second titre de Pipe Master, foute un gigantesque bordel dans la course au titre et fasse des bras d’honneurs à tout monde sur le podium. Ça, ça serait mémorable.

#31 Raoni MONTEIRO – Supertubos #25 – ASP #33

…et une nouvelle 25ème place pour Raoni, partant définitivement avec l’eau du bain cette année, mais ayant toutefois toujours une chance via le QS, sachant qu’Hawaii a toujours été son point fort et qu’il est célèbre pour sa capacité à se transcender sous la pression et les échecs. Donc pourquoi pas un énième retour rageur pour 2014, mais à 33 ans, avec un meilleur classement final de seulement 25ème en 2004 (!), il est peut-être temps pour Raoni de finalement opter pour un plan B niveau carrière, s’il en a un.

La planche orange n’y change rien pour Raoni…Photo: ASP

#30 Damien HOBGOOD – Supertubos #13 – ASP #28

Comme d’habitude, excellente entrée en vague et lecture du line-up et des différents pics. Malheureusement, il s’attelait à additionner les 5 avec les 6 pendant que Julian quittait la vague pendant tellement longtemps sur son alley oop qu’il en revenait avec une moustache. Nouvelle sortie expéditive pour Damo, définitivement out pour 2014 à moins qu’il ne fasse finale après finale sur les trois derniers Prime, épreuves où il n’a pas réussi à aller plus loin que le Round of 24 depuis le début de la saison. Damien a perdu la plupart de ses séries à moins de 1 point cette année, rendant bien plus pénible un départ déjà bien amer.

Quand un Hobgood performe, l’autre en général sombre…Photo: ASP

#29 Travis LOGIE – Supertubos #25 – ASP #23

Trav a joué à collin maillard sur la falaise de la bubble depuis bien trop longtemps, et cette quatrième 25ème place va le forcer à se concentrer sur les Primes pour espérer maintenir sa place pour 2014. Plus mauvais résultat de sa carrière sur Peniche, il faut absolument qu’il score à Carcavelos car il n’a jamais eu de succès sur Hawaii. Sur Supertubos, sa seule étincelle fut contre Melling, usant de ses excellents turns backside, mais ne trouvant pas de seconde vague pour s’exprimer à nouveau. Avec très peu d’épreuves restantes pour 2013, voyons si Travis peut maintenir une, toutes ou aucune de ses places qualificatives pour 2014.

#28 Yadin NICOL – Supertubos #25 – ASP #32

Encore une épreuve malchanceuse pour Yades, qui aurait pu éviter l’écueil du Rd 2 et s’envoler sur les tremplins fun du Rd3 s’il avait sorti ne serait-de que l’un de ses deux barrels du Rd1… Actuellement 130ème sur le QS, il doit miser gros, mais rien n’est joué, à l’image du brésilien Thomas Hermes qui est passé de 126ème à 37ème avec une seule victoire lors du Prime des Açores. Yadin peut donc toujours se maintenir en 2014 s’il se lâche sur les 3 derniers Prime et le CT qui restent.

#27 Adrian BUCHAN – Supertubos #25 – ASP #15

Oh que ça doit être embarrassant. Ace a peut être gagné Teahupoo, mais depuis a fait dernier à Trestles, avant-dernier à Hossegor, et re-dernier à Peniche…et pour enfoncer le clou, perd contre Kieren Perrow (ha ha)…avec une moyenne de série de 6,4pts, la plus mauvaise de tout le Tour. Une chute d’homme et un barrel un peu trop gourmand au Rd2 auront eu raison de lui, et Pipeline ne lui ayant jamais été très favorable par le passé, il serait bon pour Adrian d’utiliser ces quelques prochains mois off pour rechercher ce qui faisait de lui un résident du Top 10 (7ème en 2010): la régularité.

#26 Jeremy FLORES – Supertubos #25 – ASP #18

Pire résultat de sa saison ET de sa carrière à Peniche, Jérémy, armé de son désormais habituel langage corporel négatif, souffrait d’un choix de vague funeste au premier Tour, et ne semblait pas forcément à son aise avec la planche de Kelly au Rd2. Son upside-down nosepick-reverse reentry était aussi excellent que frais, plaisant et exotique; mais son étriqué fakey-air 270° forcé, à l’amerrissage incertain ne méritait certainement pas ce très fier “body claim”, qui plus est quand comparé au véritable alley oop de Kerrzy au Rd1, ou au stratosphérique de Julian au Rd3.
En 2013 sur le CT, maîtriser l’ensemble du répertoire des manoeuvres semble être obligatoire, alors paraître fat d’une manoeuvre à 4,3pts revient plus ou moins à voir un meneur de NBA d’1,6m faire le merle après son premier dunk: ça peut être un accomplissement personnel, mais ça ne rendra certainement pas un dunk foireux plus Jordan-esque.
Jeremy a besoin de temps off pour se retrouver, faire le point et justement travailler sur ces manoeuvres qui sont techniquement à sa portée. Il pourrait même envisager de demander une année sabbatique à l’ASP, avant qu’il n’implose de frustration et saborde ce qui devrait être une carrière jalonnée de succès et surtout de joie.

Une fin de saison inquiétante pour JF…on espère que Pipe lui remettra du baume au coeur. Photo: ASP

#25 Patrick GUDAUSKAS – Supertubos #25 – ASP #27

Résultat décevant pour Patty G. qui commet l’erreur surprise contre l’un des surfers les plus gueulards du Tour, écumant d’une interférence lui barrant la victoire d’une série qui lui appartenait (il aurait du scorer 15,83pts dans cette série, deuxième meilleur total du Round…) Pat aura surfé avec variété, puissance et beaucoup d’instinct dans ces conditions délicates du Rd2, mais se fait évacuer à nouveau trop tôt et devra désormais se concentrer sur les trois derniers Primes pour obtenir son ticket pour 2014, car il n’y a quasiment aucune chance qu’il ait son opportunité à Pipe avec la moitié de Hawaii mettant la pression pour y participer.

#24 Adam MELLING – Supertubos #13 – ASP #25

Sur Peniche, le meilleur du surf de Melling, frais, précis et polyvalent était au Rd2 contre Logie. S’efface contre Kerrzy dans un énième heat faisandé, chassant un 5 dans des conditions gerbantes. Actuellement troisième qualifiable sur le QS, et célèbre pour ses réveils tardifs dans le dernier trimestre de chaque saison, un bon résultat dans l’un ou l’autre des circuits pourrait le voir entrer 2014 avec un bon seeding. Espérons que cette 5ème saison sur le Tour montrera finalement le potentiel Top 10 qu’il est avec plus de régularité.

#23 Bede DURBIDGE – Supertubos #13 – ASP #21

Épreuve mitigée pour Durbo, mais peut être l’une de ses meilleures depuis l’Australie au premier trimestre. Après un long passage à vide, aux résultats aussi irréguliers qu’insultants pour l’ancien Vice-Champion du Monde qu’il est, Bede semblait finalement montrer quelques signes de son talent, surfant avec puissance et d’excellents rythme, rebond et timing, empochant le second meilleur total de la compétition, ce qui n’est certainement pas rien pour lui vue l’année merdique qu’il a connue. Se fait sortir par le futur Champion Kai dans une série dynamique qui aurait mérité un peu moins de dédain de la part des juges. Désormais dangereusement près de la bubble, mais d’ores et déjà confirmé dans chacune des épreuves restantes pour 2013, il apparaît comme évident que Bede veut faire son come back en 2014 après trois saisons pourries sur le CT.

#22 Gabriel MEDINA – Supertubos #25 – ASP #16

6,87pts de moyenne par série, 25ème place… pas vraiment le genre de chiffres habituellement associés avec l’ex-future star Brésilienne. Jusqu’à présent, mises à part une deuxième place à la maison et une troisième à Hossegor, tout ce que Gaby a récupéré sont des dernières et avant-dernières places. À nouveau sur Peniche, il a essayé du mieux qu’il pouvait, sur toutes les -mauvaises- vagues, mais n’aura jamais été aussi dominant, facile, décontracté et dans le contrôle que durant ses deux premières saisons. Mauvais mojo, incapable d’outrepasser stress et pression, en doute évident sur ses choix, Gabriel réalise peu à peu que sa rookie magic n’est plus, autant pour les juges, pour ses concurrents que pour les media. Peut-être est-il temps de prendre un peu de recul et trouver les raisons de cette mauvaise passe, car plus il pleure, prie, câline, claim ou multiplie son entourage, moins les résultats viennent.

Déception après sa finale en France, mais sans larmes cette fois-ci pour Medina Photo: ASP

Share

Newsletter: termes et conditions

Merci de renseigner votre e-mail de manière à vous tenir informé de toutes les news, articles, nos dernières offres. Si vous n'êtes plus intéressé vous pouvez renoncer à tout moment. Nous ne vendrons jamais vos données personnelles et vous ne recevrez que nos messages et ceux de nos partenaires qui sont susceptibles de vous intéresser.

Read our full Privacy Policy as well as Terms & Conditions.

production