N’essayez même pas, nous sommes plus écolo que vous, plus vert que Hulot et Bové réunis...

"Chaque année, la nature nous offre le mois de mai pour se faire pardonner celui de février" a un jour écrit Bill Tammeus. Et en ce mois de mai, qui gâte particulièrement les côtes landaises cette année, nous vous invitons non seulement à le célébrer, mais à partager ce bon moment avec la faune de votre spot local.

D’abord au niveau de la surface, vous aurez peut-être remarqué la présence de plusieurs espèces de méduses apparues au milieu du printemps. Ce sont généralement des méduses pélagiques qui arrivent tout d’un coup en grand nombre. Comme la Pelagia noctiluca, la cyanée Bleue  (Cyanea lamarckii), la Rysostome Atlantique (les grosses méduses que l’on voit échouées), la vélelle (Velella velella) et la méduse boussole (Chrysaora hysoscella). Elles jouent un double rôle, d’abord celui d’habitat pour des petits poissons mais aussi de nourriture pour d’autres animaux, comme la tortue Luth (Dermochelys coriacea) qui vient en saison visiter les côtes bretonnes notamment.

physalie1

Ces méduses ne sont pas réellement dangereuses, certaines comme la Physalie peuvent piquer et la douleur n’est pas sans rappeler la piqûre de la vive (Echiichthys) que l’on peut également croiser en mai sur les bancs de sable à marée basse. Si vous vous faites piquer, l’eau chaude (ou toute autre source de chaleur) atténuera plus facilement la souffrance que l’urine, même si c’est moins fun...

Au-dessus de vos têtes, vous aurez les autoctones ou bien des oiseaux de retour de migration comme les apodidés, les hirondelles, les cuculidés, les tourterelles qui reviennent d’Afrique. L’une des espèces d’apodidés (Apus apus) annonce l’arrivée de l’été, et même si la météo ne correspond pas forcément, c’est toujours un bon signe...

apus_1

Entre mai et juillet, on voit aussi s’approcher des côtes plusieurs sortes de requins comme le requin pélerin (Cetorhinus maximus) qui, avec ses 7 tonnes, est le deuxième plus gros poisson de la création. Les pêcheurs signalent souvent aussi des bancs de peau bleue Prionace glauca et c’est également la pleine saison pour la plupart des baleines et des dauphins. Sur les 32 espèces de baleines et de dauphins répertoriées en Atlantique continental, les plus rares sont la baleine Minke (Balaenoptera acutorostrata) et le dauphin strié (Stenella coeruleoalba) qui ont tous les deux été repérés dans la Manche en mai.

Au plaisir de les croiser, bon mois de mai à tous!