La guerre du plastique est enfin lancée. On dit enfin car maintenant qu'il a été scientifiquement prouvé que chaque moule de la planète contient au moins une micro-particule de plastique, et qu'à ce rythme de pollution c'est bel et bien par la pollution de nos océans que la fin de notre piteuse et absurde civilisation du déchet connaître sa fin, et nous tous avec.

Voilà donc maintenant que l'ambiance est bien plombée avec cette anticipation apocalyptique, on peut passer au sujet qui nous intéresse aujourd'hui: comment essayer de réduire notre impact sur l'environnement, et notamment nos déchets lorsque nous voyageons pour le surf. Faut-il le rappeler, la plupart des destinations de surf se trouvent dans des pays particulièrement exposés et fragiles, alors la moindre des choses serait de ne pas ajouter à la pollution locale celle des misérables touristes que nous sommes.

Pourquoi faire plus attention à Bali qu'à Hossegor me direz-vous? En fait il s'agit surtout de prendre les bonnes habitudes partout, mais le fait est que si l'on jette à la poubelle en France une bouteille en plastique, elle part "normalement" dans un circuit sécurisé qui mènera à son recyclage - bon dans le meilleur des cas, et si tu as fait l'effort de la jeter dans un container dédié, on est d'accord. À Bali en revanche, il y a 100% de chances que ta bouteille finisse dans une décharge à ciel ouvert, et au final bien évidemment en mer. La plupart des paradis du surf se trouvent en effet dans des pays où il n'y a pas encore cette prise de conscience nécessaire sur l'environnement, et où de toute façon les pouvoirs publics n'ont pas les ressources pour développer un système de ramassage/recyclage efficace.

L'environnementaliste et surfeuse irlandaise Sophie Hellyer combat depuis longtemps la pollution littorale au travers de ses engagements et des actions menées par des associations dont elle coordonne les opérations. En plus d'entre une surfeuse accomplie, elle était donc notre interlocutrice rêvée pour parler de cette problématique: comment éviter la production de déchet lorsque nous sommes en surf trip? Surf Europe a donc recueilli ses conseils et ses idées, en commençant par quelques essentiels de l'éco-tourisme. Et après nous avoir confié ses tuyaux, nous lui avons aussi accordé une interview, très intéressante au demeurant...

Le mot d'ordre, elle le donne elle-même d'emblée: "il s'agit de choses simples, avec quelques mesures basiques on peut facilement devenir un consommateur à 80% sans plastique si l'on s'y tient". Et oui, le problème des déchets, c'est avant tout le plastique, alors régler ce problème, c'est stopper le principal pollueur de nos océan. Des choses qui peuvent même paraître trop simple pour faire une différence. Mais soyez comme nous - croyez les spécialistes! Voici comment:

"Avec quelques mesures basiques on peut facilement devenir un consommateur à 80% sans plastique"

eco-surf-travel-essentials-2
Dans mon sac

1. Couteau - Un couteau en bois c'est non seulement pour ne jamais plus à avoir à utiliser des couteaux jetables en plastique, mais aussi pour pouvoir voyager avec en avion. Beaucoup plus utile et malin qu'il en a l'air!

2. Fourchette - Même combat, mêmes idées derrière. Pour le couteau comme pour la fourchette, il existe des alternatives en bois qui résisteront au temps et aux abus. Par exemple ces articles U-Konserve sur @therefillshoppe.

3. Brosse à dents - On estime que juste aux USA, 1 milliards de brosses à dents finissent dans les décharges du pays chaque année. La solution: la brosse à dents en bambou. Elle pourra terminer sa vie dans du compost ou au recyclage, contrairement aux brosses à dents en plastique. La mienne vient de @thebamboobrushsociety.

4. Bouteille d'eau - On emmène tous de l'eau à la plage ou en promenade. Du yoga à l'avion en passant par la tente, elle nous suit partout. Autant donc prendre un article sympa - et écologique évidemment. Mes préférées viennent de @kleankanteen mais on en trouve une peu partout. No plastic, no problem!

5. Shampoing - Là encore on pense durable et on opte pour un shampoing solide qui ne laissera aucun déchet. On en trouve sur pas mal de sites comme celui-ci. Le mien vient de @lushcosmetics.

6. Lunettes - Incontrounable des vacances et des trips, les lunettes de soleil feront immanquablement le voyage avec toi. Là encore le choix écologique est large, les mienne viennent de @dickmobyamsterdam. Elles sont faites en plastique recyclé, l'étui est en cuir recyclé, et même le chiffon est en plastique recyclé.

7. Paille - Ce n'est pas forcément le cas de tout le monde, mais si comme moi tu bois beaucoup de smoothies (ou de Gin Tonics) il te faudra penser à une paille durable. Les pailles en plastique sont un agent de pollution marine majeur (on a tous vu sur le web cette pauvre tortue avec une paille dans le nez). Pour te donner une idée: 500 millions de pailles sont jetées chaque jour aux USA. Le problème est tellement grave que National Geographic y a consacré un article. Il en existe aujourd'hui en verre, en bamboo ou en métal. La mienne est en métal et vient de @therefilleshoppe, et elle est vendue avec un petit étui pour éviter d'en mettre partout dans mon sac.

8. Tasse/Mug - Les boissons chaudes ne sont plus à boire dans des verres plastique, s'il vous plaît! Non seulement c'est mauvais pour l'environnement, mais en plus mettre du liquide chaud dans un récipient en plastique qui n'est pas prévu à cet effet est très mauvais pour la santé. En se détériorant sous l'effet de la chaleur, le plastique libère des COV toxiques pour l'homme et son environnement. Là encore les alternatives sont nombreuses, j'ai choisi le mien en verre et liège chez @keepcup.

9. Cahier/Crayon - J'emporte mon carnet partout avec moi, c'est un vrai plaisir de chiner de beaux cahier colorés et naturels, avec le crayon à papier qui va avec. Petit kif personnel peut-être, mais beaucoup se reconnaîtront! Bien prendre du papier recyclé évidemment, l'industrie du papier blanc est l'une des industries les plus polluantes de notre environnement courant.

10. Huiles essentielles - Je n'ai jamais été une grande fan de parfum, et l'évolution des choses m'a donné raison. La plupart des parfums industriels classiques (fussent-ils prestigieux) contiennent de nombreux additifs nocifs. Les huiles essentielles sont une alternative écologique, et également saine puisqu'on loue de plus en plus les bienfaits de ces huiles, pour tout un tas de choses d'ailleurs. Les miennes viennent de Neals Yard Organics.

11. Dentifrice - Je voyage avec un petit pot en verre que je remplis de dentifrice naturel, sans fluor et sans additifs. Ils se trouvent dans tous les magasins bio.

Non présentés en photo

Sacs - J'adore tous les sacs de @matt_and_nat, non seulement végans mais aussi durables. Et pour les sacs de voyages, c'est @homeofmillican.

Maillot de bain - Toutes les marques de surf sont très attentives au problème du recyclage et toutes fabriquent désormais des maillots et boardshorts en matériaux recyclés, difficile de se tromper!  Mes maillots viennent de@davyjs ou @finisterreuk.

Toujours à la recherche de...

Rasoir - un rasoir en bois ou en métal pour remplacer le mien en plastique? S'il vous plaît?!

Serviette - une serviette écologique de voyage qui ne couterait pas les yeux de la tête, s'il vous plaît?!

SE: Es-tu arrivée au point d'être capable de voyager sans plastique?

Sophie: Hmmm, presque… J'arrive à éviter la plupart des pièges mais ce n'est pas encore du 100% malheureusement. Le plus dur en voyage, c'est la nourriture. Tout est souvent emballé dans du plastique. Et puis il y a les quelques articles dont je parle plus haut qui sont encore introuvables en mode naturel - appel du pied aux bonnes âmes!

Eco Travel Essentials: Sophie Hellyer surfing in Ireland

Quelle est ton approche lorsque tu es en surf trip?

Il s'agit simplement d'être conscient et éveillé sur le problème. Si c'est dans un coin de ta tête, tu vas forcément y penser dès que tu fais un choix de consomation. Et puis il y a la recherche d'information sur le sujet. C'est comme ça que j'ai trouvé une petite ferme organique pas loin de Gatwick - finis les repas à l'aéroport depuis cette date! Après en trip, j'ai toujours un petit réchaud avec moi, car c'est vraiment plus simple de contrôler ce qu'on mange et les emballages quand on fait la cuisine pour soi-même!

Quand je suis chez moi, je prends une caisse de légumes chaque semaine à the lads at Moy Hill Farm tenue par les anciens pro surfers Fergal Smith, Matt Smith et Mitch Corbett). Après j'achète aussi mes produits en gros à l'Irish Independent Health Foods (IIHF), avec par exemple des sacs de 25kgde lentilles, des céréales, des pois chiches, de la farine, etc. Sur la durée ça coute beaucoup moins cher que les magasins bio, et ça évite d'aller au supermarché, où je finis toujours par acheter des snacks dégueu que je ne devrais pas manger...

"J'achète ma nourriture bio et en gros quand je le peux, c'est possible"

Discute avec ton shop bio local, afin de savoir qui sont les fournisseurs. Bien souvent, tu pourras couper un intermédiaire, et acheter moins cher. Un autre conseil si tu dois absolument acheter au supermarché et qu'il n'y a pas d'autres choix, télécharge l'appli Yuka, c'est un outil génial qui scanne et te donne toutes les informations sur le produits, sur les additifs etc. Très efficace et très utile!

Et quand tu es en Indo, où partout où il n'est pas conseillé de boire l'eau du robinet?

Je reviens juste de 2 semaines au Sri Lanka et là où j'étais — Sion Surf Camp — ils avaient un désalinisateur/filtreur du coup tu pouvais juste remplir ta bouteille à leur robinet à eux. Pareil sur le bateau où je vais des fois aux Maldives, Liquid Destination, ils ont aussi ça à bord et cela évite l'utilisation de bouteilles d'eau. DOnc là mon conseil est simple: recherche en amont de ton départ si ton point d'accueil est équipé. Fais pression au pire!

Eco Travel Essentials: Sophie Hellyer surfing in Ireland

Eviter le plastique dans nos société peut paraître une tâche si complexe qu'elle en devient décourageante, non?

C'est vrai que ça peut l'être, mais il faut juste se rappeler d'une chose: ce ne sont que nos habitudes qui sont difficiles à changer, si on le veut vraiment on peut. Il suffit de prendre de petits pas, et petit à petit on se rend compte que cela rendre de pus en plus dans nos habitudes. Jusqu'à devenir une seconde nature. Je pense vraiment ne pas être une extra-terrestre, et je vois de plus en plus de gens faire ces choix. Refuser les emballages dans les supermarchés, venir avec leur équipement etc. Si moi je peux être à 80% sans plastique, tu le peux aussi, et tout le monde le peux!

La liste des essentiels provient au départ du site de Sophie, que l'on te recommande!