Surfer-Female-Surfing-Duck-Dive-Ocean.jpg

Les surfeurs sont en général très fiers de leur mode de vie éco-responsable, n'est-ce pas ? Ils font toujours partie des nettoyages de plages, des projets de protection de l'environnement et des associations comme Surfrider Foundation. Ils sont en général très sensibles aux questions environnementales...

Mais aussi difficile que ce soit de te l'entendre dire, le surf contribue assez grandement au changement climatique. L'empreinte carbone moyenne du surfeur est 50 % plus importante que celle du citoyen moyen, selon les chercheurs. Et les raisons sont multiples, mais indéniables.

Le projet 'The Surfboard Cradle-to-Grave’ de Tobias Schultz a révélé qu'un surfeur lambda émet 10 tonnes de CO2 par an juste pour le surf.

La résine chimique sur les planches de surf et les combinaisons à base de pétrole en effets secondaires, les surfeurs ont pour coutume de voyager à l'autre bout du monde pour chercher les vagues, ce qui fait qu'ils aggravent leur influence en termes d'émissions de CO2.

iStock_000050476228_Medium-680x453.jpg

“Les surfeurs ont une empreinte carbone moyenne plus importante qu'une personne lambda, à quel point donc pouvons-nous développer des arguments fondés sur la responsabilité environnementale ?" S'exprime Dr Neil Lazarow, chercheur senior chez Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation en Australie.

Le fait de surfer sur un spot local est très certainement une option plus Green pour ceux qui ne surfent qu'en tant qu'amateurs. Mais pour les surfeurs professionnels, ce n'est pas la même chose, c'est leur gagne-pain de voyager tout autour du monde.

Les vols long-courrier peuvent émettre jusqu'à 5 tonnes de CO2, c'est environ la moitié de l'empreinte carbone annuelle d'une personne 'normale'.

Lorsque vous prenez en compte les 44 surfeurs qui participent aux 11 contests du WSL World Tour chaque année, on peut dire que le surf pèse assez lourd sur la conscience.

iStock_000090351089_Medium-680x453.jpg

Mais le fait de prendre l'avion ne semble pas si grave lorsqu'on considère que le fait de surfer à la maison peut aussi engendrer des dégâts environnementaux. Et cela parce que la production d'une planche de surf seulement peut générer une émission de CO2 plus importante qu'un vol de cinq heures.

Les premières planches de surf étaient fabriquées à partir de bois de séquoia ou de cèdre. Quand elles étaient cassées ou trop vieilles, on les jetait au compost.

Aujourd'hui, la production des planches en fibre de verre est très dangereuse pour l'environnement et la résine qui permet d'envelopper les planches contribue à la dégradation de la couche d'ozone.

La production de planches de surf crée une moyenne de 220 000 tonnes de CO2 par an, selon Rick Lomax de Surf Science.

Surfing-Longboard-Ocean-Waves.jpg

Lomax explique qu'une planche de surf moyenne en 6'1 en résine polyester présente une empreinte carbone de 180 kg d'émissions de CO2 et un longboard en époxy en 9'1 autour de 450 kg d'émissions de CO2. C'est plus que l'empreinte carbone d'un vol de Los Angeles à Hawaï, qui représente environ 340 kg d'émissions de CO2.

On comprend maintenant pourquoi les surfeurs essaient de trouver des matériaux plus éco-responsable pour fabriquer leurs planches, comme ce groupe de surfeurs de l'université de San Diego qui a inventé des planches de surf à base d'algues.

Même les grandes marques comme Patagonia essaient de faire de leur mieux pour l'environnement. Cette année, elle lance la première combinaison du monde sans Néoprène.

Les surfeurs ont l'habitude de se tenir au courant des conditions météo, de la houle et des avertissements de tempête avant de se mettre à l'eau, parce que tous dépendent du climat et de l'environnement pour pratiquer le sport qu'ils aiment.

Conclusion: il est bon de rester informé des effets négatifs que le surf peut avoir sur l'environnement afin de faire des choix éco-responsables, de s'informer aussi sur les nouvelles solutions plus respectueuses de l'environnement, de surfer localement quand on le peut, même si les vagues ne sont pas aussi bonnes qu'ailleurs, avant que le changement climatique n'anéantisse complètement le surf. Et puis comme ça, tu pourras toujours continuer à faire ton charmant le soir à la flambée sur la plage, guitare à la main, sans te sentir trop mal.