Share

Opinion

DORIAN, NAZARE A 25 PIEDS…& MONDY

Le Vent sous mes Ailes

Je suis sur le rivage, en sous vêtements. Des vagues de trois mètres pètent en shore break, retournant un jetski sans pilote comme s’il s’agissait d’une vulgaire algue. Le surfeur de grosses vagues irlandais Al Mennie, du haut de son 1m95 avec l’anglais Andrew “Cottie” Cotton essayent de sortir le jetski de l’eau, mais le shorebreak est trop puissant, le jet trop lourd, le sable trop mou et la pente trop raide. Ma bite fait la taille d’un tic-tac, mes bras trop frêles me font mal après avoir essayé de les aider. Mon aide presque héroique n’a pas changé grand chose…surtout en sous vêtements. Cela n’a servi à rien et le jetski a disparu peu après, retrouvé trois jours plus tard par la Marine Portugaise.
Ce n’est pas la première fois de ma vie que j’ai l’impression de ne pas être à ma place. J’étais à Nazaré pour suivre Shane Dorian, Eric Rebière et Sancho s’attaquer à la rame au célèbre beach break Portugais. Dorian était arrivé la nuit d’avant, le trip depuis Hawaii n’avait duré que 37 heures. Je lui ai demandé ce matin là, quand nous observions le line up désorganisé sous le brouillard et la pluie, comment il se sentait. Un peu fatigué m’a-t il dit, avec seulement une heure de sommeil à cause du décalage horaire. J’ai compati car j’étais également fatigué après avoir veillé un peu trop tard suite à une discussion avec une ex sur Facebook.
Bref, nous avons tous les deux répondu présent ce jour-là. Pour Dorian, cela a voulu dire s’attaquer à des monstres de 20 à 25 pieds. Pour moi, cela a voulu dire regarder Dorian s’attaquer à des monstres de 20 à 25 pieds. Et nous avons tous les deux eu nos moments de gloire…

Après la première vague de Shane, le jetski n’a pas réussi à repasser la barre et il a été décidé d’accoster sur le sable et de faire un point de situation. Ce qui a été une bonne idée, jusqu’à ce que l’on essaye de repartir au large…Là, le gros shore break a envoyé valdinguer l’hawaiien et le jetski et a arraché la clé en déposant cette machine de deux tonnes sur le dos à dix mètres du rivage.
Heureusement, le vrai héros de l’histoire, moi, était sur place! Shane étant incapable de repartir au large, il fut décidé que je l’emmène en voiture au port pour repartir de là-bas. J’ai donc fait un sprint de 300m sur la plage, monté en triple vitesse la falaise, trouvé une voiture pour redescendre le chercher sur le parking du bas. Tout cela héroiquement bien sûr. En arrivant sur le parking pour prendre Shane (le coeur affolé par ma course et par le fait que j’allais me retrouver en compagnie de Shane tout seul en voiture), j’ai été immensément déçu en voyant Shane partir à la rame sur une vague de 50 pieds. Mes efforts aussi héroiques qu’ils soient n’avaient (encore) servi à rien. Le surfeur Allemand Sebastian Steudtner, ancien vainqueur des XXL, avait réussi à prendre Shane depuis la plage le salaud!  Le fait qu’il réussisse à le faire avec classe et contrôle me rendit encore plus furieux.
Puis, j’ai vu Shane partir en late take off sur une gauche, j’ai vu Sancho et Eric prendre des bombes. J’ai même essayé de ramener l’une des planches de Shane, une 11’3” de la plage jusqu’en haut de la falaise, mais elle était trop lourde. La marée est montée, le vent s’est calmé et tous les surfeurs ont réussi à survivre à une vague qui à mes yeux était plûtot destinée à un suicide collectif. Ce n’est qu’à la fin, quand j’ai participé au remorquage du jetski échoué par un tracteur que j’ai à nouveau fait parler de moi, toujours en sous vêtements…
Plus tard dans la soirée, j’ai essayé d’expliquer à Shane pourquoi j’avais mal aux bras, aux jambes, mais cela n’a pas semblé l’intéresser. Il parlait avec Sancho et Eric de quad, de planches de 11′ et de grosses vagues mythiques. Ce n’était pas grave, au plus profond de moi, je savais qui avait été le vrai héros de la journée, même si tout le monde semblait l’ignorer.

Share

Newsletter: termes et conditions

Merci de renseigner votre e-mail de manière à vous tenir informé de toutes les news, articles, nos dernières offres. Si vous n'êtes plus intéressé vous pouvez renoncer à tout moment. Nous ne vendrons jamais vos données personnelles et vous ne recevrez que nos messages et ceux de nos partenaires qui sont susceptibles de vous intéresser.

Read our full Privacy Policy as well as Terms & Conditions.

production